La semaine 2017#31

, , 4 comments
Source


Cette semaine…

Lundi : ô joie et logique, non seulement le RER A est coupé entre Nation et La Défense, mais en plus sa fréquence passe de 10 à 15 minutes | réussir à arriver au Dépôt Légal en même temps que Malena | goûter à des plats pas mal du tout et originaux dans le cadre historique qui a vu transiter les livres qui rejoignaient la BNF | et recevoir d’autres cadeaux d’anniversaire encore | passer à la librairie japonaise Junku pour acheter des mangas (pour Malena) et un livre de révision du JLPT (pour moi) | faire une autre halte shopping et autre remboursement | avant d’aller rendre visite à mes parents | Pérou, pas Pérou, histoire à suivre…

Burrata, tomates anciennes, pamplemousse, gremolata
et vinaigrette yuzu-timut (pas vu d’asperges)

Pain toasté garni de crabe et de verveine
Éclair au caramel au beurre salé,
Christophe Adam oblige
Me voici encore gâtée !

Y a plus qu’à…

Mardi : devoir affronter des chattes chiantissimes | les travaux d’emménagement très bruyants du voisin d’en face (par ailleurs sympathique) | la voisine qui gueule | la fatigue qui ne me quitte plus | un document inintéressant | … et devenir une de ces personnes qui partent noyer leurs problèmes à la piscine ! | preuve de ma fatigue : m’obstiner à chercher un mot japonais en rômaji dans mon dictionnaire chinois

Parfois, les chats, c’est mieux sur le papier…
Mercredi : me réveiller limite en sursaut à l’issue d’un rêve où je retournais à la fac (beurk) déposer ma candidature pour faire un doctorat (?!!) en traductologie (…) | me surprendre d’avoir encore mes bras soudés à mon corps au réveil | constater l’échec de la méthode « pas fini, pas de pipi » (pas de dégât matériel, rassurons-nous) | me sentir complètement malaaaaade, pour changer | heureusement, la canicule nous passe littéralement au-dessus du toit, pour une fois

Certes, j’aggrave mon cas
Jeudi : comprendre la cause de ma connexion Internet pourrie : pour la box, je suis trop loin du signal | car il est vrai que je réside dans un palace de 50 m² | m’offrir la version numérique d’une BD dont le style graphique me plaît beaucoup | à défaut de maison japonaise, j’aurai réussi à bricoler un jardin japonais | reprendre la série Fresh Off The Boat | me rendre compte beaucoup trop tard que c’est déjà l’avant-dernier jour pour visualiser la série documentaire O.J. Simpson : Made in America sur Arte | me lancer quand même dans le passionnant premier épisode et rester – sans surprise – sur ma faim

Ça va, pas besoin de déchiffrer
les instructions dans le détail
Ce n’est pas la 8e merveille au monde,
mais ça m’ira très bien
(dans le fond, une toile d’Elanor)

Vendredi : causer tranquillement avec les personnes auxquelles je pensais envoyer ma traduction avec une demi-heure d’avance alors que j’ai en réalité déjà une heure trente de retard (…) | me rendre compte ensuite que dans la traduction de la veille, j’ai écrit sans sourciller « Rhône » au lieu de « Rhin » | recevoir pleiiiiin de sous… qui repartent aussi sec chez l’Urssaf | travailler un petit peu l’après-midi | avant de partir siroter la première Margharita de ma vie (30 ans, il était temps) | réussir à rentrer en marchant droit et même, à m’interroger sur cette tendance à trouver des livres plats car sans surprise | m’endormir sans mettre le réveil, quitte à ne me lever que dimanche


Samedi : mais non, me lever à 10 heures en assez bonne forme, enfin ! | sur un coup de tête et de fatigue, parler d’un week-end avec monsieur qui est en vacances forcées et réserver quasiment dans la foulée deux jours à Étretat | essayer de ne pas paraître trop hystérique en annonçant à quelques clients ma prochaine absence imprévue | retrouver mes chattes toutes câlines | découvrir avec étonnement que le premier dimanche gratuit au Louvre ne s’applique que d’octobre à mars – super, l’accès à la culture à 15 € par personne

Les occupations du samedi :
le trombinoscope d’hippopotames
(il en manque et je ne les ai pas tous baptisés)
(je ne suis pas folle, vous savez)


Dimanche : comprendre que je rêve lorsque je « vois » mon père très content du demi-avocat à l’huître gratinée à 8 € que nous mangeons pour le déjeuner | épingler fièrement la broche hippopotame offerte par Malena | … et me rendre compte qu’arrivée à la gare, je l’ai déjà perdue !!! | tomber sur un groupe de six déterminé à nager à six à la piscine | déjeuner avec des copains au Hank, haut lieu du burger vegan (verdict : bof) | rejoindre monsieur pour une balade de 4 km à la Coulée Verte | … que nous finissons en seulement une heure ! | attendre 17h30 pour la forme avant de me précipiter dans la cuisine pour faire à manger | commander les deux BD budgétées… sans pouvoir m’empêcher d’ajouter dans le panier un monument de la SF féministe, The Female Man de Joanna Russ (L’autre moitié de l’homme en français, allez comprendre)

Pardon V_V !
 


Le chemin suit en partie
celui d’une ancienne voie de chemin de fer,
d’où les tunnels

 

Peu après, je tombe sur l’immeuble
où mes parents ont failli acheter un appartement
rien que pour le lycée d’en face qu’ils croyaient bien
(et en fait, pas du tout !)
Un peu plus loin encore,
des chevaux peu discrets…

Sur ce, je vous souhaite
une excellente semaine !


4 commentaires:

  1. J'adore ton jardin japonais ! Et c'est chouette pour le week-end à Etretat ;) Bonne semaine à toi aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c’est vraiment un tout petit truc sans prétention, le jardin.
      Et merci aussi pour le week-end. On est malades comme des chiens, mais bon, on paaaart !

      Supprimer
  2. Ah mais moi aussi j'ai été déçue par Hank alors que je n'en voyais que du bien partout. Je ne suis donc pas folle :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bah, c’était comestible mais pas fou, quoi. Rien ne m’a marquée : le patty sentait assez fort le pois chiche de mémoire et le reste se perd un peu.
      En burger végétarien, le meilleur selon moi est celui du Camion qui fume. Simple, bon, efficace.
      Tu connais ce blog (que dis-je, cette Bible) sinon ? => https://burger-vegetarien.fr/

      Supprimer