Source (ha-ha)

1. M’inscrire à une école de japonais
Je me suis inscrite lundi dernier à la mairie de Paris pour la 3e fois et je croise très fort les doigts ! J’aurai une réponse entre le 2 septembre et le 2 octobre. En cas de refus, je me « rabattrai » (entre guillemets car le seul inconvénient est le prix trois fois plus élevé) sur l’Inalco. Petit hic : les inscriptions ont lieu entre le 1er septembre et le 25 septembre et si j’ai la malchance de recevoir une réponse négative entre le 26 septembre et le 2 octobre, je l’aurai dans l’os. En vrai, je me bougerai le popotin avant, quand même. Les années précédentes, j’ai eu une réponse très rapidement.
Objectif atteint à 100 %, reste à voir le résultat

2. Réviser mes cours de japonais
Août a été un mois très chargé professionnellement et... bon ok, je n’ai absolument pas planifié cet objectif donc forcément, je n’ai pas réussi à dégager des journées pour m’en occuper. Leçon apprise, j’ai déjà prévu des jours pour ça en septembre.
Objectif atteint à 0 %, reporté

3. Réviser mon vocabulaire de chinois
Cela prend un temps fou ! J’ai énormément de textes à convertir en glossaires donc j’ai fait ça petit bout par petit bout et continuerai en septembre.
Objectif atteint à 25 %, à continuer

4. Continuer de préparer le voyage au Japon
Les hébergements ont tous été confirmés mais je m’y suis prise trop tard pour le Musée Ghibli : pour la France comme pour l’Angleterre, il n’y a plus de billets avant novembre ! Il semblerait que notre seule chance soit les distributeurs Lawson, sur place. Peu d’espoir, mais pas la fin du monde. Quant au JR Pass, ce sera dans les jours qui viennent.
Objectif atteint à 25 %, à continuer

5. Faire au moins une expo (notamment celle que j’ai ratée et celle sur le design et l’objet)
J’ai fait celle sur l’invention et le design au Musée des Arts et Métiers et je suis même allée au ciné !
Objectif atteint à 100 %

6. Remplir une carte de Paris avec mes adresses fétiches
Fait sur l’application Everfood, ce n’est pas parfait mais ça m’a été bien utile à plein de reprises !
Objectif atteint à 100 %

7. Réparer le tabouret de bar cassé / Nettoyer les placards de la cuisine
Grâce à mon beau-père et à son fils (= monsieur, donc), tabouret réparé ! Et certains placards sont propres et réorganisés :
 
Objectif atteint à 200 %

8. Apprendre à mieux anticiper (j’expliquerai)
Grâce à ce merveilleux apprentissage qu’est celui de la conduite, je me suis rendu compte que j’avais parfois une fâcheuse tendance à foncer tête baissée sans savoir où je vais. Outre le fait que cela a sérieusement entamé ma confiance, ce comportement ne me semble pas très intelligent. Du coup, en bagnole comme dans la vie, j’ai essayé de définir mon itinéraire avant de me lancer, ainsi que des plans d’action, et surtout des plans B et C. Pour la conduite, je passerai – normalement – mon permis à la fin du mois et pour la vie, cette nouvelle manière de penser me convient bien, même si elle n’est pas encore automatique. Sans rentrer dans les détails, je me sens plus maîtresse de moi-même et de ma vie.
Objectif atteint à 75 %, à continuer

9. Faire des lots de lecture et m’y tenir 
Liste dressée ici et pour l’instant, ça marche comme sur des roulettes : pas d’achats superflus, des lectures plus disciplinées, beaucoup de plaisir de lecture en plus. J’attends de voir quand il y aura plein de sorties manga et que les livres s’accumuleront.
Objectif atteint à 100 %, à continuer

10. Continuer d’aller à la piscine
Fait avec énormément de plaisir lorsque la piscine n’était pas fermée. Pour la première fois de ma vie adulte, je me surprends à envier les gens qui disposent de leur propre piscine (car oui, avant, je n’en avais rien à cirer).
Objectif atteint à 100 %, à continuer

11. Continuer le geocaching
J’ai vaguement songé à tester dans les villes où je me suis rendue, mais avec les gros bébés que sont mes parents, cela aurait été difficile.
Objectif reporté

BONUS

Bilan : je ne suis pas mécontente d’avoir réussi à travailler sur plusieurs fronts, même si les résultats ne sont pas toujours aussi bons que je l’aurais voulu. J’ai fini le mois sur les rotules et les vacances m’ont (évidemment) fait beaucoup de bien. Aussi, en septembre, j’ai prévu de continuer sur les objectifs entamés et de donner beaucoup plus dans les loisirs.
Source

Cette semaine sera racontée de manière chronologique !

LUNDI : région parisienne et Paris
  • Grand soulagement de terminer des projets qui ont duré le mois entier et d’avoir du travail prévu pour septembre mais pas trop.
  • Petites vérifications pour le Japon : onsen mixtes et... oh, plus de billets pour le Musée Ghibli, j’aurais vraiment pas dû traîner.
  • La mise à jour du GPS de mon père est incroyablement fastidieuse : recherche d’un pilote, installation d’un autre logiciel, appareil non reconnu, connexion perdue en cours de route, débranchement violent que le machin n’a pas trop aimé...
  • La nuit chez mes parents, je la passe à googler « comment ne plus entendre ronflements » (de ma mère, en l’occurrence) et découvre la technique de la double boule quiès par oreille. En 15 minutes, je passe maître dans l’art de former des boules quiès géantes.

MARDI : Metz
  • Ouh qu’elle m’énerve ma mère, avec son manque de considération écologique : « qui sait si le pétrole ne va pas se renouveler, faut pas s’inquiéter pour demain, on trouvera bien d’autres planètes ! ». What. The. Fuck.
  • Mon père n’est pas très emballé par Sound of Siam, dommage.
  • Malgré tout, le voyage se passe sans encombre et nous arrivons assez frais dans la jolie ville de Metz !
Après les critiques émises par mes parents à l’encontre d’Air Bnb, je n’ai pas hésité, c’est Ibis Metz.
Chambre très spacieuse en plus !


La Tour Camoufle ? Pas retrouvé sur Google Maps.
 
 
 
 
 
 
De la lavande ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  •  Déjeuner au Romarin, à deux pas de l’hôtel. Je n’ose pas prendre de photos, d’autant que le service est assez peu avenant, mais le repas est correct sans plus. Pas d’entrée pour moi car il n’y a que de la « viande terrestre » mais le carpaccio de bœuf de mon père et la salade de magret de canard de ma mère sont bons, d’après leurs dires. En plat, mon père opte pour son indéboulonnable filet de bœuf (« viande pas tendre ») tandis que ma mère et moi prenons un cabillaud au risotto ; comme toujours, le poisson est quelconque mais le risotto est assez goûtu quoique très salé. En dessert, nous nous partageons un « chaud froid de mirabelles », soit des mirabelles passées à la poêle accompagnées d’une boule de glace à la mirabelle.
  • Au dîner, nous errons sur la grande place sans trouver notre bonheur. Le Bouche à Oreille, un resto de plats à base de fromage n’ouvre pas avant la semaine prochaine et nous capitulons à Arita, un restaurant nippo-coréen tenu par une femme coréenne et sa fille. Honnêtement, c’est une belle surprise malgré la déco franchement défraîchie (je n’y suis pas sensible d’ordinaire mais là...) : tempura entourée de nouilles et non de panure/chapelure, chawan mushi pas mauvais même si je détecte un condiment asiatique dont je ne connais pas le nom français mais qui n’a rien à faire dans cet amuse-bouche il me semble, daifuku et monaka à la châtaigne en dessert. D’après certains avis, les plats coréens sont encore meilleurs !
  • Comme toujours avec mes parents, on se contente de visiter le centre-ville ou la vieille ville sans sortir des sentiers battus ni entrer dans les musées, mais rien de gênant cette fois. Je me suis offert un nectar de mirabelle (c’est le fruit qui se produit dans la région lorraine) et... un thé à la mirabelle, incorrigible.

MERCREDI : Orschwiller et Strasbourg
  • Révélation : le « château de Kingsburg dans la ville de Kingsburg » que nous avions visité en famille il y a une vingtaine d’années est en réalité le château du Haut-Koenigsbourg dans la ville d’Orschwiller, non loin de Strasbourg !
  • La visite est passionnante, j’en explore pas mal de recoins et prends des photos avec mon bridge, donc pas de photos ici !
  • Direction ensuite Strasbourg, où l’omniprésence des vélos nous choque : apparemment, couper la route à un piéton en manquant de le percuter est une pratique acceptée.
  • Le midi, nous déjeunons dans la « taverne » du château, où je fais quelques emplettes pour le swap.
  • Le soir, direction Les sales gosses, un semi-gastronomique assez créatif (la carte change toutes les six semaines, au gré des régions mises en avant) dont l’inconvénient pour moi est qu’il oscille entre milieu et haut de gamme. Mais globalement, j’ai apprécié le mélange d’ingrédients offert par ce menu de Gascogne :
Carpaccio de Saint-Jacques à la truffe, crème de laitue
Le tourin de mon père, une soupe à l’ail rose accompagnée de supions (petites seiches) et de chorizos, est une tuerie... que j’oublie de mitrailler.

Cuisse d’oie au vin et magret d’oie rôti avec une charlotte de légumes truffés (pas goûté)
Carré de cochon laqué (pas goûté), les légumes et fruits sont excellents !
 
Darne de colinot (merlu) un peu fade, mais le feuilleté de cèpes et d’aubergines est excellentissime et le jus de myrtille tirant sur l’acide est très original et bon.

On n’a plus de place pour le dessert mais on a quand même droit à de succulentes guimauves faites maison :)


  • Le soir, retour à l’hôtel, encore un Ibis car je ne prends plus de risques maintenant.
  • Hélas, la chambre est beaucoup moins grande qu’à Metz et je me retrouve quasiment à côté de mes parents, à subir leurs ronflements très sonores.
  • Réveillée à 2 heures du matin, je m’acharne sur Among Others de Jo Walton en me disant que l’histoire a pourtant tout pour me plaire, et je suis interrompue par mon père à une reprise : « tu as vraiment pris la mauvaise habitude de lire pendant qu’on dort, ta mère et moi ! Et si tu dormais toi aussi ? ». Je ne prends pas la peine de lui répondre, les quatre boules quiès me servent de quadruple alibi à ma surdité soudaine.
  • Si les oreilles repoussaient, je me les trancherais volontiers sur le champ.
  • J’imagine que c’est en me demandant pour la millième fois de ma vie pourquoi les oreilles ne sont pas des organes contrôlables comme les yeux que je m’endors.

JEUDI : Nancy et retour
  • Une vaste blague impliquant l’hôtel (décidément), le parking, le ticket de parking et moi-même nous assaillit dès le matin : j’aurais perdu le ticket de parking et je devrais donc le payer une seconde fois à l’hôtel (12 €) ou au parking (17,50 €). Honnêtement, il est tout à fait possible que ce ticket dont je n’ai jamais vu la couleur m’ait échappé des mains mais c’est absurde de me refaire payer un bout de papier alors que j’ai la facture de l’hôtel ! Après un coup de fil bien senti, j’obtiens un « geste commercial » avec la précision que l’hôtel devra payer le ticket une deuxième fois à ma place. Pauvre, pauvre groupe Accor, ruiné par 12 €.
  • Heureusement, à Nancy, grâce aux bons conseils de titite, on visite d’emblée les choses les plus intéressantes !
  • La Place Stanislas donc, la plus belle d’Europe, et on comprend aisément pourquoi :
 
 
 
Bergamote ?

  • Difficile de photographier en entier la Basilique Saint-Epvre sans traverser la rue, je me contente de ça :
 
 
 
  • Au déjeuner, nous voulons aller à La Maison dans le Parc, comme l’a recommandé titite, mais rien ne nous tente dans le menu déjeuner, entre les coquillages et le poulet.
  • Après consultation de TripAdvisor et quelques coups de fil, nous atterrissons à la Cour des arts, qui propose une cuisine nourrissante et honnête, que j’aime beaucoup : gambas flambées, aubergines et riz, frites offertes par la maison :

  • Au fil de notre balade digestive, je tombe sur une boutique absolument géniale, les ZinZolines, et résiste fort devant la belle vaisselle d’Anne-Laure Charlier...
  • Arrêt à la boutique des Sœurs Macarons pour acheter des... macarons (assez différents de ce que l’on voit d’habitude et plus proches visuellement de cookies) et des bonbons à la bergamote, qui se révèleront agréablement poivrés.
  • Devant le studio de tatouage qui porte son nom, mon père prétend être l’artiste tatoueur et récite les arguments inscrits sur la vitrine. J’ai très envie de soulever mon t-shirt pour lui dire « bon boulot » mais la raison me rattrape avant.
  • Le tour du centre historique fait, nous retournons sur l’autoroute, où mon père me complimente sur mon sens de l’orientation et ma lecture des cartes, qui se sont améliorés.
  • La pluie se fait diluvienne et je flippe franchement, la vue et les réflexes de mon paternel n’étant plus aussi affûtés que lorsqu’il travaillait.
  • Heureusement, mon ami le paquet de chips est là pour me tenir éveillée (si si) et en plus, quelques jours après, la balance m’indiquera que je n’ai pas pris un gramme pendant ces trois jours !
  • Dernière tentative de mes parents de me faire dormir chez eux mais vraiment, trois nuits de ronflements, c’est ma limite. Ils gardent mon PC en otage et je rentre retrouver avec bonheur homme, chat et chat.

VENDREDI : retour en région parisienne
  • Bonne résolution : j’arrive à la piscine dès son ouverture et enchaîne les longueurs (très courtes) pendant 40 minutes. Mon prof de natation dit que j’ai bien progressé : encore heureux, mais le compliment me fait très plaisir.
  • Une douche, une lessive et quelques trains plus tard, je suis à une table du restaurant Sanukiya. Je m’arrête un instant devant mon bol d’udon aux tempuras et mon Calpis avant de me rappeler que je voulais commander léger pour ne pas aggraver les dégâts. Raté.
  • Somnolente, je me dirige vers le Musée des Arts et Métiers pour faire l’expo Invention/Design, vraiment bien foutue. Axée autour de quatre notions – l’essentiel, l’audace, le contexte, la curiosité – elle m’apprend une foultitude de choses (ça y est, je comprends le principe d’un autoclave) et me montre même ce fameux désamorceur de mines dont j’ai souvent lu les éloges dans divers magazines. L’expo est un peu courte et peut donner l’impression d’être un catalogue géant de par les nombreuses entreprises françaises et étrangères mises en avant, mais les cartons et les vidéos se chargent de nous faire oublier tout ça. Je ressors ravie.
  • Je passe récupérer mon PC chez mes parents et collecte en même temps le thé à la mirabelle, un chèque que mon père a tenu à me faire et un concombre amer (ne pas voir de lien entre ces éléments). En échange, je laisse un maigre butin, la casquette de mon père qui était restée dans mon sac. 
  • Sur le chemin, j’apprends que mes plans de lundi prochain sont chamboulés : monsieur a un entretien le matin alors que j’avais prévu une grasse mat’ (mais c’est une bonne nouvelle) tandis que le rendez-vous chez le notaire de mes parents est – je l’espère – reporté. Mon plan était trop parfait.
  • Direction ensuite le salon L’Autre thé, où je mets une bonne heure trente pour éditer moins de dix factures !
  • Plus le temps de passer par Cour Saint-Émilion terminer mes achats de swap, je fonce presque au ciné voir La belle saison, que j’ai adoré : ton juste, dialogues naturels, personnages attachants...
  • C’est avec beaucoup de joie que je commande un mois de paniers de fruits et légumes bios, ça m’avait beaucoup manqué.
  • Et de la litière aussi car les bêbêtes font des carnages en ce moment, mais ça, ça ne m’avait pas trop manqué.
  • Une conversation avec Elanor me replonge dans les mystères de la synesthésie, cette délicieuse association d’émotions et de chiffres/couleurs/lettres...
  • Je complète mon journal Midori avant de m’endormir en me demandant d’où venait cette énergie et si elle durera.

SAMEDI : chaud, chaud, chaud
  • Et effectivement : réveil maussade, courbatures, maux de ventre, chats plus que chiants (qui m’ont bousillé mon bambou, soit dit en passant), on a connu mieux.
  • Je tente quelques réaménagements dans l’appartement car en y repensant, cela fait un an que je n’ai pas fait de nuit complète à cause de miaulements, de griffures et de Pipolino en roue libre.
  • Je complète mollement mon glossaire de chinois mais le cœur n’y est pas, la tête non plus.
  • La leçon de conduite pourrait mieux se passer mais mon cerveau est en veille à cause de la chaleur, fâcheux.
  • Je passe enfin à la Fnac finaliser le swap puis, me surprenant moi-même, achète des produits chez Lush : même si leur masque pour le visage est assez efficace sur moi, je ne le prenais plus car je devais en jeter plus du tiers à chaque fois, produit frais oblige. Sauf qu’en ce moment, j’ai plus de boutons que de peau. Enfin, ce qui devait être l’achat de deux t-shirts s’est transformé en un t-shirt et une jupe inassortissable.
  • « YMCMB » sur la casquette d’un jeune homme : Young Men Comme Ma Bite ?!
  • On rentre épuisés, couverts de sueur et, pour ma part, puante. Douche et soirée tranquille entre lecture et blogging.
  • Subitement, à la page 100, j’accroche à fond à Among Others : la magie de Morwenna aurait-elle agi ?
DIMANCHE : jour de fête
  • Brunch entre amis pour célébrer l’âge canonique (rôh) de monsieur mais n’étant pas voyante, je ne pourrai prédire cette journée à part qu’on va – a priori – bien manger.
Source

Cette semaine...

Travail
  • S’énerver des bruits de pas monstrueux et réguliers que fait un voisin, avant de se rendre compte que c’était un bruit sourd causé par... son clavier.
  • Plus qu’un jour avant la fin du projet que je n’aurais peut-être pas dû accepter.
  • Quelques compliments de la part de clients, ça ne fait jamais de mal.

 Chats
  • Je voulais acheter un petit spray de phéromones pour mes bestioles qui ne jouent plus entre elles (rôh ça va, j’ai le droit de rêver) mais je me suis retrouvée avec un diffuseur électrique.
  • Est-ce que ça marche ? Sur moi, à merveille : double dose de câlins, des yeux pleins d’amour et ronrons à puissance maximale. Entre elles, absolument pas. En plus, l’odeur m’indispose.

Culture
  • Utopia, suite et (non) fin : même si cette série a été interrompue, je la recommande chaudement aux amateurs d’humour décalé et noir, de théories du complot, de couleurs saturées et de retournements de situation !
  • Mais c’est que je suis en train de lui faire un sort, à cette pile à lire ! Je crois même pouvoir faire un billet mensuel récapitulant mes lectures.

Achats
  •  Oh-oh, j’ai déjà reçu mon journal Midori, je peux enfin consulter les blogs dédiés sans trop baver !

Restaurants
  • Et zut, le resto gastronomique L’Initial, où je voulais emmener mon père pour son anniversaire est fermé le lundi et les Chinois ne fêtent pas leur anniversaire a posteriori. Groumpf.
  • Sinon, j’ai adoré les entrées du Waly Fay (gratin de crabe, allocos de bananes plantain), le dessert (sorbet de corossol), mais un peu moins le mafé, dont le goût est un peu fort pour moi.

Bouffe
  • J’ai oublié d’immortaliser un très très beau ratage culinaire : une omelette roulée aux épinards, tartinée de Philadelphia et farcie aux champignons... tellement dégueulasse et indescriptible à la fois que mon dîner s’est métamorphosé en un paquet de chips. 
  • Notre traiteur habituel de sushis semblant encore être en vacances, on s’est rabattus sur notre tout premier traiteur et mal nous en a pris : portions chiches et poisson limite pas frais.
  • Ah tiens, à en juger par la photo du tataki de bœuf, je pense que le site culinaire que j’ai toujours cru végétarien ne l’est pas ou s’est reconverti.

Santé
  • Très petite, entre fatigue extrême et retour des nausées, je dois porter mon bébé depuis environ 8 ans, là.
  • Hmm, repousser la piscine de mardi à vendredi et de vendredi à samedi, pour tomber sur une pancarte « fermée pour problème technique », ça m’apprendra à faire la morale à monsieur pour ne pas qu’il remette les choses au lendemain, tiens.


Vacances
  • Vérification faite auprès de l’office du tourisme d’Avignon, la lavande a déjà été coupée. Cette semaine, j’irai donc à la place à Metz, Nancy et Strasbourg avec deux gros bébés, mes parents.
  • Merci à tous ceux qui m’ont donné des conseils et des recommandations très précieux pour mon voyage au Japon ^^

Divers
  • La palme du tweet indécent est décernée à cette personne qui chouine sur sa malchance car elle part en Thaïlande quelques jours après l’attentat à Bangkok.  
  • Quant à la palme de la lâcheté, elle va sans l’ombre d’un doute à ce caissier qui a préféré me faire passer pour une conne devant un gros costaud un peu ivre et agressif pour ne pas l’énerver plutôt que de faire correctement son boulot.
  • Situation absurde : mon père m’appelle au moment où je rentre dans le cabinet de la vétérinaire donc je ne décroche pas et quelques secondes plus tard, le téléphone du cabinet sonne. Sur le coup, j’ai bien cru que c’était lui.
  • Si tout se passe bien, je passerai mon permis fin septembre « parce que tu as atteint ton niveau de croisière et que tu ne t’amélioreras pas plus en 20 ou 30 heures supplémentaires » ; on a entendu plus optimiste mais on y va ^^
  • Je vends encore 5 sacs d’occasion à petits prix ! Photos sur mon Instagram.
Source

Allez, ce n’était pas prévu, mais je vais rassembler ici les adresses et les attractions japonaises que j’aurai glanées et qu’on m’a(ura) données d’ici mon départ. Elles pourront être utiles aux personnes qui iront dans le pays sous peu (wink wink) ou à nous-mêmes car on y retournera forcément (pas encore partis que déjà...).
Si vous avez des endroits chouettes à partager, laissez donc un commentaire !
Et ne soyez pas trop étonnés de voir des erreurs de localisation : j’ai toujours été une brêle en géographie et pour l’instant, j’en suis encore au stade où je panique lorsque je déplie la carte de Tokyo.
Ce post sera donc en chantier perpétuel :)


TOKYO

Akibahara
  • Super Potato (jeux vidéo)
  • Nakano Broadway > TaCO-ché (librairie-galerie)
  • Kotobukiya  (BD)
  • radio kaikan building (centre commercial)
  • Kanda Myojin (sanctuaire shintô)
Ginza
  • Itô-ya (papeterie)
Harajuku-Omotesando
  • Meiji Jingu
  • Takeshita Dori
  • Oriental Bazaar 
  • Chicago (kimono, vintage - côté droit quand on sort du Meiji Jingu)
  • Maisen (tonkatsu en sandwiches)
  • Crayon House (bio – partiellement végétarien)
  • Kiddy Land (jouets)
  •  
Ikebukuro
  • Gokukiji
  • Bic Camera (jeux vidéo) 
  • Tokyû Hands (papeterie)
  • Loft (bidules)

Kichijoji
  • Shimanekoken (bentô)

Meguro
  • Da Isa (pizzas)
  • Baishinka (salon de thé – jardin)

Roppongi
  • Musée Mori
  • Tokyo City 
  • Uguisu the Little Shop (créations artisanales – ouvert du vendredi au dimanche seulement)
Shibuya
  • Statue de Hachiko
  • Tower Records

Shimokitazawa 
  • Hipsters, musiciens, vintage
Sunshine City
  • Gyoza Stadium
Tsukiji
  • Marché aux poissons
Ueno
  • Tokyo National Museum 
  • Parc
  • Zoo

Chaînes
  • Tutuanna
  • Mandarake (Shibuya, Akibahara, Ikebukuro)
Autres
  • Bazar Tabineko (jouets)
  • Activation de l’horloge de Miyazaki  (20h)
  • Temple Myojin 
  • Ema manga

KAMAKURA
  • Tout ?
  • Tsurugaoka Hachimangu (temple entouré de nénuphars géants)
  • Enoshima
 

MITAKA
  • Musée Ghibli 

ODAIBA (île artificielle)


YOKOHAMA
  • Chinatown / Chukagai


KYOTO
  • Temple Higashi Koyanji
  • Pavillon d’Or
  • Pavillon d’Argent
  • Ryoanji (jardin zen)
  • Chemin des philosophes
  • Kiyomizu-dera (accessible en bus)
  • Musée international du manga (bah oui) 
  • Fushimi Inari
  • Bambouseraie
Gion
  • Yasaka Shrine (Yasaka-jinja)
 KUMANO KODO

OSAKA
  • Musée Osamu Tezuka ?
  • Château de Himeji
  • musée Kamigata (estampes)


Sources dans le désordre :

Question aux connaisseurs : est-ce que le quartier montré dans le manga Quartier Lointain existe bien ? Est-il facilement accessible ? Merci !

Jenny Yu

Cette éprouvante semaine...

Travail
  • J’ai frôlé le burn out, si si.
  • J’ai dû changer mon planning des deux prochaines semaines quatre (4) fois.
  • Cette impression d’essayer de faire rentrer de force un bout de gras dans un jean, mais avec des mots à la place du gras et un planning à la place du jean.
  • Une petite fierté malgré tout : caser dans une trad’ sur les légumineuses : « À chaque petit pois son petit bruit », si si.
  • Mais une fin de semaine insatisfaisante au possible avec ma connexion Internet qui a lâché.
  • Fin du calvaire programmée au 24 août dans la soirée.

Japon
  • 20 nuits d’hôtel bouclées !
  • Ne pas oublier les entrées au Musée Ghibli et les JR Passes, maintenant.
  • Et j’ai aussi commencé à noter les bonnes adresses vues à gauche à droite : à moi Itôya, la papeterie sur huit étages !
  • Monsieur est prévenu et aura quand à lui le Super Potato, le supermarché du jeu rétro.

Loisirs
  • On a fini la série Treme, maintenant, c’est au tour de la suite d’Utopia, de la fin de Six Feet Under, de Sense8 dont tout le monde parle ou encore de Vikings, qu’on m’a offert.
  • Vienna Teng sortira un nouvel album en octobre, hiiii ! Bon, en vrai, je pense qu’il ne sera pas tout à fait à mon goût car c’est un projet collaboratif, mais je suis quand même ravie.
  • Il y avait bien longtemps qu’un manga ne m’avait pas autant faire rire que Mes petits plats faciles by Hana ^^

Bouffe
  • La recette des spaghettis à l’avocat et au zeste de citron d’Anna Jones a été testée et sera refaite avec des proportions sérieusement revues. Ce qui ne m’a pas empêchée de commander son livre, A Modern Way to Eat: Over 200 Satisfying Vegetarian Recipes
  • Pas mal, le parfum Melon de chez Amorino.

Achats (pas en reste, sûrement à cause du stress)
  • Comme annoncé, j’ai craqué pour les deux CD de The Sound of Siam – sur les bons conseils de Sunalee – et pour un Midori’s Traveler Notebook (car Seaweed Kisses quoi). Non, je ne pouvais pas attendre d’être au Japon pour m’en procurer un.
  • Mon sac Eighteen Rabbit est arrivé, il est encore plus grand que prévu (au point que les poignées font office de bandoulière) et beaucoup plus tissé aussi, mais est très polyvalent !
  • Hop, le plein de cadeaux, car c’est le mois !
  • Quant au swap, il avance.

Santé
  • Piscine, pisciiiine !

Divers
  • Voisine qui nous ramène du spray pour graisser notre porte de balcon, de quoi j’me mêle ?! On allait en acheter le week-end !
  • Pff, pas de joli timbre vers la Belgique dans mon bureau de poste.
  • Jeudi, c’était la journée internationale des gauchers, bonne fête à eux.
  • J’espère avoir réussi à sauver le terrarium, qui a souffert avec la canicule.
  • Et que le bambou qui est venu embellir mon bureau ne connaîtra pas le même sort.
  • Comme prévu, mes parents ont encore changé de plan et ne sont plus très chauds pour Avignon, gniii.
Source

Ma mère : bon, écoute, si tu es vraiment asthmatique à cause des chats*, je veux bien te reprendre Scorpy.
Moi : heu... et Otak ?!
Ma mère : tu te démerderas pour la confier à quelqu’un d’autre, je n’en veux pas !
Moi : elle est infiniment plus facile à gérer que Scorpy.
Ma mère : oui mais Scorpy est belle...
Moi : tu ne t’intéresses qu’à l’apparence !
Ma mère : et toi,tu ne t’intéresses qu’à l’affection qu’Otak te donne !

Heu...eh bien, oui, je trouve ça important ?!

*et j’ai certes développé un asthme allergique, mais à cause des graminées.
Source

Cette semaine...

Travail
  • Je ne saurai jamais ce qui m’a prise d’accepter de traduire un dossier nommé « Contrats ».
  • Il n’y a qu’avec un formidable accent écossais que je peux comprendre « a ginger government » au lieu de « a change of government ». 
  • J’ai rencontré l’une de mes réviseuses pour un projet mensuel sur lequel je travaille depuis mars, c’était très sympa, même si on n’a pas pu aller comme prévu au Prescription Cocktail Bar.

Santé
  • Pas de piscine pour cause de surcharge de travail mais j’ai découvert en fin de semaine qu’elle ouvrait jusqu’à 21 heures certains soirs ! Reste plus qu’à m’assurer qu’il y a un service de bus jusqu’à cette heure ô combien nocturne dans mes contrées.

Lectures
  • Pour l’instant, les piles à lire intermédiaires fonctionnent bien.
  • J’ai lu un extrait assez conséquent de Mes petits plats faciles by Hana (le « volume 2.5 » offert par l’éditeur) et ai par la suite craqué sur les deux premiers volumes. Croisons les doigts car je n’avais pas trop aimé le début du volume 1.
  • Lire Le peintre d’éventail de Hubert Haddad avec un verre de vin rouge et du chocolat noir : je me suis sentie si adulte l’espace d’un soir.

Série
  • On est déjà si proches de la fin de la série Treme (le destin de certains habitants de la Nouvelle-Orléans post-Katrina, avec bien sûr beaucoup de jazz).

Chats
  • Les chats sont déjà en manque d’affection dès que je sors faire des courses, comment vont-elles survivre à notre long voyage en octobre ?!
  • Il n’y a bien qu’Otak pour accourir me faire un bisou quand elle m’entend faire une crise de nerfs ^o^

Bouffe
  • Le retour des biscuits de mon enfance, les Sirtaki !
  • Betjeman & Barton m’a offert un bon de 10 € pour mon anniversaire, avec lequel je me suis offert du chocolat Zaabär (baies roses et citronnelle cette fois), mais n’ayant pas assez de monnaie pour payer l’euro excédentaire, j’ai aussi pris pour 11 € de shortcakes (macadamia et citron). Logique, quoi.
  •  Des trois salons L’Autre Thé qui se trouvent à Paris, celui de Mouffetard est de loin le plus sympa, en plus de me faire replonger dans mes (heureuses) années estudiantines.
  • Le 37 m² ne proposant plus de bentô végétarien, je me suis rabattue sur un bentô au poulet au sel et poivre, pensant éprouver un plaisir coupable à manger de la viande. En fait, au bout de quatre morceaux, j’étais juste écœurée et ai lâché le... morceau (ha-ha). Sinon, les légumes marinés sont pas mal sans être transcendants et le bubble tea au taro était 100 fois trop sucré. Une adresse taïwanaise sympa pour dépanner, pas plus.

 Achats
  • Je n’ai pas trouvé de plateau en bois pour déposer une tasse et des feuilles de thé (et espérer les photographier) mais le plateau en plastique coloré trouvé chez Hema, sur les bons conseils d’Armalite, fera l’affaire.
  • J’y ai trouvé en prime des cartes d’anniversaire et un moule à gâteau pour remplacer celui que j’avais massacré.
  • Le dernier exemplaire de l’ouvrage que je souhaitais offrir se trouve dans la Fnac de Quimper. Heureusement, son remplaçant semble avoir fait mouche. 
  • Je n’ai pas trouvé le coffret d’épices que j’espérais mais au moins, mes placards se sont enrichi de mélanges pour salades tout à fait intéressants et du piment d’Espelette tant convoité.
  • Je sens que je vais bientôt craquer sur diverses choses : les CD The Sound of Siam recommandés par Miss Sunalee ou encore un Midori’s Traveler’s Notebook.

Divers
  • J’ai presque entendu le livreur TNT gémir quand je lui ai confirmé au téléphone que je serai bien chez moi lors de la livraison et j’en ai tiré un plaisir sadique
  • « Et quand c’est marqué ’tarif pour deux nuits’, ça veut dire que c’est pour deux nuits ou une nuit ? » – mon père dans toute sa splendeur paranoïaque. 
  • Donc si mes parents ne m’auront pas achevée avant avec leurs changements de plan tous les deux jours, je partirai à Avignon à la fin du mois.
  • Ai-je déjà déclaré mon amour pour l’émission On va déguster, sur France Inter, avec François-Régis Gaudry ? Bah voilà, c’est fait.
  • Détiendrais-je la clé pour réparer mon tabouret de bar ? Suspens...
  • Et je me note ici une chouette découverte musicale country-soul, Lee Ann Womack.
(Comprenne le titre qui... aura le même « humour » que moi)

Source

Booon. À la base, je suis contre m’imposer des lectures, parce que je suis persuadée que c’est le meilleur moyen de ne plus rien lire. Sauf qu’après avoir dressé ma PÀL, je me suis rendu compte du nombre d’ouvrages intéressants qui traînent depuis des mois, voire des années, sur ma table et dans lesquels j’avance à pas de fourmi.

À titre expérimental, j’ai donc choisi en juillet quelques magazines et mangas à lire en priorité et j’ai pu constater à quel point je suis docile je sais respecter une liste. Et que c’est très gratifiant et rassurant de voir la pile se réduire.

Du coup, me voici avec une PÀL fragmentée et qui sera mon planning de lecture jusqu’à l’année prochaine. Les mauvaises langues me diraient que j’avais fait la même chose pour les films et que ça s’était fini en un échec lamentable mais je rétorquerais que les livres, c’est pas pareil et qu’il n’y a pas besoin d’attendre son compagnon, intéressé, ptêt ben qu’oui, ptêt ben qu’non, etc. Et comme la question m’a été posée : oui, j’ai tenu compte du fait qu’une PÀL n’est jamais figée et que je risque d’acquérir de nouveaux bouquins en cours de route, en laissant de la place aux séries de manga qui paraissent régulièrement, en variant un peu mes lectures et surtout, en me rappelant régulièrement que je ne devrais pas acheter de nouveaux romans (ils ne vont pas disparaître d’ici 2016 !) et que je devrai faire attention pour les magazines.

Août 2015
Roman : Le peintre d’éventail
BD : Dorohedoro 17, Sunny 3, Arslân 2, Animal Kingdom 4, Spica² 2
Magazine : Neon *1

Septembre 2015
Roman : Morwenna
BD : Poison City, Animal Kingdom 5–10
Magazines : Neon *2, Feuilleton

Octobre 2015
Au Japon, mais j’emporterai Feuilleton avec moi s’il n’est pas fini et Le vide et le plein ainsi que The Umbrella Protectorate

Novembre 2015
Roman : Je suis un chat, Gagner la guerre
BD : Empreintes, John Prophet 1
Magazines : Soap *1, Kaboom 5

Décembre 2015
Roman : Gagner la guerre
BD : Six Gun Gorilla, RASL, John Prophet 2
Magazines : Soap *1, Kaboom 6, Wired *1

Janvier 2016
Roman : Marelle
BD : The Finder Library
Magazines : Kaboom 7

Février 2016
Roman : Wildwood
BD : Hana Otoko, Are You My Mother?
Magazines : Missy *2

Mars 2016
Roman : Blanche-Neige et les lance-missiles
BD : Building Stories
Magazines : Missy *2 

Avril 2016
Essai : People’s Pornography
Magazines : des Wired par milliers

Au boulot, maintenant !

Source

Travail
  • En mini-congés depuis que j’ai fini l’Horrible Traduction Qui M’a Beaucoup Appris (et dont le client est content, hiiii !).
  • Non mais je rêve. Cet article a rendu fou la communauté des traducteurs et des freelances d’une manière générale, soyez prévenus.
  • Géniale, cette présentation du français québécois :)
  • Une impression de stagner malgré tout – bonjour le paradoxe – avec un bon dilemme professionnel qui vient couronner le tout.

Japon
  • Je ne suis pas peu fière d’avoir réservé quatre hébergements en une soirée, à savoir les appartements Air BnB à Kyôtô et Ôsaka, l’hôtel à Hiroshima et le ryôkan Iwaso à Miyajima. L’option paiement sur place pour le ryôkan me plaît beaucoup, tiens...

Sorties
  • Une sortie avortée, comme toujours lorsque je ne planifie pas la veille. Bah, pourquoi aller lire dans un salon de thé à Paris quand je peux lire chez moi, faire baisser mon propre stock de thés et câliner des matous qui n’ont rien demandé ?
  • Bon, c’est toujours sympa de rentrer avec des wagashi – des pâtisseries japonaises – de chez Toraya. En plus, c’est encore plus beau après les travaux.

Santé
  • Un reste de crève en début de semaine, que le soleil s’est vite chargé de dégager.
  • Mais sérieusement, avec ce moniteur de conduite, je suis sûre que ma tension passe de ses 11 habituels à 15.
  • En contrepartie, j’ai de nouveau besoin d’une ceinture pour certains de mes jeans (dans lesquels je rentrais avec grande peine à une époque) et miracle conjugué de la piscine et de ma lotion anti-cellulite (on y croit), ma peau d’orange est en train de battre en retraite après 8 ans de victoire générale.

Blogosphère
  • Merci à Melle Mars pour sa jolie carte ornée d’un chat, très classe ^_^
  • Il me tarde d’envoyer un petit cadeau mais le facteur Poste est impérativement à prendre en compte...

Achats
  • + 50 à Wanimo : après avoir signalé le problème de (non-)livraison que j’ai avec Mondial Relay, le colis est arrivé le lendemain et les bestioles ont eu en prime des boules scintillantes, une litière de voyage et... une magnifique bagnole en carton ondulé, pour leurs griffes ! Je voulais déjà en acheter puis avais été rebutée par le prix d’un truc qui finira en miettes.
  • Ma commande erbie est arrivée et heu, wow, c’est beaucoup, 100 g de menthe ou de verveine. Premier test avec de la menthe poivrée et du fenouil plutôt concluant.
  • Comme on commande des sushis une fois par semaine, je culpabilise tellement que je me mets à ranger et à faire la cuisine pour le lendemain pour que le livreur ne me prenne pas pour une riche oisive (certes, je n’habiterais pas où j’habite si c’était le cas).
  • Le seul défaut de ce superbe sac commandé chez Eighteen Rabbit (merci à Armalite et au magazine Oh Comely de m’avoir fait découvrir cette marque éthique) : l’absence de bandoulière longue.
  • Et une écharpe (merci Titite et pardon, j’ai craqué) et une jupe en faux cuir. Tout ça pour le Japon bien sûr.

Divers
  • Wired continue de m’envoyer des numéros gratuits. Trop gentil T_T 
  • C’est très bizarre – et effrayant – de faire des cauchemars quand d’habitude, ses rêves ne sont ni heureux ni malheureux. Au programme : mon père qui garde sous un drap le cadavre de sa fille (je suis fille unique et cette personne était blonde), une cliente qui me reproche de l’avoir prévenue de ma non-disponibilité, une racaille qui m’offre un double coup de poing...
  • Et d’un autre côté, j’ai réussi à dormir pour de vrai en extérieur ! Bon OK, sur mon propre balcon mais quand même...
Source

  1. M’inscrire à une école de japonais
  2. Réviser mes cours de japonais
  3. Réviser mon vocabulaire de chinois
  4. Continuer de préparer le voyage au Japon
  5. Faire au moins une expo (notamment celle que j’ai ratée et celle sur le design et l’objet)
  6. Remplir une carte de Paris avec mes adresses fétiches
  7. Réparer le tabouret de bar cassé / Nettoyer les placards de la cuisine
  8. Apprendre à mieux anticiper (j’expliquerai)
  9. Faire des lots de lecture et m’y tenir
  10. Continuer d’aller à la piscine
  11. Continuer le geocaching