Source
  1. Reprendre la prospection commerciale
  2. Faire une demande de carte bancaire professionnelle (= se coltiner un rendez-vous à la banque)
  3. Continuer à faire du vélo devant des séries télévisées
  4. Commencer Terminer de construire la maison japonaise en carton achetée à Osaka
  5. Acheter un terrarium tout préparé
  6. Vendre un casque audio Bluetooth et mon bridge (un Panasonic FZ62)
  7. Réserver un restaurant pour la Saint-Valentin et emmener monsieur dans un bar à cocktails
  8. Créer une bannière pour mon blog
  9. Ne pas acheter de thés

Source


1. Remplir mes objectifs professionnels précédemment définis
Une grande partie de faite, à savoir le passage en profession libérale (avec déclaration contrôlée CA12) (je ne sais pas ce que j’écris), le renouvellement de mon adhésion à la Société Française des Traducteurs et la réduction des dépenses. Pour ce qui est de mon site et de mon mail, c’est un dragon qui s’en est chargé et je dois dire que j’en suis ravie, merci à lui. Enfin, j’ai décidé de ne pas renouveler mon adhésion à l’Association des Anciens Élèves de mon École lorsqu’elle prendra fin parce que j’en vois de moins en moins l’intérêt.
Objectifs atteints à 80 % à l’heure où j’écris ces lignes mais investissement, fatigue et satisfaction à 200 % !

2. Reprendre la prospection commerciale 
Ce sera plutôt un objectif pour les mois à venir car je n’allais pas prospecter alors que mon adresse mail, mon site et à peu près tout étaient en train de changer. En revanche, j’ai un peu redéfini quelle orientation je voudrais donner à mon activité et donc, à quelles portes je toquerai.
Objectif reporté

3. Faire l’exposition Fantastique ! Kuniyoshi
Fait un jour où on était en petite forme ET où il pleuvait à verse. Ce qui ne nous a pas empêchés d’apprécier les estampes originales et parfois drolatiques de Kuniyoshi. J’ai aussi bien aimé les lithographies gothiques européennes qui formaient la seconde partie de l’exposition. Seul bémol : y aller l’avant-dernier dimanche, c’est se coltiner la foule et les faux-connaisseurs.
Objectif atteint à 100 %

4. Ne pas acheter de thés
Fait avec difficulté, car les tentations étaient nombreuses. J’aurais pu briser cet engagement pour une seule chose, du soba-cha, car le stock s’est épuisé tout seul ! De toute façon, le soba-cha n’est pas du thé, mais des graines de sarrasin, hein...
Objectif atteint à 100 %, à continuer

5. Reprendre la série Sherlock
Ou comment allier objectif et santé : je me suis remis au vélo d’appartement et m’impose deux séances de 45 minutes chacune par semaine, pendant lesquelles je regarde Sherlock, qui ne demande pas trop d’attention sans être trop ennuyeux.
Objectif atteint à 100 %, à continuer

6. Reprendre mes cours de conduite *voix d’outre-tombe*
Sans surprise, je n’ai rien glandé et je n’ai pas les sous le mois prochain pour reprendre.
Objectif... pff...

7. Planifier les week-ends de l’année (timing et finances)
Plus ou moins fait, mais c’est difficile sans l’emploi du temps de monsieur. Pour schématiser, j’aurai un premier week-end vers juin pour le mariage d’une amie, un deuxième pas longtemps après avec mes parents en Provence, un troisième avec les amis en août, un quatrième si possible en Angleterre fin août et un cinquième à Marrakech pour un autre mariage. Financièrement, je navigue un peu à vue car je suis en train de faire des chèques à tour de bras en ce moment. Quant à monsieur, il se greffera là et quand il le pourra.
Objectif atteint à 100 %, à continuer

8. Prévoir un concours pour mon 500e post ici 
C’est ici, il reste un jour pour participer ! Merci beaucoup pour vos contributions, vos remarques sont toutes très précieuses et j’ai déjà des idées pour améliorer cet endroit.
Objectif atteint à 100 %
Source

Un plat ou aliment que tu manges quand tu es heureux
Des pâtes ! Quand je suis bien, je prends le temps de cuisiner et je ne pense pas à grossir/maigrir/etc. Ces temps-ci, ma préférence va aux pâtes aux poires et au bleu car j’aime bien le mélange sucré-salé, mais sinon, des pâtes aux champignons, à l’avocat, au pesto ou au citron et à l’ail me vont très bien aussi. Et avec le livre de recettes d’Anna Jones, je sens que je vais découvrir encore bien des choses !
Source

Un plat ou un aliment que tu manges quand tu es énervé
Des noix ! Je m’en achète un bon paquet et je dégomme tout devant mon ordinateur. Noix de pécan, noix de macadamia, noix tout court, noix de cajou, noix du Brésil... Tout y passe et je ne les apprécie pas autant que je le devrais.
Source

Ça y est, La Poste a fini de me jouer des tours et de balader le colis que m’a envoyé Pauline aux quatre coins de la France (Bretagne > Briarde, le triangle des Bermudes postal > Rhônes-Alpes ?! > Briarde > Bretagne > Briarde > Mavilledortoir) ! Je vais donc pouvoir vous présenter nos trouvailles respectives.


Source

Ton livre de cuisine préféré
À boire et à manger de Guillaume Long : recettes savoureusement illustrées, humour au poil, anecdotes nombreuses et enrichissantes. L’alliance parfaite. Et en plus, Guillaume Long est très sympathique en dédicace.
Source


Le pire restaurant de ta vie
Oh on s’en rappellera, monsieur et moi, de ce restaurant italien à Bath (en Angleterre, ça nous protège un peu), d’apparence très chic, qui nous a servi des plats surgelés mal réchauffés ! Mes lasagnes étaient mi-cramées, mi-froides, si bien que j’ai dû demander un nouveau coup de micro-ondes au serveur, qui faisait mine de ne pas comprendre. L’addition était donc très salée ! C’était il y a bientôt 10 ans, on est toujours autant traumatisés quand on en parle, du bout des lèvres.
Oh, et j’ai parlé du Malmequer Bemmequer à Lisbonne hein : micro-ondes et morue pas fraîche !
Source
Ton restaurant préféré
UN SEUL ?!! Je dirais le Sanukiya, restaurant de udons à Paris, parce que je me régale à chaque fois que j’y vais alors que je commande toujours la même chose, mais je sens que je vais regretter ma réponse dès que j’aurai cliqué sur « Publier ».
Source : Bouletmaton (voir « vendredi »)
Cette semaine, j’ai passé une semaine de merde...

Lundi : malade comme je ne l’ai pas été depuis longtemps ; les pleurotes poussent bien depuis que je les ai déplacés ; fait une tarte à la poire, au safran et aux pistaches (recette de Sandra sur Et pourquoi pas Coline ?) qui a rencontré un grand succès réel et virtuel ; réservé le mini-séjour de mes parents à Lourdes ; un peu affolée par l’édito réac’ du magazine Uzbek & Rica mais heureusement, le reste n’est pas à l’avenant.

Mardi : levée tôt pour aller au laboratoire d’analyses ; jugé bon de me lancer dans une grosse, hum, « discussion » avec monsieur au lieu de travailler ; regardé Le Prestige réconciliés ; ravie de voir une présidente à Taïwan ; me suis convaincue que je n’avais pas tant de retard que ça dans ma traduction (erreur !).

Mercredi : cravaché pour rattraper le retard accumulé en deux jours ; enfin reçu le joli colis de swap de Pauline (compte-rendu à venir) ; tombée amoureuse des bougies botaniques Rosy Rings ; fait une heure de vélo en finissant enfin le premier épisode de la saison 3 de Sherlock (boring).

Jeudi : fait une nouvelle fois la fameuse tarte à la poire pour mes parents, cette fois avec du sucre blanc comme préconisé, mais elle est beaucoup moins réussie ! ; reçu un ami en début de soirée ; fait des pâtes aux poires et au bleu trop sèches ; reçu un mail d’un client qui me dit que ma traduction livrée en juin 2015 (!) est intelligente sur les pages paires et sans aucune sensibilité psychologique sur les pages impaires ; ai hésité à confesser ma schizophrénie traductoriale même si je vois en fin de compte ce qu’il veut dire ; les pleurotes ont fait un arrêt de croissance ; autant dire que la journée a été dure.

Vendredi : ai oublié la date du décès de mon grand-père ; reçu la Bible des traducteurs techniques ; commencé à préparer les carottes à la forestière d’Armalite avant de me rendre compte que je les prévoyais pour le lendemain ; commandes qui se sont rajoutées les unes sur les autres alors que je croulais déjà sous le boulot ; allée chez mes parents pour fêter « officiellement » la vente de l’appartement avec au menu de la rôtisserie chinoise, rien que de la rôtisserie chinoise, toute la rôtisserie chinoise ; à mon grand étonnement, requinquée grâce à mes parents (et pas grâce à la rôtisserie chinoise) ; ouvert un compte bancaire en ligne pour éviter des frais de carte bancaire ; fini la soirée avec un café dilué (!) et un avatar généré par le Bouletmaton, que j’ai utilisé pour illustrer ce billet.

Samedi : levée à 8 heures pour rattraper mon retard (bis, ter, repetita) ; aurais préféré aller à la piscine, c’est dire ; ai été fort heureusement très productive, sûrement car je n’ai pas reçu de mail toutes les 5 minutes ; les carottes à la forestière ont été appréciées ; fini de lire les mangas Les Vacances de Jésus & Bouddha en notre possession avec un sentiment mitigé.

Dimanche : me suis accordé la grasse mat’ tant attendue ; fait aucune recette pour le Winter Cookbook Challenge ; ménage et paperasse ; merci pour toutes vos réponses au concours 500, je tiendrai compte de vos commentaires pour la suite !
Source

Un plat ou aliment que tu détestais mais que tu adores maintenant
Je n’ai jamais aimé le vin rouge (le blanc, ça va, sans être la passion), puis ma famille d’Australie m’a fait boire du bon vin local (plutôt sucré) et je m’y mets petit à petit. Je n’ai jamais été attirée par les cocktails puis des amis m’ont emmenée dans de chouettes bars à cocktails, où j’ai commencé par le Mojito (évidemment) et où je cherche maintenant des cocktails à base de Rye (faut juste pas me demander ce que c’est). Aujourd’hui, si on me présente plusieurs boissons, j’irais toujours plus naturellement vers le thé, le Sprite et les jus de fruits, mais si on me propose de tester un bar à cocktails, j’arrive avec le sourire (et repars aussi avec le sourire, en plus bizarre, j’imagine). Enfin, pour des recettes et de belles photos de cocktails, direction le blog de Sunalee, The Lady from Canton !
Source


Un plat ou aliment que tu adorais mais que tu détestes maintenant
Âmes sensibles, ne pas lire !
Quand j’étais petite, je mangeais les... yeux des poissons. Autant par goût (ça croquait sous la dent) que parce que la cousine que je voulais imiter adorait ça. Aujourd’hui, je n’y touche plus, évidemment, mais je ne pense pas que je détesterais ça : je déteste surtout prendre la mesure de tout ce que je pouvais manger sans me poser une question.
Source

Le plat ou aliment qui te décrit au mieux 
Les Chinois aiment appeler leur progéniture née en Occident des « bananes » : jaune à l’extérieur, blanc à l’intérieur. Pour rassurer mes chers parents, je leur dis que je suis un durian : jaune à l’extérieur comme à l’intérieur. Mais franchement, on sait tous que c’est faux et qu’à quelques anomalies près, je suis bien plus dans la culture française que la chinoise, ce qui fait de moi une banane. Qui préfère ceci dit le durian, ce fruit tellement odorant qu’il est banni à bord des avions.
Source

Le plat ou aliment le plus inhabituel que tu aies goûté
Je parlerais bien du riz thaï de ma belle-mère qui contient du beurre, mais je serais de mauvaise foi ;)
Je vais donc nominer le nattô, du soja fermenté que l’on trouve au Japon, souvent pour le petit-déjeuner. Je le trouve inhabituel tant dans sa texture que son goût, et pourtant, je pensais être aguerrie, côté bouffe bizarre. Si je creuse, je trouverais sans doute plus atypique, mais comme le nattô m’a pas mal surprise et déplu, c’est lui que je retiens cette fois. Ce qui ne m’empêcherait pas d’en regoûter si l’occasion se présente : il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !
Source

Un plat ou aliment « plaisir coupable » 
Un truc qui contient un peu de viande (donc pas un gigot d’agneau) mais qui existe en version végétarienne, sauf qu’on est au restaurant. Typiquement : des gyozas, une brioche à la vapeur... Ou même du poisson, même si je suis censée en manger. La culpabilité vient autant du fait que je pourrais commander autre chose que du fait que je mange de la viande. Comme j’ai toujours dit que je ne voulais pas « vivre » le végétarisme dans la culpabilité, j’essaie de me montrer raisonnable, d’équilibrer, de ne pas craquer à chaque fois sans me faire de nœuds dans mon cerveau... mais parfois, quand je sors, il y a des écarts.
Source

Le dernier plat que tu as mangé
Cette soupe de potiron et de marrons, trouvée sur Marmiton, mixée avec mon tout nouveau mixeur sans fil !
Source

Velouté de betteraveCuisine végétarienne, Laure Kie, Éditions Mango

 
Note : j’avais justement 2 betteraves dans mon panier de légumes... crues évidemment.
Variantes : j’ai cuit – longuement – les deux pauvres betteraves pour pouvoir les découper. Je n’ai bien évidemment pas fait de bouillon de légumes ou de pesto de roquette maison, j’ai pris un cube et acheté un pot de pesto tout fait !
Goût : pas mal, mais surtout grâce au pesto, donc je me pose la question de l’intérêt de la recette.
Texture : velouté, rien à dire.
À refaire : je ne pense pas, beaucoup de boulot pour une simple soupe (elles sont loin, les 10 minutes !), je préfère encore manger mes betteraves en entrée.

Garanti sans filtre de couleur !


Œufs durs marbrés au thé fumé de ChineMille et un secrets sur le thé, Lydia Gautier, Éditions Prat

Note : d’habitude, je prépare des œufs marbrés sans recette mais j’ai voulu suivre le challenge jusqu’au bout. Le livre dont est issue cette recette est une petite Bible très sympathique pour apprendre les bases du thé : il est bien écrit, clair et passionnant. Bref, je le recommande !
Variante : j’ai laissé les œufs infuser dans le thé près d’une heure pour voir apparaître les marbrures !
Goût : plus que léger, je suis un peu déçue.
Aspect : marbrures très discrètes aussi...
À refaire : j’ai sûrement raté quelque chose, toujours est-il que la prochaine fois, je ferai comme d’habitude, à savoir faire durcir les œufs déjà fendillés directement dans l’infusion de Lapsang Souchong (toujours chez Chakai Club). La réponse est donc non, encore une fois.

J’ai un peu hésité à poster cette photo particulièrement laide, m’enfin...


Légumes en cocotte, sauce miso et mandarineCuisine végétarienne, Laure Kie, Éditions Mango



Note : cette recette me faisait très envie et j’avais justement des carottes, un navet, du brocoli et des clémentines dans mon panier. Et j’ai toujours des champignons shiitake dans mon placard. J’ai acheté le reste, notamment des algues kombu, de la poudre instantanée pour préparer de la soupe miso et des graines de sésame blanc.
Variantes : j’ai oublié d’acheter des poireaux ! J’ai utilisé des oignons blancs en cube surgelés au lieu des oignons rouges. J’ai mis quelques shiitake de plus. Bien sûr, je n’ai pas mis de coriandre, je déteste ça. Enfin, j’ai dû mettre le zeste d’un quart de clémentine au lieu de celui de deux clémentines entières.
Goût : j’ai trouvé ça très bon la première fois, un peu écœurant au second repas (puisque monsieur ne m’a pas suivie ce coup-ci). Le zeste m’a paru en trop, ou alors je l’ai mal râpé.
Texture : j’ai dû cuire le brocoli un peu trop longtemps, il a perdu son croquant.
Aspect : je n’ai pas découpé les légumes comme préconisé, du coup, ma « cocotte » n’a rien à voir avec celle de la recette !
À refaire : je suis partagée, c’est un bon plat avec plein de bons légumes, la sauce légèrement acidulée lui donne une touche originale, mais d’un autre côté, même en recommençant, j’aurais peur d’obtenir de nouveau des brocolis mous. En plus, la photo montre clairement que les légumes baignent encore dans le bouillon alors que le texte dit d’égoutter les légumes, ce que j’ai fait, alors que j’aurais aimé les laisser dans le bouillon. Je garde au moins la recette de la sauce, mais sans les zestes.



C’est tout pour la semaine dernière, à cet après-midi pour la suite du 30DayBouffeChallenge !
Source

Ton cuisinier ou pâtissier préféré
Par défaut, Alain Passard, car c’est le seul que je « connaisse ». Ce qui n’empêche pas que je suis en pâmoison devant quasiment tout ce qu’il faut. Mais bon, je l’ai découvert avec la BD de Blain, En cuisine avec Alain Passard, et j’ai décrété que je goûterais un jour à ses fabuleux légumes, dans son restaurant L’Arpège.
Sinon, je suis une inconditionnelle de l’émission de François-Régis Gaudry et de François-Régis Gaudry lui-même.
Source

Cette semaine...

Lundi : bien dormi après avoir baissé la température de tous les radiateurs et scotché le seul mur que Scorpy aime griffer ; envie de tâter une tablette numérique mais ce sera pour plus tard ; fait mon premier smoothie (oranges / carottes) non sans avoir – bien sûr – oublié de remettre le joint et éclaboussé le plan de travail ; ramené de chez mes parents le nouveau sac en bandoulière qui m’accompagnera partout ; ma collection de sacs atteint des proportions honteuses.

Mardi : commencé à (re)faire du vélo d’appartement (objectif : 3 fois une demi-heure par semaine) ; reçu mon dernier cadeau de Noël, un super casque audio ! ; écrit pour la première fois « Dieu » dans une traduction ; me suis ennuyée devant la fin de 12 Years a Slave, décidément trop didactique, académique et plat(t).

Mercredi : en avance chez le notaire, mes parents et moi sommes allés déambuler dans un Darty, où se trouvait le mixeur sans fil que j’ai dû commander pour 15 € de plus chez La Redoute ; mes parents ont ENFIN vendu leur appartement \o/ !!! ; Scorpy nous a gratifié de deux vomis coup sur coup mais va bien ; fin de soirée dans un restaurant de sushis tenu par un copain de mon père : on s’attendait à du « pas génial », on a eu du « pas bon du tout ».

Jeudi : nouvelle gynécologue top, directe, compétente, aimable, précautionneuse et j’arrête là la liste pour lui rendre son humanité ; réflexion en cours pour un stérilet mais je pense déjà connaître la réponse ; fait de bonnes courses dans une épicerie japonaise où j’ai aussi chopé le déjeuner-pour-retourner-au-Japon (inari-zushi et gyoza) ; dévalisé la librairie de mangas juste en face ; rentrée bien chargée et ravie ; reçu le mixeur sans fil que je n’ai pas encore réussi à faire marcher (marcherait-il en plus au solaire ?) ; écrit avec effroi « la chasse au bisou » au lieu de « la chasse au bison » (contexte : les valeureux guerriers amérindiens) ; refait du vélo, cette fois devant Sherlock pour respecter l’un de mes objectifs du mois.

Vendredi : ça bouge côté pro ! ; ressorti les post-its offerts par Ladel pour ma déco thématique, avec le sous-verre « Tea makes everything better » offert par titite et une boîte de thé Dammann recyclé en pot à crayons ; renoué avec Pinterest.

Samedi : séance matinale de piscine ; fait de la paperasse ; lu ; été chez mes beaux-parents où j’ai reçu mon dernier-dernier cadeau de Noël, un atlas pour enfants mais magnifiquement illustré.

Dimanche : lever tardif, été au bar avec des amis, confirmé les rendez-vous de la semaine prochaine, dont un avec une personne qui dit me connaître mais que je ne resitue pas (a priori, on s’est « connu » à la fac, ce n’est pas une serial killeuse).

Rappel : j’ai lancé un concours pour mon 500e post, pour participer, c’est ici !
Source
Un aliment que tu aimes cuisiner
Les champignons enoki, dont j’aime la texture et la forme. En plus, ça se marie avec quasiment tout.
Source
Un plat que tu aimerais savoir cuisiner
Des aubergines braisées à la sichuanaise : sucrées, tendres, fondantes, avec un agréable goût fumé.
Source
Un plat que tu sais cuisiner par cœur ou presque (ta spécialité !)
Le risotto aux champignons, parfois décliné en risotto aux petits pois.
Source

Un plat qui te rappelle un événement
L’abondance, qui m’a fait aimer le fromage. L’événement ? Ma fête de Pacs.
Source


Nous y sommes : 500 posts ici depuis août 2014 (avec pas mal d’articles de chroniques culturelles importés de mes anciens blogs, certes). Pour une fois que j’y pense, j’aimerais marquer le coup en organisant un petit concours ^^

À la clé : un petit colis composé par mes soins et en fonction de vos goûts sur les thèmes de l’écriture et de la lecture.

Conditions de participation :
  • Je dois vous connaître un minimum (l’inverse est donc également valable)
  • Vous devez avoir... une adresse postale, ce concours est donc ouvert à l’international (ha-ha)
  • Vous avez jusqu’au 31 janvier pour participer à ce concours (je rappelle incidemment que cette date est aussi celle pour envoyer vos colis de swap)
  • Le ou la gagnant(e) sera tiré(e) au sort car même si je n’aime pas ce principe, je pense que j’aurais du mal à vous départager
  • Merci de répondre aux questions ci-dessous en commentaire ou par mail
Questions
  1. Quels sont vos types d’article préférés et ceux qui ne vous intéressent pas ?
    Quelques exemples d’article : objectifs, citations, « la semaine », chroniques culturelles, bilans, memes, anecdotes...
  2. Quels sont vos sujets préférés et ceux qui ne vous intéressent pas ?
    Quelques exemples de sujet : la traduction, mon travail au quotidien, les chats, la bouffe, les sorties au resto, les voyages, les achats futiles, la famille, l’Asie...
  3. La fréquence de publication – c’est-à-dire aléatoire, mis à part « la semaine » et les bilans/objectifs de fin de mois – vous convient-elle ?
  4. Que manque-t-il à ce blog et/ou qu’aimeriez-vous y voir ?
  5. Sur quel(s) support(s) me lisez-vous et comment vous tenez-vous informé(e) de la publication de nouveaux posts ?

Vous pouvez aussi répondre sans participer au concours : je ne serais pas contre avoir des feedbacks sur ce que j’écris.

Le concours est terminé, merci pour vos réponses. Les résultats seront publiés dans la semaine !

Source

Un plat qui te rappelle un endroit
Le yi mein, un plat de nouilles au fromage (léger) et au homard qui, à ma connaissance, est une spécialité de Hong Kong ! Je n’en ai mangé qu’une fois ou deux donc je ne me rappelle plus très bien de la recette. En tout cas, on était dans un restaurant luxueux donc le plat était infiniment plus esthétique que celui sur cette photo. Ça a été une grande surprise car je ne pensais pas manger de bonnes pâtes à Hong Kong, préparées de manière si originale en plus.

EDIT 14.01.2016 : le nom du plat m’est revenu en tête, donc j’ai pu trouver une photo plus belle et représentative et corriger mes approximations \o/
Source

Un plat qui te rappelle quelqu’un
Le KFC me rappelle mon grand-père : ma première fois, c’était avec lui, et c’est moi qui l’y ai emmenée à un moment où il se sentait très seul. Depuis, il est décédé et moi, je ne mange plus de viande, sauf écart de conduite.
Source

Comme il manquait une partie « culture et anecdotes » dans mon bilan de l’année écoulée, je reprends comme en 2014 cette liste de triplés, sur une idée d’Armalite.

Source

Ton dessert détesté
Je n’aime ni le café ni les cupcakes...
Source

Tarte à la ricottaRecette de Kleo sur une recette de Elle

Note : effectivement, une recette plus facile, c’est difficile ! Et je pense qu’elle entre dans le cadre du challenge puisque la recette d’origine vient d’un magazine.
Variantes : des copeaux de parmesan au lieu de parmesan râpé, qui ont fondu, heureusement. J’ai fait une tarte carrée car mon moule à tarte rond a été déformé pendant le Nouvel an. Et enfin, j’ai mis pour ma part de l’échalote séchée et du basilic surgelé.
Goût : excellent même si je doute que les épices que j’ai mises y soient pour grand-chose ! Ravie de rajouter une nouvelle recette facile à mon répertoire. Merci Kleo !
À refaire : oh que oui !





Ramequins lutés aux poireaux, champignons et marronsJe sais cuisiner végétarien, Cléa, Éditions La Plage

Note : j’ai reçu 2 gros et 1 petit poireaux dans mon panier de la semaine et je n’avais pas envie de saumon au poireau ou de quiche aux poireaux. Je ne connaissais pas le mot « luté », maintenant, je sais que cela signifie refermer totalement, en l’occurrence avec la pâte feuilletée. Dont le reste a servi à faire des feuilletés au pesto.


Variantes : plus de champignons dans mon supermarché (enfin si, des pleurotes...) donc j’ai pris une conserve. Je ne me suis pas du tout embêtée à aller trouver des pistils de safran, j’ai mis de la poudre de curry, oui, c’est n’importe quoi. Et j’ai donc utilisé mes 3 poireaux.
Goût : miam miam ! Malgré tout, j’ai un peu senti le goût de la conserve, donc la prochaine fois, ce sera avec du frais. Voire même avec des pistils de safran, tiens. Monsieur n’a pas été convaincu, et surtout, il ne comprend pas l’intérêt de rajouter une pâte qui ne se lie pas avec la farce, ce que je peux comprendre.
À refaire ? : oui, et aussi avec un jaune d’œuf pour dorer car c’est plus esthétique comme ça (et je rentabilise le pinceau de cuisine que j’ai acheté il y a deux siècles).





Cette semaine, j’ai pas mal cuisiné, notamment une salade de chou blanc aux pommes avec une bonne vinaigrette aux échalotes et une plâtrée de nouilles chinoises au chou blanc (on devine que j’ai aussi eu un gros chou dans mon panier), mais pour le premier, j’ai pris une recette Marmiton et pour le second, j’ai improvisé, donc aucun plat ne rentre dans le cadre du challenge.
Source

Cette semaine...

Lundi : ai adhéré à une AGA (Association de Gestion Agréée) pour bénéficier de la non-majoration de 25 % de mes bénéfices ainsi que d’une aide juridico-comptable toute l’année ; me suis inscrite à une formation aux bases de la comptabilité qui aura lieu en février (osskour) ; suis rentrée avec plein d’informations utiles qui me rassurent et m’angoissent à la fois ; suis encore tombée sur mon point-relais fermé et ai commencé à m’en inquiéter ; me suis rendu compte que je ne voyais plus ma carte d’identité dans mon portefeuille depuis quelque temps au moment de vouloir donner procuration à mon père pour qu’il y retourne à ma place le lendemain ; ai légèrement irrité ma mère en lui dévoilant un gros spoiler dans le nouveau Star Wars.

Mardi : ai renouvelé mon adhésion à la SFT (Société Française des Traducteurs) avec mon nouveau statut ; ai enfin reçu mon sublime calendrier 2016 kikki k. ; ai reçu de nombreux appels du clerc de notaire pour le rendez-vous de la semaine suivante ; ai testé et approuvé la tarte à la ricotta de Kleo ; ai goûté et approuvé le miel envoyé par titite ; ai reçu confirmation de mon père qu’il a récupéré mon sac au point-relais, hourra.

Mercredi : ai été réveillée par des maux de ventre et ai globalement mal dormi ces dernières semaines (trop chaud, trop froid, trop de poils, trop de bruit, trop de démangeaisons ; trop mal) ; ai dû donner mon avis à un client qui a modifié ma traduction (qui ne lui plaisait pas) en y ajoutant notamment un « palier à une problématique » ; ai reçu plein de cartes de vœux, merci merci ; ai fait une seconde recette pour le Winter Cook Book Challenge, dont les détails arriveront demain ; ai commencé 12 Years a Slave, qui m’a rebutée par son académisme.

Jeudi : ai trouvé la solution miracle pour que Scorpy ne nous réveille pas le matin en griffant un lambris : du scotch, bêtement ; ai voulu insulter tous ces juristes qui s’échangeaient des mails de vœux avec la terre entière en copie non cachée, ignorant allègrement leur devoir de confidentialité ; ai reçu mon numéro de TVA intracommunautaire ; ai dû commencer à flipper que la machine se mette vraiment en branle ; ai eu confirmation de ma banque que je ne paierais pas les frais de tenue de compte (et une nouvelle victoire de canard radin, une !) ; ai vachement délaissé Pinterest, quand même.

Vendredi : ai nagé après avoir fait la queue avec une femme qui sautillait sur place, buvait de l’eau en préparation à son entraînement et gardait son sac ouvert, sûrement pour gagner du temps, quelle déprime ; ai eu de fins biscuits pomme-cannelle de monsieur quand je lui ai demandé de m’acheter « un petit truc sucré », quelle déprime (bis) ; ai acheté un petit blender et commandé un nouveau mixeur plongeant sans fil (!!!) ; ai enfin détartré la machine à café qui refait un joli son (même si je ne consomme pas ce breuvage) ; ai fait une soirée Sushi Shop / galette des Rois / nougat avec monsieur ; à la pâtisserie, le patron a noté le nom du gamin pour qui il confectionnera un gâteau d’anniversaire, ce sera Rayane.

Samedi : ai déjà les jambes lourdes malgré la piscine de la veille ; ai pensé aux week-ends de l’année qui seront difficiles à planifier sans l’emploi du temps de monsieur ; ma carte d’identité était dans le manteau de monsieur ; ai passé la journée à lire puis à cuisiner ; ai trouvé des pleurotes à faire pousser soi-même pour 5 € au supermarché, sûrement car la date de péremption est très proche, mais l’expérience ne me ruinera pas.

Dimanche : sommes allés voir l’exposition Fantastique ! Kuniyoshi puis le film Au-delà des montagnes ; avons démonté et rangé le sapin de Noël et ses décorations ; ai préparé mon colis de swap pour Pauline ; ai fini la semaine sur les rotules et emplie de stress.
Source

Ton plat salé détesté
Les lentilles noires et vertes. En petit salé, en soupe, en salade, en steak végé, en curry, en tout.
Source

Ton dessert préféré
Facile : le Paris-Brest. Le classique, le simple, le sans fioriture. Pas fourré au thé vert ni même au marron, pas de fruits confits à la place des amandes, pas avec une forme bizarre.
La photo la plus proche que j’aie trouvée (source)

Ton plat salé préféré
Effectivement, c’est un challenge ! Et après m’être creusé la tête, je me suis rendu compte que le plat qui me manque le plus souvent, c’est une soupe de vermicelles à la cambodgienne (mais préparée par des Chinois du Cambodge, donc je doute de l’authenticité du plat), que je ne mange qu’avec mes parents dans notre cantine préférée. La base, c’est une soupe où des os de porc ont mariné, et une sauce à l’ail frit. Ensuite, des vermicelles de riz ou des nouilles. Enfin, pleiiiin de viandes peu ragoûtantes (sang de porc, tripes, échine, le tout dans des formes, textures et couleurs différentes). J’enlève la coriandre que l’on met systématiquement dans ces soupes. Encore mieux : la version « sèche », avec la soupe à côté et plein de sauce de soja sur les vermicelles ou plein de vinaigre noir sur les nouilles. Pour résumer : c’est absolument pas végétarien, c’est gras, c’est salé, c’est mauvais pour la santé, ça donne une haleine de chacal. Et j’adore mais je n’en mange plus trop, forcément.
Source

En ce moment, je vois circuler sur Twitter le 30DayBouffeChallenge : une fois par jour, on raconte une histoire autour de la nourriture, la bouffe, le miam-miam. Je ne vois franchement pas en quoi parler de ce sujet universel et fédérateur (rien que ça) serait un challenge, mais je me prête trèèèès volontiers au jeu. Déjà, je vais poster les 30 thèmes, et dans quelques minutes, le Jour 1 commencera !

Jour 1 – Ton plat salé préféré
Jour 2 – Ton dessert préféré
Jour 3 – Ton plat salé détesté
Jour 4 – Ton dessert détesté
Jour 5 – Un plat qui te rappelle quelqu’un
Jour 6 – Un plat qui te rappelle un endroit
Jour 7 – Un plat qui te rappelle un événement
Jour 8 – Un plat que tu sais cuisiner par cœur ou presque (ta spécialité !)
Jour 9 – Un plat que tu aimerais savoir cuisiner
Jour 10 – Un aliment que tu aimes cuisiner
Jour 11 – Ton cuisinier ou pâtissier préféré
Jour 12 – Le dernier plat que tu as mangé
Jour 13 – Un plat ou aliment « plaisir coupable »
Jour 14 – Le plat ou aliment le plus inhabituel que tu aies goûté
Jour 15 – Le plat ou aliment qui te décrit au mieux
Jour 16 – Un plat ou aliment que tu adorais mais que tu détestes maintenant
Jour 17 – Un plat ou aliment que tu détestais mais que tu adores maintenant
Jour 18 – Ton restaurant préféré
Jour 19 – Le pire restaurant de ta vie
Jour 20 – Ton livre de cuisine préféré
Jour 21 – Un plat ou un aliment que tu manges quand tu es énervé
Jour 22 – Un plat ou aliment que tu manges quand tu es heureux
Jour 23 – Un plat ou aliment que tu manges quand tu es triste
Jour 24 – Une spécialité de ta famille ou de ta région
Jour 25 – Un plat ou aliment qui t’ennuie
Jour 26 – Le plat ou aliment que tu trouves le plus surestimé
Jour 27 – Le plat ou aliment que tu trouves le plus sous-estimé
Jour 28 – Un plat ou aliment que tu rêves de goûter
Jour 29 – Un plat ou aliment que jamais-de-la-vie tu goûterais
Jour 30 – Le plat préféré de ton enfance
Source

Si 2015 a été une année de chamboulements plutôt positifs pour moi, je ne peux pas oublier qu’elle a été jalonnée de drames qui font prendre à la France une drôle d’orientation politique et sociale. Ce qui m’affecte beaucoup et m’empêche d’apprécier pleinement ce que je vis puisqu’un jour sur deux, je me dis « pays de merde » (« pays » est au pluriel).
Du coup, je préfère dresser un rapide état des lieux pour vite laisser place à 2016, un nombre que j’aime bien et me parle plus que son prédécesseur. Je ne doute pas que cette année aura son lot d’horreurs mais la promesse du renouveau et l’espoir font avancer.

Source

Une petite semaine car entre Noël et le Nouvel An, on se nourrit de cochonneries, de plats préparés et de restes.

Matcha LatteRecettes des 3 Sœurs pour globe-trotters gourmets, Éditions alternatives
L’occasion d’inaugurer les jolies tasses qu’on nous a offertes... Une recette toute simple qui consiste à mélanger du lait et du thé vert. C’est au moins la 3e fois que je la fais et je n’arrive toujours pas à faire mousser le lait mais il faut dire que j’ai la flemme de sortir mon fouet à matcha et que je n’ai pas de batteur électrique. Et la grosse déception, c’est que mon nouveau thé matcha de cuisine est nul et trop amer, ce qui rend la boisson sympathique-sans-plus.


Rose des sables – Mélange de recettes trouvées sur Marmiton
En vrai, les roses étaient d’une couleur plus foncée
J’ai vérifié rapidement quelques recettes sur Marmiton puis j’ai fait les proportions à ma sauce : 200 g de chocolat au lait, environ 150 g de corn flakes et une centaine de grammes de beurre. Je pense que j’aurais pu mettre moins de graisse puisque le chocolat contient déjà du beurre et d’autres cochonneries. En fin de compte, personne n’en a mangé au Nouvel an donc monsieur et moi nous sommes régalés (tout à fait) (en même temps, qui rate ses roses des sables ?) avec, le lendemain.


Cake au thé vert et aux framboises – Recette de la maman d’une amie, top secret et confidentiel (non, je plaisante)
Avec la bougie offerte par titite et du hojicha
La recette originale ne mentionne pas de framboises mais ça fait des années que j’essaie de la « pimper » avec des framboises surgelées, au grand désespoir de monsieur. Cette fois, j’ai bien pensé à les égoutter avant mais rien à y faire, ce cake est meilleur et plus sec sans framboises. Sans compter que c’est toujours le même thé vert : en petites quantités, on ne sent pas du tout le goût de thé, en grandes quantités, le cake vire à l’amer. Par chance, j’ai bien dosé la chose mais cet essai ne restera pas dans les annales.


Bon, en réalité, une seule de ces trois recettes est issue d’un cookbook et répond aux critères de Sunalee, mais passons ^^
Source

Cette semaine...

Lundi : enfin fini cette traduction dont j’avais mal estimé le temps de réalisation (et soporifique, avec ça) ; établi toutes mes factures et fait ma sauvegarde mensuelle avec quelques jours d’avance ; vu la websérie québécoise Féminin / Féminin où, comme un pied de nez, l’un des personnages se vante de ses gnocchis maison avant de décevoir toutes ses amies ; retourné le casque offert par monsieur et qui ne me convenait pas du tout ; envoyé plein de lettres à nos banques pour refuser les frais de tenue de compte qu’elles comptent appliquer.

Mardi : chez la tante de monsieur pour le second repas de Noël ; mangé un excellent gratin dauphinois ; eu le temps d’acheter un ultime cadeau d’anniversaire et d’aller dévaliser Picard en prévision du Nouvel an ; pas eu le temps d’aller voir Star Wars ni de faire les courses ; reçu quasiment tous mes cadeaux de Noël (je commence la liste indécente) : un abonnement de 3 mois à la Gambettes Box, le comics Sweet Tooth, un second exemplaire du comics Sweet Tooth échangé en comics Trees, l’essai Les Évaporés du Japon, la BD L’Île Louvre, un casque qu’il faudra donc échanger, des mugs chat venus du Metropolitan Museum of Art et un Atlas illustré pour enfants qui a un peu tardé à arriver.

Mercredi : terminé la dernière traduction de l’année (et intéressante, avec ça) ; fait une sieste interrompue par le notaire qui m’a annoncé un énième report du rendez-vous de signature de la vente de l’appartement de mes parents ; eu une furieuse envie d’aller lui casser la figure ; réconforté mes parents ; rangé tous les mugs pour faire de la place aux nouveaux ; commencé et adoré Jessica Jones.

Jeudi : calendrier kikki k. toujours pas réexpédié, il est vrai que nous ne sommes pas encore en 2016 ; reçu des « paiements surprise » de certains clients, c’est-à-dire des paiements à l’heure ; fini Les Évaporés du Japon et me suis renseignée sur les burakumin ; écrit une note étonnamment courte pour la fin de l’année dans mon journal ; reçu un superbe colis de titite et une carte mignonne de Pauline ; n’ai pas été à la piscine (tiens donc) ; résisté à l’appel des produits Aix & Terra que j’ai été surprise de trouver au Monoprix du coin ; accueilli les amis pour la nuit blanche du 31.

Vendredi : tenu jusqu’à 7–8 heures du matin avec des chats hyper stressés ; rangé les restes et la vaisselle à une vitesse dont nous ne sommes pas peu fiers ; réveillés une première fois à 14 heures et une seconde à 17 heures ; désinstallé Neko Atsume ; ma mère a « consenti » à ne pas aller à sa session de mah-jong du lundi pour déjeuner avec moi.

Samedi : ravie de trouver un système simple pour noter dans mon Midori les événements marquants de la nouvelle année ; personne n’ayant été tenté par le panettone, il m’en reste un demi-kilo sur les bras et ça ne me dérange pas ; partie à la piscine (!!!) et passée comme d’habitude devant le panneau « Parking réservé aux résidants » qui doit rendre fous les résidents soucieux de l’orthographe ; n’ai pas coulé comme une enclume au fond du bassin ; tombée sur un point-relais fermé et impossible de récupérer le sac commandé ; vu et adoré Star Wars VII malgré l’absence de prise de risques ; souri en mon for intérieur quand ma voisine de ciné a dit à la sienne « ils ne savent plus quoi inventer » après la bande-annonce de Creed, héritier de Rocky Balboa ; très envie de voir 12 Years a Slave avec Lupita Nyong’o maintenant ; nauséeuse mais comblée.

Dimanche : levée avec des courbatures ; trouvé du riz moisi depuis... 2 semaines ? dans l’auto-cuiseur, quelle honte ; envoyé un mail à une agence de traduction que je vire de mon portefeuille ; préparé le terrain pour la reprise du travail ; pas fait mes devoirs de japonais ; finalisé mon bilan de 2015.

B O N N E    A N N É E    !