Source

Cette semaine a été un hymne à la paresse…

Lundi : après un énième essai, me résoudre à retourner ma robe Zara | traiter à toute vitesse les e-mails qui arrivent en pagaille | sortir de sous le tapis les 4 000 mots que j’avais planqués | recevoir mes nouvelles sandales | ainsi qu’un petit colis de yaoï | ne pas avoir prévu 38 heures de train entre deux villes chinoises | et trouver une solution aérienne | rencontrer le succès sur Instagram avec mes aubergines effilochées à la chinoise | être un peu déçue de mon rendez-vous chez le pneumologue, qui ne fait pas avancer les choses

Allez, on va dire que le monde est prêt
pour mes pieds non pédicurés…
Argh, le meilleur du lot, Goodbye Lilac,
a été coupé de l’image à cause de mes gros doigts
Mardi : envoyer ma petite rédaction en japonais avec le sentiment du devoir accompli | en avoir pour près de 130 € de croquettes, litière et phéromones | être un peu plus productive que la veille | mais mourir en faisant le planning de la semaine prochaine | ne même pas avoir assez de concentration pour enchaîner les sitcoms | songer à passer la nuit sur le balcon

Chaaaaaud T_T
Mercredi : rentrer de chez la vétérinaire avec les deux chats vaccinés et mes bras courbaturés | me diriger vers le Carrousel du Louvre pour y retrouver Malena | réussir à tourner en rond autour de la Place, incapable de me repérer et perdant patience sous la chaleur | me réfugier chez Mariage Frères et écouter avec attention un serveur proposer un « faïnancher wize matcha » à un touriste | passer un court, mais super moment avec Malena | rentrer assister à l’AG des copropriétaires | encore plus mouvementée que d’habitude mais les choses bougent ! | et finir sur des sushis, évidemment

Melting Frost : sorbet matcha/mandarine, sorbet « Opéra Blue »,
glace au thé « Paris-Marais », caramel à la fleur de sel et macaron glacé
Jeudi : réussir à dormir en mettant les deux ventilateurs dans la chambre et deux boules quiès dans mes oreilles pour en atténuer le bruit | me demander qui peut aimer l’été, entre la chaleur, l’apathie subséquente, les moustiques, la pollution, les travaux de voirie et les allergies | en avoir les sens perturbés et regarder amoureusement mes chaussures en les prenant pour Otak | surveiller maladivement l’évolution météorologique | bénir l’arrivée du vent pendant le cours de japonais | passer la soirée au fond du transat, sur le balcon, à manger, lire et jouer à Mario Kart avec monsieur

Vendredi : attendre beaucoup du Messie des stores | sécher la piscine

Samedi : sécher la piscine (bis) | faire un repas de travail dans un lieu branchouille mais sympa, The Hood | faire un petit tour au Festiv’ Nation | nous faire dédicacer Banana Girl par Kei Lam et Tristan & Yseult par Singeon | rentrer avec une BD imprévue et une affiche magnifique | reporter la visite chez mes parents | tomber sur l’événement d’art urbain de la ville et être ravie de voir enfin de l’activité | dîner d’un mafé passable | regarder Gorilles dans la brume avec Sigourney Weaver

Reproduction d’une planche
du Château des étoiles, d’Alex Alice
Dédicace de Kei Lam
Affiche Tristan & Yseult,
une très belle BD
 



 


 

L’appel de la montagne…
Dimanche : suite à un coucher tardif, sécher l’exposition du jour | sécher la piscine (ter) | réviser mon examen de japonais sur le balcon | et cuisiner des poireaux à la vinaigrette pour la première fois


Bonus :



Sur ce, je vous souhaite une belle semaine
et me souhaite plus d’activité physique xD


Cette semaine…

Source

Dernièrement, Jackie Brown a parlé des anglicismes qui ont envahi notre langue frrrrrançaise. Il ne m’en a pas fallu beaucoup plus pour me mettre à compiler les expressions qui m’énervent le plus et qui ont, semble-t-il, vu le jour assez récemment.
Attention, je tape sur tout et n’importe quoi, anglicismes ou non.

Source

Mokonuts, c’était mon arlésienne. La première fois que j’ai voulu y passer pour le goûter, c’était des vacances scolaires, donc fermé. La deuxième fois, c’était un mardi et rien n’était indiqué, ni sur la page Facebook ni sur le compte Instagram, si bien que je me suis mis en tête que c’était fermé le mardi. La troisième fois, rebelote, et on s’est installés par dépit dans la crêperie d’en face (pas mauvaise !) tout en observant avec panique le store se lever et redescendre. La quatrième fois, il n’y en a pas eu, puisque j’ai carrément inscrit ça en objectif du mois et passé un coup de fil pour réserver en bonne et due forme. Un mardi car j’ai le goût du risque. Et j’ai bien fait car je n’ai qu’une hâte maintenant : y retourner le plus souvent possible.
C’est parti pour les photos…

Source

Cette semaine…

Source

Ma dernière lecture, Banana Girl de l’auteure Kei Lam, que je dois notamment à Armalite, m’a inspiré tout un tas de réflexions et surtout, a achevé de relier ce qui me trotte dans la tête ces derniers mois. Comme ça fait un certain temps que je n’ai pas publié de billet introspectif, c’est l’occasion d’essayer de mettre en forme mes pensées éparpillées.

Source

Cette semaine, je n’ai pris que des photos de nourriture…


Source

En mai…

1. Limiter mes dépenses à un plafond à ma discrétion
Bon, cette fois, j’ai dépassé mon budget de 1/6 en faisant un peu trop de dépenses superflues : thés, BEAUCOUP de livres, des sushis à deux reprises, quelques fringues, trop de fromages… Mais à côté, je note aussi de belles dépenses : le crowdfunding pour le magazine Koï ou notre participation à la Chinese Food Week, par exemple… Enfin, bref, j’aurais quand même pu faire mieux !
Objectif atteint à 50 %

2. Commencer à travailler sur la nouvelle version de mon site professionnel
J’ai noté des améliorations et réorganisations possibles tout au fil du mois, si bien qu’il ne me reste plus qu’à réécrire les textes.
Objectif atteint à 100 %

3. Demander un devis pour faire poser des filtres UV sur les baies vitrées
J’ai appris qu’il s’agit techniquement de « films anti-chaleur », à poser soi-même. Ça sent déjà la galère quand on sait que c’est difficile de faire bien et propre avec le film d’un smartphone =/ Toujours est-il que j’attends de recevoir les trois échantillons commandés pour faire un petit essai avant d’investir des sommes folles dans cette solution pour ne pas mourir de chaud cet été.
Objectif atteint à 100 %

4. Déclarer mes revenus (et la TVA, et la DSI, etc., etc.)
Ma grosse crainte du mois, mais tout est en ordre \o/ J’ai un petit crédit auprès du service des impôts, j’ai mon C.A. et mon bénéfice, mon revenu est déclaré. Tout. va. bien.
Objectif atteint à 100 %

5. Apprendre à utiliser une Autolib
Repoussé encore et encore.… Je ne sais même pas où/comment aller retirer mon badge ni comment utiliser ma carte Navigo pour louer une Autolib. Il faudrait que je trouve une occasion de m’exercer à la conduite avec mon père le mois prochain mais il n’y en a pas vraiment : si je vais chez mes parents en Autolib et qu’ils me raccompagnent ensuite, ils ne pourront plus rentrer chez eux xD
Objectif atteint à 0 %, reporté au mois suivant

6. Ranger la buanderie et démonter l’ancien bureau
Fait ! Tout est rangé, nickel, à ne pas toucher/souiller/déranger ! On revit dans la buanderie – car c’est aussi là que se trouvent beaucoup de nos comics, mes affaires de piscine, la machine à laver et le sèche-linge, par exemple. Quant au bureau, il attend à la cave le passage d’un copain intéressé par sa reprise. Voilà, vous savez tout des aspects les plus intéressants de ma vie.
Objectif atteint à 100 %

7. Changer de fauteuil
Plus exactement, il s’agit de mon siège de bureau. Et il est changé ! Le dossier est incroyablement confortable, l’assise est un peu moins rembourrée donc plus dure mais correcte, par contre, l’absence d’accoudoirs m’a un peu gênée. Il est toujours possible d’en rajouter car Ikea a pensé à tout, mais cela voudrait dire que je ne pourrais pas faire rentrer le siège sous le bureau (très bas) à la fin de la journée ou même, être collée contre le bureau comme j’aime. Je pense donc continuer sans accoudoirs sauf si des douleurs anormales font leur apparition.

Objectif atteint à 100 %

8. Regarder des DVD (Captain Fantastic, Moi, Daniel Blake, Gorilles dans la brume et Le loup de Wall Street)
Damned, je ne me rappelais pas avoir listé tout ce que j’avais à regarder et me suis « contentée » des deux premiers. Qui sont formidables tous les deux. J’ai beaucoup aimé le traitement du survivalisme dans Captain Fantastic et Moi, Daniel Blake, qui montre l’absurdité et la cruauté du système social britannique, m’a fendu le cœur.
Objectif atteint à 50 %

9. Reprendre mon programme de lecture et ne pas acheter de livres ou de nouvelle série de BD
Programme de lecture tenu haut la main, par contre, en plus de mes séries en cours et des achats prévus, j’ai quand même fait trois écarts : J’aime le nâtto de Julie Blanchin-Fujita, Les sentiments du Prince Charles de Liv Stromquist (on peut considérer que c’est dans la même série que L’origine du monde ou pas ??) et des mangas en chinois commandés par une amie sur un site taïwanais (ce que je ne regrette pas). Le pire, c’est que malgré la quantité fabuleuse de bouquins acquis ce mois-ci, je suis presque à jour !
Objectif atteint à 50 %

10. Ne pas acheter de thés
Gros, gros fail ! J’ai craqué pour deux Thé Boxes : Merveilles et Japon Mizu, qui sont toutes les deux très chouettes. J’avais prévu une chronique mais les boîtes sont arrivées dans un état si désastreux que j’en ai été découragée. J’ai reçu en compensation plein de sachets de thé et globalement, tout était d’un très bon niveau ! Par contre, mon objectif, je suis passée à côté.
Objectif atteint à 0 %

11. Essayer de préparer un chawanmushi
Essayer est bien le mot. Je me suis servie d’une préparation toute faite – d’un intérêt limité car au vu de tous les ingrédients nécessaires en sus, je dirais que c’est juste un assaisonnement – et si le goût était là, un rien chimique, la texture était ratée. Au lieu d’un flan tout lisse, j’ai eu un bloc criblé de trous, que j’impute à la farine pas assez tamisée. Et en plus, j’avais prévu des noix de ginkgo pour aller avec, sauf que le temps que je me motive à faire mon chawanmushi, elles avaient moisi. La prochaine fois, je prépare tout moi-même et mieux !
Objectif atteint à 100 %

12. Mettre enfin les pieds dans cette fromagerie à côté de la gare
Pieds mis, mais peut-être pas à remettre. On s’est réjouis de savourer le cantal et le chèvre qu’on a pris, sauf que le premier était quelconque (limite moins bien que le supermarché, si ce n’est le petit goût en arrière-arrière-arrière note) et le second complètement fade et sans intérêt. À ce prix-là, c’était bien la peine…
Objectif atteint à 100 %

13. Acheter du charbon filtrant pour mes carafes d’eau et, éventuellement, un kit de kintsugi pour réparer la vaisselle avec de l’or
Le charbon, c’est fait, mais sur ce site. Je constate que l’eau filtrée a un goût légèrement différent mais sent encore un peu trop « le robinet » pour moi, mais pour le thé, c’est très bien. Et contrairement aux filtres Brita, c’est plus écologique et plus pratique : pas besoin de remplir la carafe petit à petit. Quant au kintsugi, je renonce à l’idée car je n’ai pas de vaisselle suffisamment précieuse pour justifier que je la colmate à l’or :D
Objectif atteint à 100 % 


Bonus
  • J’ai accepté qu’on photographie ma bouille et l’expose sur les réseaux sociaux et plus tard, dans des lieux publics. Un énorme pas en avant pour quelqu’un qui se regarde à peine dans le miroir !
  • Malgré ma réticence à toucher à mon compte bancaire professionnel, j’ai fait basculer mon abonnement aux Jours en dépense professionnelle (oui c’est bête, non ce n’est pas compliqué).
  • Après avoir enfin compris que l’adresse parisienne de la fromagerie vegan Jay & Joy est sûrement un atelier, j’ai réussi à mettre la main sur un « jeta » (joy feta, ou quelque chose de cet acabit, mais il faudrait vraiment qu’on arrête de créer des mots barbares pour rien), au lait d’amande, chez Naturalia. Verdict plus tard dans une salade !

Pour juin
  1. Limiter mes dépenses à un plafond à ma discrétion + éventuel rab pour les films anti-chaleur
  2. Finaliser les textes de mon site
  3. Le cas échéant, acheter et poser des films anti-chaleur sur les baies vitrées
  4. Aller déjeuner au restaurant Mokonuts
  5. Goûter aux pâtisseries de VG Pâtisserie
  6. Rassembler des informations en vue du voyage avec mes parents à Dunhuang, en Chine
  7. Me renseigner sur le fonctionnement du FIF-PL
  8. Et décider des cours que je suivrai à la rentrée (le japonais bien sûr, l’anglais oral serait nécessaire et la calligraphie/le dessin me tentent bien – mais ce serait illusoire de vouloir faire tout ça en même temps)
  9. Acheter et accrocher des cadres dans la chambre
  10. Faire rouler une Autolib
  11. Prendre RDV avec l’ophtalmologiste
Source : Chabe Escalante
Cette semaine…

Lundi : obtenir de ma comptable mon C.A. et mon bénéfice | et pouvoir déclarer mes revenus | en réservant un massage par téléphone, entendre mon interlocuteur me demander si j’attendais un « heureux événement » | déjeuner bon et assez léger | passer un après-midi productif chez Kodama qui a le bon goût d’être ouvert le lundi | rentrer de chez mes parents avec des plans de voyage pleins la tête et ma vieille PS2 dans les mains

Chez Banoi
Chez Banoi
 
Mardi : recevoir des compliments sur des traductions | prendre un malin plaisir à lire les commentaires rageurs sur ma piscine | après 3 jours sans eau chaude, prendre un chouette bain aux camélias grâce à Malena



Mercredi : sachant que je n’aime pas traduire les CV et que mes connaissances juridiques sont nulles, quelle était la probabilité qu’un CV d’avocat de six pages se glisse dans mes fichiers à traduire ? | aller chasser le stress subséquent et la morosité latente à la piscine

Otak, au bord du gouffre

Jeudi : prendre le premier repas sur le balcon de l’année | avec monsieur, parler d’une longue promenade en bords de Marne avant de nous rendre à l’évidence : ce qu’on veut avant tout, c’est glandouiller au lit

Vendredi : laisser sans sourciller un mot allemand au milieu de ma traduction | finir par le repérer au bout de la énième relecture | recevoir déjà le paiement d’un client | passer à la chouette librairie Millepages | nous offrir des sushis, et même, un peu trop de sushis | et terminer dare-dare la merveilleuse saison 2 de Master of None, qui fait une entrée remarquée dans mon top 10 des séries télévisées

Samedi : faire l’accueil pour une réunion de travail que j’espère productive | récupérer des mangas en chinois que j’ai hâte de lire | me faire offrir un bel éventail de Kyôtô | mais en attendant, engloutir tous les volumes de Miss Marvel achetés la semaine dernière


Iromen de Yumi Tamura (Basara, 7 Seeds)
et Yume no shizuku, kin no torikago de Chie Shinohara (Anatolia Story, inédit en France)

Dimanche : puisque je n’ai pas gagné le chouette concours de L’Osmanthe, aller tester la VG Pâtisserie et ses créations végétaliennes chez L’Osmanthe quand même car VG ferme tôt | ramener un chouette gâteau chez mes parents pour la Fête des Mères | rentrer me préparer à ma semaine de congés-travail (si si, programme chargé) | et terminer la saison 2 de The Expanse

Fraise, rhubarbe, pistache et nougatine
ont un peu souffert de la chaleur ^^"
Sur ce, je vous souhaite
une semaine pas-trop-chaude !
Source

Cette semaine…

Source

Fin avril, La Petite Banane a parlé du projet Ab Origine Fidelis du photographe Olivier Vinot. À travers 1 000 portraits de personnes asiatiques ou d’origine asiatique, ce dernier souhaite montrer la diversité des visages d’Asie de l’est et du sud-est. En découvrant ce projet, je suis enchantée et me dis qu’il faut absolument que je le suive. Puis, une idée saugrenue traverse mon esprit : et si, pour une fois, je participais au lieu de simplement regarder ? Après tout, j’ai un visage asiatique du sud-est à ma disposition (oui, le mien, bien sûr). Alors, après avoir mis en sourdine mon instinct conservateur face à toute exposition de ma trombine, je décide d’être un peu moins voyeuriste passive et de m’inscrire au projet.
Source inconnue

Cette semaine…


Source

Cette semaine…

Source

En avril…


Source
Avec seulement un mois de retard, voici mes lectures de mars, et en prime celles d’avril ! En mars, j’ai l’impression d’avoir fait du surplace car si j’ai commencé pas mal de romans et d’ouvrages culinaires, je ne les ai finis qu’en avril alors que j’avais vraiment hâte d’en parler. Ce n’est donc pas plus mal que je présente tout d’un coup !

Source

Cette semaine…

Lundi : suer sur une traduction mêlant randonnée et SF (!) | ne pas tellement apprécier qu’on me presse pour régler une affaire familiale | avec tout ça, déjeuner à 16 heures | passer chez mes parents | qui me racontent leur vote (fallait pas…)


Mardi : réussir à me mettre dans tous mes états à cause des tracas administratifs de la veille | piétiner dans ma traduction du jour | et être rassurée par le retour sur celle de la veille | être trop malade pour aller à la piscine | regarder un documentaire sur les tampons hygiéniques | et mettre 10 bonnes minutes à comprendre qu’il n’y a aucun problème avec le volume, juste des boules quiès enfoncées dans mes oreilles

Mercredi : me rendre compte que j’ai perdu 2 kg en trois jours (!) | commencer à travailler à 10h30 seulement | et me mettre évidemment bien en retard | hésiter à participer à un projet photographique axé sur les Asiatiques | rejoindre Malena et dîner avec elle au Paradis du fruit | recevoir de magnifiques sachets de sels de bain et une boule à thé en forme d’hippopotame : merci encore !

  


Jeudi : savoir que ma comptable va bientôt me remettre son « projet », enfin ! | voir Otak arracher la mousse de son arbre pour me l’offrir en guise de proie | me traîner encore cette fatigue | tenter de guérir avec un bon bain aux sels de bain au yuzu | et culpabiliser à mort de rater encore une fois le cours de japonais



Vendredi : groumpf, ce PC qui s’éteint tout seul aux moments les plus cruciaux | renouer avec le plaisir de la traduction en prenant mon temps | en établissant mes factures, avoir une pensée pour ce type qui m’avait dit que je ne vivrais jamais de la traduction, sauf si je me trouvais un riche mari | finir la semaine avec un sentiment d’accomplissement | voir mon cours d’aquagym annulé à cause d’« un caca dans le bassin », merci le mioche | nager pendant une heure à la place

Samedi : le nouveau tome du Château dans les étoiles ! | rentrer avec plein de nouveaux livres d’Ursula Le Guin | enfin un nouveau legging | trouver de la crème dépilatoire bio, youhou | nous atteler au bain annuel des chats | être trop concentrés pour enregistrer ce moment mais rétrospectivement, bien rigoler en nous disant que Scorpy n’a pas arrêté de couiner « mais l’amour ! » | commencer la série 12 Monkeys | rédiger le bilan de lectures de mars et avril

Otak version punk
Dimanche : réussir enfin à aller chez les beaux-parents | et rentrer à seulement minuit, un record !


Sur ce, je vous souhaite
une belle semaine !
Source

Jeudi dernier, j’ai réalisé l’un de mes rêves et objectifs d’avril, à savoir déjeuner chez An Di An Di, un restaurant franco-asiatique qui a ouvert ses portes fin 2014. Si les critiques sont toujours élogieuses depuis bientôt 3 ans, je n’avais jamais eu l’occasion de m’y rendre. En effet, je voulais profiter des formules déjeuner mais le restaurant n’ouvre que le jeudi et le vendredi midi et je ne passe pour ainsi dire jamais dans le quartier de Ménilmontant, si bien qu’il m’a fallu m’y prendre à l’avance et réserver pour être sûre de ne pas passer à côté de l’expérience. Maintenant que c’est chose faite, je vais pouvoir vous raconter !


Source
Cette semaine…

Source

Cette semaine…


Source


En février dernier, je me suis rendu compte qu’à force de liquider mes thés parfumés, je n’avais plus que des thés nature (voire des « grands crus » à ma modeste échelle) et plus du tout de thés à boire « comme ça », sans prendre d’infinies précautions. Et en plus, je n’avais pas non plus de rooïbos ou de honeybush et les quelques infusions en ma possession ne sont franchement pas à la hauteur.
Du coup, j’ai fait une exception à ma règle d’abstinence et me suis dit que j’allais tester un rooïbos de chez Cape and Cape, la maison de thés africains à la communication bien sympathique.
Allez savoir pourquoi et comment, je suis entrée dans la belle boutique avec la ferme intention d’acheter 100 g de rooïbos aromatisé et j’en suis sortie avec deux thés noirs, un rooïbos aromatisé, des cookies et un thé vert offert par Adeline (certes, en 4 * 20 g, donc moins que prévu, mais quand même) !

Bon, au fond de moi, j’étais quand même bien contente d’avoir tout ça à tester ^^ Mais comme j’ai parfois des difficultés à distinguer des produits que j’achète en même temps (quels qu’ils soient), je voulais avoir le temps de goûter aux quatre thés dans un intervalle de temps assez court pour pouvoir bien faire la différence. Chose faite la semaine dernière où j’ai carrément enchaîné les quatre thés que je vous présente ci-dessous.

Source
À Noël dernier, la mère de monsieur m’a offert un coffret d’initiation à la dégustation du thé de La QuintEssence du Thé et la semaine dernière, je l’ai enfin étrenné. Si je ne l’ai pas fait avant, ce n’est pas seulement parce que j’ai manqué d’organisation, mais aussi parce qu’il m’intimidait franchement. Pourtant, il est bien intitulé « initiation », pourtant, je suis face à moi-même et pourtant, je n’étais pas trop larguée aux cours de l’École du Thé, mais il faut croire que le thé est une affaire à ne pas prendre à la légère.

Toujours est-il que j’ai attendu d’avoir fini tous mes cours à l’École et d’être tranquille pour me familiariser avec les différents articles de ce coffret. Et le timing était parfait car je commence vraiment à avoir envie de continuer à explorer le thé par moi-même (plutôt que d’être prise par la main comme au début) et en plus, avec les beaux jours qui reviennent, la luminosité se fait meilleure. Par contre, printemps = allergie = nez bouché, mais on ne peut pas tout avoir.

En tout cas, ça ne m’a pas empêchée de sentir les notes concentrées !
Je vous embarque avec moi pour faire un tour d’horizon de ce coffret ?


Déjà, premier bon point, il est compact :
Je n’ai pas pris en photo les quatre sachets de thé que j’ai reçus avec ce coffret, pour la simple raison que je les ai dispatchés dans des pots et des boîtes sans forcément mettre d’étiquettes, mais je reviendrai sur ceux-ci à la fin de l’article.

Conforme à la ligne de La QuintEssence du Thé, le coffret lui-même est axé sur les sens de la dégustation. On commence avec la vue, à savoir l’observation de la robe des thés. Pour la décrire, un nuancier bien pratique est fourni : au recto, les couleurs en question et au verso, une description de celles-ci.

 

Je lis dans le dépliant fourni avec le coffret que je dois aller télécharger la roue des couleurs dans mon espace perso, mais une fois dedans, j’ai un message d’erreur, snif. Bon, au pire, je n’ai qu’à photocopier cette page issue du livre et découper ladite roue, pour faciliter les comparaisons.



On poursuit avec les petites fioles qui justifient en premier lieu l’achat du coffret : les référents olfactifs ! Il suffit de tremper une mouillette de papier dedans et de humer pour se rappeler les notes qu’on peut sentir dans les thés. Pour ma part, j’ai retravaillé la note de fruit compoté qui, pour une raison qui m’échappe, ne me vient pas souvent en tête et se fait un peu évanescente. Je me suis fait plaisir avec les notes de fruit à coque, marine et pyrogénée. J’ai été un peu maso avec la note beurrée qui me fait penser à du beurre limite rance et est franchement écrasante et écœurante (et pourtant, je l’adore dans le thé). Enfin, j’en ai profité pour distinguer sous-bois et bois, qui n’ont en réalité rien à voir. Et puis j’ai fait sentir certaines mouillettes à Otak pour voir sa réaction (non, je ne m’en lasse pas et vous serez ravis d’apprendre que la note marine la rend folle et qu’elle aime beaucoup la pyrogénée comme sa maîtresse mais que le sous-bois la perturbe – logique). En tout cas, c’est un plaisir de sentir ces notes « brutes » pour tenter de les retranscrire lors des dégustations – même si c’est un exercice dans lequel je suis encore plus que novice. Raison de plus pour avoir le tout à portée de main.



Ensuite, on continue avec le goût. Sur les cinq saveurs reconnues, seules trois sont proposées et sont à mélanger avec 10 cL d’eau pour une demi à une cuillère-mesure (non fournie dans mon coffret, mais apparaît en photo sur le site). Les deux autres saveurs sont celles du sucré et du salé, qu’on peut bien sûr retrouver simplement avec le sucre en poudre et le sel de notre cuisine, donc je comprends qu’elles ne soient pas présentes, mais je trouve dommage de ne pas avoir tout dans le coffret (pour l’emmener avec soi, par exemple) (certes, je ne sais pas quelles circonstances requièrent d’avoir un coffret d’initiation à la dégustation de thé sans que sucre et sel soient à portée de main, m’enfin). Après, il y a peut-être des raisons à cette absence qui m’échappent, et ce n’est pas si grave que ça. Pour ma part, je n’ai pas regoûté à ces saveurs car elles sont quand même bien ancrées dans ma tête (et mes papilles).


Puis il y a le toucher, qui se matérialise par d’ingénieux échantillons de tissu, traductions concrètes des textures qu’on est censé sentir en bouche. Si je me suis attachée à passer plusieurs fois les doigts sur le polyester, le molleton, le velours, le lin et le papier de verre, je n’ai pas encore fait l’expérience de goûter des thés en même temps pour bien associer les deux et faire se correspondre les sensations. En tout cas, j’apprécie d’avoir ces mémos sensitifs à toucher.

 

On a donc la vue, l’odorat le goût et le toucher, mais quid de l’ouïe ? Eh bien, si elle n’est pas un paramètre entrant dans la dégustation, elle n’est pas à négliger : eau qui coule, bouillotte qui siffle, eau que l’on verse, bulles qui se forment parfois (grr…), « slurp » lors de la dégustation… Et pour ma part, il y avait aussi des podcasts d’On va déguster, le jeu vidéo de monsieur et quelques cris d’enfants de temps à autre. Ce n’était donc pas le calme absolu…

Quant au livre en lui-même, il est très bien : complet pour une première approche et reprenant les différents éléments du coffret pour nous en expliquer le fonctionnement. C’est donc plus qu’un complément, c’est un guide. Si je cherchais la petite bête, je trouverais dommage qu’il ne rentre pas dans le coffret (ou à l’inverse, que le coffret ne soit pas assez grand pour le contenir), mais ce serait du chipotage, c’est juste que j’apprécie – maladivement – de tout avoir au même endroit.


Dans le livre, il y a tout un tas d’aide-mémoires pour retenir saveurs et notes, dont ces images très parlantes associées aux notes rencontrées dans chaque couleur (et origine) de thé : le minéral, par exemple…



Au rayon « papier », il y a aussi un dépliant bien pratique qui rappelle le cycle de dégustation. Malheureusement, je n’ai pas pu télécharger de fiches de dégustation vierges dans mon espace, celles-ci étaient payantes.
Note : le mot de passe de connexion à l’espace
a été effacé.

Enfin, j’ai également eu droit à 20 à 50 g de thés ainsi que leur fiche d’accompagnement :  Qingshan Lu Shui, Jin Xuan, Golden Buds Yunnan et Lapsang Souchong. Pour l’instant, je n’ai testé que le Golden Buds qui est délicieux.

En conclusion, je suis plutôt enchantée par ce coffret qui reprend de manière fort cohérente toute la théorie (et la pratique !) développées par Carine Baudry. J’ai quelques minuscules réserves, que je liste dessous, mais les points positifs prennent largement le pas, si bien que je recommande chaudement ce système :)

Points négatifs :
- « Tout » ne se trouve pas dans le coffret, certains éléments sont à télécharger (gratuitement ou non ?) et d’autres à apporter soi-même, mais rien de grave
- Pas mal de papier quand même, au premier abord, j’étais un peu perdue entre ce qu’il fallait télécharger et ce qui était déjà fourni
- D’une manière générale, l’offre de coffrets semble complète mais il est aussi facile de s’y perdre : par exemple, le coffret seul est vendu (en promotion) à 40 € et le livre seul à 17,90 € mais les deux réunis sont affichés à 75,90 €, ce qui me paraît étrange. De même, le pack d’initiation à la dégustation du thé coûte (en promotion) 60 € et contient le coffret (sans le livre) et deux sachets de 50 g de thés + un microlot tandis que le pack « Je découvre le thé » avec ses quatre thés (différents) est vendu 27 €. J’apprécie évidemment d’avoir le choix mais je n’aurais pas su quoi choisir si je débutais. À vrai dire, je me rappelle avoir demandé à ma belle-mère un pack « coffret + livre » vendu aux alentours de 55-60 € (sûrement une promotion de Noël) et avoir été surprise de recevoir quatre thés en bonus. Du coup, je ne sais pas si elle a commandé un coffret plus conséquent ou un coffret + un lot de thés pour me faire plaisir ou si elle s’est tout simplement trompée. Dans tous les cas, ce n’est pas la fin du monde et le plus important reste le coffret en lui-même, mais je tenais à signaler ces différentes offres.

Points positifs :
- Prix abordable quand on veut se lancer dans l’apprentissage de la dégustation du thé
- Site Internet qui semble complet et complémentaire (à condition de savoir naviguer dessus, mais je ne vais pas me répéter)
- Parcours relativement complet pour se familiariser avec le vocabulaire du thé et ses composantes
- Coffret idéal pour faire des expériences soi-même, pour apprendre même quand on n’a pas le budget/temps pour s’inscrire à des ateliers ou quand on vit loin des offres en la matière
- Livre très bien pensé, concis et complet pour une première approche
- Réactivité et cordialité des réponses par e-mail (j’avais sollicité l’équipe durant l’été 2016 non au sujet des coffrets mais des ateliers d’initiation et on m’avait répondu fort gentiment)
- Présence d’anglais sur les fioles, le dépliant et le livre de textures (pas dans le livre, à moins qu’il n’en existe une version anglaise)

Liens
Site de La QuintEssence du Thé
Page des coffrets