Source
Contrevenant à une règle stupide que je me suis fixée, poster mes revues de presse les dimanches, je vous propose quelques liens presque d’actualité en plein milieu de la semaine !

Kickstarter Kaizen Magazine : mon tout premier kickstarter... c’est pour le génial magazine Kaizen, qui vise le « changement à petits pas » avec des sujets écolos, des initiatives sociales et des questions de société. Pour amener la saison 2 du magazine — nouvelle maquette, plus de visibilité dans la presse, une plus grande diffusion — l’objectif est fixé à 60 000 €. Si cela vous parle, à votre bon cœur...

15 Unique Illnesses You Can Only Come Down With in German | Mental Floss : on connaît bien la Ostalgie, cette nostalgie de l’ex-RDA, ou la Zeitkrankheit, le mal du siècle... Mais qu’en est-il de la Frühjahrsmüdigkeit ou de la très jolie Werthersfieber ? Aperçu des différentes façons de tomber malade en allemand.

ATTACK ON TITAN Will Probably Be the Cause of World War III | Charles Webb, Twitchfilm : « c’est sympa, L’attaque des titans... mais quelque chose me gêne, qu’est-ce que ça pourrait être ? ». Une politique d’isolement, la menace venue de l’extérieur, la résistance qui s’organise, mais oui, ce pourrait bien être la situation du Japon ! L’hypothèse est à peine tirée par les cheveux tant cet énorme succès critique et commercial (publié en France par Pika) trouve son inspiration dans le passé de son pays d’origine. Une analyse pertinente et intelligente pour remettre le manga dans sa perspective historique et politique.

Adopting The Asian in 'Caucasian': Korean Adoptees and White Privilege | Nicky Sa-eun, Hyphen Magazine : qu’est-ce que ça fait de grandir dans une famille blanc... heu caucasienne comme on dit de l’autre côté de l’Atlantique quand on est une Coréenne adoptée ? Témoignage d’une femme et son rapport aux Asiatiques et aux « Blancs ».

Bureaucratie, sexisme, élitisme : Wikipédia contribue à sa perte | David Auerbach, traduit par Yann Champion, Slate : les guéguerres intestines de Wikipédia, j’en avais vaguement conscience. Le sexisme, j’en ai vachement conscience. Le sexisme au sein du Grand Conseil de Wikipédia par contre... Un article instructif et qui fait un peu descendre de son piédestal l’encyclopédie collaborative-pas-si-collaborative-que-ça.

Le Gastronome Parisien : je viens de découvrir ce site de chroniques culinaires entre Paris et Hong Kong et je bave en permanence dessus...
Comme j’ai déjà eu l’occasion de m’en plaindre sur ce blog, notre appartement souffrait de quelques imperfections, dont certaines étaient franchement gênantes : spots de cuisine qui ne fonctionnaient plus, buanderie impraticable, salle de bain pas très douillette. Et puis quand mes parents m’ont dit qu’ils allaient faire appel à un ouvrier pour rénover leur appartement, je leur ai demandé de le ramener chez moi pour évaluer l’ampleur des travaux et obtenir un devis. La suite...


Source
Cette semaine...
  1. Pour pouvoir écouter The Boy is Mine de Brandy & Monica en boucle de Champigny à Auber, ma voisine de RER devait passer un casting de musique, je ne vois pas d’autre explication possible.
  2. Le fait qu’en deux mois, deux personnes différentes me demandent si j’écris un roman est un vrai couteau dans la plaie.
  3. Pour des raisons purement professionnelles, j’ai dû demander le Figaro Magazine.
  4. Alors que je me demandais si cela faisait 5 ans que mon grand-père était décédé, je me suis rendu compte avec horreur que cela en faisait 7.
  5. Je me suis droguée au café et n’ai pas ressenti les traditionnels effets secondaires (palpitations, maux de ventre, nausées). J’ai donc continué et ai remplacé mon sang par de la caféine.
  6. Une odeur que j’associe à celle d’un cadavre a flotté sur mon palier toute la semaine.
  7. Hiii, j’ai hâte de recevoir ma commande Zara Home.
  8. « Normalement, on ne prend pas les tickets restaurant pour les pâtisseries », m’a indiqué la vendeuse de la boulangerie-pâtisserie.
  9. Un plaisir de se faire ramener à la maison en voiture après le cours de japonais par une camarade sympa.
  10. Mon nouveau casque Bluetooth est génial mais impossible de le relier au PC et à mon téléphone portable à la fois.
  11. Fière : j’ai réussi à distribuer toutes mes cartes de visite. Moins fière : il ne m’en restait que 6 en fait.
  12. Le burger végétarien du H.A.N.D. est excellentissime.
  13. Le monde kafkaïen de l’URSSAF s’ouvre déjà à moi : j’ai reçu deux accusés de réception à l’unique message que j’ai envoyé puis un appel me demandant d’éclaircir le mystère.
  14. Une graphiste va m’aider pour mon site pro \o/
  15. Et ouiii, les travaux sont finis, photos à venir :)
Source


Après Eat, Pray, Love, Elizabeth Gilbert nous entraîne dans la Philadelphie des années 1850 en compagnie — bon gré, mal gré — de la famille Whittaker. Cette formidable épopée, elle la raconte dans The Signature of All Things (L’empreinte de toute chose en France), dans un roman dense et ambitieux.

L’aventure commence...
Source
Dire que 50 soit la première référence qui me soit venue à l’esprit donne une idée de l’état dudit esprit...
Histoire d’alimenter le blog, je vais tenter de répondre à cette série de 50 questions piquée à Titite (entre autres), même si nombre d’entre elles ne m’inspirent pas.


Source
L’autre jour, alors que je lisais un avis sur L’empreinte de toute chose (Elizabeth Gilbert, j’ai écrit ce nom un nombre incalculable de fois) pour m’en inspirer, je suis tombée sur une critique bien rédigée, instructive et habitée par la passion, mais qui se finit comme ça :
Et pour les anglophones... je vous le conseille en VO. Je n’ai pas testé la traduction mais il me semble que ça ne peut pas égaler ce style merveilleux.
Comment, comment en 2015, peut-on dire des choses pareilles ? Cet internaute, non content de ne PAS avoir lu la VF, juge qu’une traduction ne pourrait rendre hommage à ce « style merveilleux » ?!
« Je n’ai pas goûté à cette charlotte aux framboises mais il me semble qu’elle ne peut pas être meilleure que celle de ma maman ».

Premier mythe
La VO. Surtout l’anglais. Ah, l’anglais. Ce n’est pas notre langue maternelle mais en même temps, on la comprend bien ou on croit la comprendre bien. Donc quand on aime un roman en anglais, il est merveilleux, il est exotique. Les petites erreurs de style, les lourdeurs, la pédanterie ? Oubliées, c’est anglais, c’est exotique. D’ailleurs, on le comprend bien, l’anglais.

Second mythe (ou deuxième, devrais-je dire, mais ce sera « second » aujourd’hui)
La traduction ne peut pas égaler la VO. Et pourquoi pas ? Est-ce inconcevable qu’une traduction sublime son original, aussi bon soit-il ? Et si le traducteur avait une meilleure plume encore ? Ou si, tout simplement, à force de se pencher sur le texte, il a suffisamment de recul et de temps (ha-ha) pour gommer les imperfections ? Personnellement, quand j’ai lu Les lions d’Al-Rassan de Guy Gavriel Kay, j’avais 20 ans et c’était grâce à la traduction d’Elisabeth Vonarburg. Le texte m’a paru tellement beau que je me suis dit que ça a dû être un plaisir à traduire. Quelques années plus tard, je vivais en Angleterre, j’achetais donc mes livres en anglais et j’ai pris Tigana de ce même Gavriel Kay. Horreur et damnation, le monsieur a des idées formidables mais un style plat et des expressions plus que pauvres, à mon sens ! Je ne sais pas si sa traductrice a souffert et je trouve moi aussi le style de Gilbert beau mais penser qu’une traduction ne pourrait pas le sublimer, c’est penser la traduction et la langue française avec des limites. Et c’est triste.

Bref, loin de moi l’envie de faire du misérabilisme donc je ne ouinerai pas sur les gens qui tapent sur la traduction sans avoir lu la VO. Au contraire, le message, c’est que la traduction peut et doit améliorer l’original. Ne partons pas fatalistes !


Cette semaine...
  1. Je dois avouer avoir beaucoup aimé le film World War Z après l’avoir renié un certain temps (parce que quand on est fan du livre, toussa).
  2. Qu’est-on censé faire quand on tombe sur un wagon de RER dont l’un des murs a été tagué d’impacts de balles et orné d’un « Bonne année ! » ?
  3. Ça a fait chaud au cœur de recevoir des cartes de vœux quasiment tous les jours. D’ailleurs, Mayla et Lady Pops, avez-vous reçu la mienne (si vous me lisez) ?
  4. Non, Missy Magazin, pour donner envie à tes abonnés de renouveler leur abonnement, une feuille A4 blanche intitulée « RECHNUNG » (FACTURE) n’est pas suffisante.
  5. Allez, craquons pour un casque audio sans fil, même si je suis sûre de ne pas oser l’arborer à l’extérieur.
  6. J'ai fini The Signature of All Things, avis plutôt enthousiaste à venir !
  7. Et comme l’indique la photo associée à ce post, les travaux ont commencé chez moi.
  8. C’est évidemment le bazar, on respire ciment, on mange ciment, on se lave au ciment.
  9. Les pauvres minettes sont confinées soit dans la petite chambre, soit dans la grande avec nous la nuit.
  10. Mes parents sont là pour surveiller le chantier... et essayer d’imposer leurs goûts personnels, aux antipodes des nôtres.
  11. Je n’ai pas le temps de bloguer ni de rien faire à vrai dire, donc je vais me contenter d’un florilège de perles du père.

Ton PQ, il faudrait qu’il ne dépasse pas du dévidoir : comme ça, il se prendra moins de bactéries. C’est plus hygiénique, tu comprends ?

(après avoir acheté un meuble tout moche dont je ne voulais pas)
Oui mais c’est mieux tu comprends, comme ta salle de bain n’est pas super belle, un trop beau meuble, ça aurait juré !

(en essayant d’activer ma poubelle à détecteur de mouvement avec un bout de ficelle)
Bah c’est normal qu’elle s’ouvre pas, ta poubelle, j’ai toujours dit qu’il fait TROP SOMBRE chez toi !
 (devant tout le monde)
Et c’est quoi le code de ta carte bancaire ?

Ma mère n’est bien évidemment pas en reste...

Tu veux que je mette la litière de tes chats avec tes chats ? Pourtant, elles ont l’air sage et se sont retenues jusqu’à présent !

Ton mur, là, c’est pas grave s’il n’est pas de la même couleur que les autres, si ?

Maintenant, j’aime bien Scorpy, je suis partante pour la garder quand tu pars en vacances. Mais seulement elle, pas Otak.

De rien, de rien, on ne s’ennuie jamais avec mes parents...
Source
Cette semaine...
  1. Charlie Charlie Charlie.
  2. Comment peut-on « ne pas être très intéressé par l’actualité » ? Se foutre de morts injustes ? Se foutre de la liberté d’expression ? Se foutre de l’inhumanité ?
  3. La semaine a commencé avec la fameuse galette de Jugetsudô à la frangipane parfumée au matcha et aux éclats de marron.
  4. Une envie de dim sum m’a conduite du site du resto vers une inscription sur AlloResto pour finir avec le « runner » du service Toktoktok.
  5. Otak a découvert un nouveau jeu : l’auto-coup de boule, qui consiste à saisir mon poing avec ses pattes pour se cogner la tête dessus.
  6. Bon, il va falloir mettre en pratique les recommandations de la nutritionniste maintenant.
  7. « Sous-gonflement des pneus », ai-je proclamé fièrement. « On dit sous-gonflage », m’a reprise ma monitrice.
  8. Nouvelle recette testée et approuvée : l’omelette roulée aux artichauts et aux épinards.
  9. On me prend encore pour « la traductrice chinoise » après 2 ans de boîte.
  10. Nouveau concept testé et non approuvé : arriver au cours de japonais avec plein de cochonneries pour la mini-fête du Nouvel an dans l’espoir de m’en débarrasser et rentrer avec encore plus de cochonneries refourguées par les camarades.
  11. Cette formation de la Sft m’a fait le plus grand bien mais c’était bizarre de retourner sur les bancs de SA fac, de m’asseoir à la même place, d’aller aux mêmes WC...
  12. Quand la conduite m’obsède tellement que je manque de traverser au vert pour les tutures.
  13. Et hop, faisons quelques réserves de cartes d’anniversaire.
  14. Un jour, j’arriverai assez tôt chez le coiffeur pour qu’il ait le temps de me faire une coloration.
  15. Lançons-nous dans quelques travaux domestiques, maintenant.
Source


Mercredi, je suis allée voir une nutritionniste pour faire un petit bilan diététique, ré-équilibrer mon alimentation et apprendre à cuisiner sain et simple. Ah, je voulais aussi lui parler des traces verdâtres sur mes pouces, signes de carences, sauf que j’ai oublié. Mais je n’ai pas été déçue du voyage !


Source
Vous êtes traductrice ? Ah j’aurais a-do-ré être traductrice... mais je suis nulle en langues.

-- On me l’a dit récemment mais ce n’était pas la première fois.

« Ah j’aurais a-do-ré être écrivain mais je déteste écrire. »
« Ah j’aurais a-do-ré être médecin mais le corps humain me dégoûte. »
« Ah j’aurais a-do-ré être hôtesse de l’air mais je déteste l’avion. »

(Et sinon, si vous vous ennuyez et/ou que vous déprimez, faites une recherche « minion » sur Pinterest, vous pourriez voir votre vie changer)
Source
Après que 10 gouttes d’allergène concentré ont été déposées sur mon bras droit et que j’ai voulu l’arracher avec mon bras gauche, bilan : je ne suis PAS allergique aux chats, c’est même à l’allergène associé que j’ai le moins réagi.
En revanche, ma sensibilité aux graminées et aux oliviers semble avoir monté en flèche.

Résultat : je peux continuer de dormir avec des chats (mais pas dans la chambre, pour la bonne raison que Miss Scorpy a décidé de mettre son réveil-matin à 3h ces temps-ci), mais j’écope d’une cure de désensibilisation aux graminées.

Et en prime, l’allergologue a été incroyablement gentille avec moi.

Ce petit voyage à Lisbonne qui m’a fait tant de bien, je ne vais finalement pas le raconter par des mots, mais par des scans du mini-carnet de voyage que j’en ai fait. Ce travel journal, je l’ai acquis chez Bird on the Wire, et le contenu a été inspiré par ce billet d’Armalite. Je ne l’avais pas avec moi durant le séjour donc j’ai dû me baser sur les notes prises dès le retour. Par ailleurs, je suis assez nulle en décoration comme en dessin, donc je vous demande un peu d’indulgence pour ce premier essai.

C’est parti...



Source
2014 n’a pas été l’année de la culture... Manque de temps, fatigue dans les transports, priorités plus prioritaires, tout a concouru à cette impression de désert culturel, que ce soit dans l’univers de la BD, des romans, de la musique ou des films. Et non seulement j’ai moins lu, mais en plus, j’ai lu moins de choses bien. Eh oui, ça fait envie tout ça... je vais quand même essayer de mettre en avant mes quelques coups de cœur et de pimenter avec des coups de gueule !




Pour les proches et les familles des décédés.
Pour la liberté d’expression.
Pour la liberté de la presse.
Pour la tolérance.

© Yumi Sakugawa

Your Illustrated Guide to Becoming One with the Universe, j'en ai entendu parler un peu par hasard sur un site que je fréquente, Angry Asian Man. Le titre à rallonge m’a tout de suite interpelée et le nom de son auteur, Yumi Sakugawa, tout autant, car je sais que j’aime bien les dessins japonais d’une manière générale.

Après avoir parcouru en diagonale l’article et lu les mots « paix intérieure », je me suis ruée sur un célèbre site désormais incontournable pour commander l’ouvrage. Je ne sais pas trop à quoi je m’attendais, je voulais juste tomber sur un coup de cœur, que ce soit visuel ou textuel. Ceci dit, à la réception, lorsque j’ai remarqué que l’ouvrage était classé dans la catégorie « développement personnel », j’ai un peu pris peur car ce n’est pas du tout mon truc.

Cependant, les dessins sont tellement personnels et envoûtants que j’en ai immédiatement entamé la lecture...


Source


Après un bilan en bullet points et un bilan détaillé, je me suis rendu compte que je n’avais pas fait mon exercice traditionnel : un bilan en questions / réponses, que je pique depuis des années à Kerydwen et qui permet de vraiment faire le point sur l’année passée au lieu de ne me focaliser que sur ce qui m’intéresse.

Alors c’est parti pour une énième rétrospective...


Source


En octobre 2014, j’ai testé pour la première fois de ma vie le yoga. Franchement, j’ai juste sauté sur un cours pas loin du travail, sans même chercher à savoir quel type de yoga c’était et quel public était visé. Je recherchais en revanche quelque chose d’assez dynamique, me remémorant mes cours de kung-fu dont l’échauffement constituait en un enchaînement de yoga assez physique, la méditation du soleil (ou un truc du genre). J’ai eu droit à la place à un cours de respiration, de réflexion et d’allongement au sol. Si je n’ai pas foncièrement détesté, j’ai su que je ne pourrais pas faire ça toute l’année : je ne suis pas encore à un stade où je peux m’allonger sur un tapis avec 10 autres bonnes femmes à côté, à m’écouter respirer.

En revanche, là où c’est intéressant — et je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite — c’est que le professeur nous incitait à nous imaginer dans un endroit bien et à y faire le vide. J’ai toujours été tristement dépourvue d’imagination et je n’avais jamais réussi les exercices de visualisation (dont parle par exemple Armalite), mais bizarrement, cette unique séance de yoga semble avoir débloqué des choses en moi. Ainsi, pendant le cours, j’ai réussi à visualiser de chouettes endroits, comme ceux que je collectionne sur Pinterest, qui sont généralement des endroits fermés avec une petite vue sur l’extérieur... ce doit être mon côté félin. Ça m’a étonnée sur le coup, puis je n’y ai plus pensé.

Mais depuis, je me suis surprise à réussir très facilement à m’isoler (mentalement) dans des endroits qui me déplaisent, les transports en commun d’abord, mais aussi les lieux trop bruyants car je suis de plus en plus sensible au bruit et aux cris, les lieux trop lumineux, et ainsi de suite. Les yeux fermés ou non, je me transporte dans une chambre silencieuse, douillette, remplie de coussins, de livres et de thés. Je fais le vide et ça va mieux. Lorsque je « reviens » sur Terre, je suis plus tranquille et moins stressée.

Soyons clairs : ce n’est pas une expérience mystique et ça n’a pas changé ma vie, mais c’est agréable et rassurant. Et ce n’est déjà pas mal.
Source

    Cette semaine...
  1. Tiens, ça a l’air intéressant, le magazine We Demain... Non, restons raisonnables.
  2. J’ai bien aimé le film d’animation Rise of the Guardians (Les Cinq Légendes) mais heu... j’espère que ce ne sont pas les sous-titres officiels que j’ai vus o_o
  3. Mondieumondieumondieu, cette boîte décorée d’un paon chez Marks & Spencer, il me la faut et il faut que je l’offre.
  4. Ma boîte est vraiment très à cheval sur les règles : même en décembre, notre paie arrive le tout tout dernier jour. Bon, ne crachons pas sur la petite prime.
  5. Le 31 décembre, la RATP nous offre un RER à 2 étages mais sans lumière.
  6. Même épuisée par une nuit blanche et le ventre retourné, Catacombes ne fait pas peur.
  7. Cuisiner pour 7 : fait.
  8. La voisine à qui on a évité une rixe entre son mari et un autre voisin est arrivée avec du chocolat et des fleurs.
  9. Jugetsudô a commercialisé une galette des Rois à la frangipane parfumée au matcha et aux éclats de marron, hystérie.
  10. Le calvaire des gens dotés de bonnes joues et dont on ne se rappelle que pour ça...
  11. Oh ce bordel dans le rachat du prêt immobilier !
  12. L’effet boomerang : un an après avoir été en Australie, ma cousine de Sydney est venue à Paris et deux après, ce sera au tour de sa mère et son oncle... Certaines blessures ne veulent tout simplement pas se refermer, on dirait.
  13. Hop, croquettes vétérinaires commandées, on verra bien si ça limitera la gloutonnerie de Scorpy — qui nous fait en plus des crises de jalousie — à long terme.
  14.  C’est l’heure de commencer le mini-carnet de voyage lisboète....
Source


13 steps to writing effective content | The Next Web : 13 conseils bien utiles pour produire un texte clair, ciblé et efficace, par exemple, pour votre site web.

La philosophie à l’épreuve de la viande | Catherine Vincent, Le Monde : laissons de côté l’horreur des abattoirs tant rabâchée et concentrons-nous sur l’aspect moral et éthique de nos pratiques carnivores. Avec à l’appui l’avis de nombreux et d’éminents philosophes, résumé dans un article clair et passionnant.

2014 | Errances & phylactères : pleiiiin de découvertes BD racontées avec pleiiiiin de passion par Yin. Au programme : du comics et du manga, en anglais et en chinois, qui donnent tous plus envie les uns que les autres. Et si l’envie vous venait de vous lancer dans un plan d’austérité, l’article vous donne de bonnes pistes aussi (mais bonne chance).

Révélation blog 2014 : retour sur la blogosphère | Phylacterium : panorama de la blogosphère BD, les nouveautés de 2014, les tendances générales avec 3 blogs mis en avant.

Suasaday : le blog des récits de voyage de Miss Sunalee, avec de nouveaux billets sur ses périples en Asie (Birmanie, Thaïlande), remplis de remarques passionnantes et de belles photos.

All you need is Love | Odile Sacoche : un billet très intéressant sur ce blog que je suis par intermittence, sur notre société de consommation et notre besoin de reconnaissance. La nouvelle année est peut-être l’occasion de voir tout ça d’un nouvel œil.

Totoro + Tomate | Guillaume Long, À boire et à manger : à voir, tout simplement, pour avoir sa dose de mignon.
Source
  1. Basculer mon site professionnel sur une plateforme d’hébergement
  2. Récupérer la caution du prêt immobilier et fermer un compte joint
  3. Remanier les billets de ce blog
  4. Commander de nouvelles lunettes et lentilles et boucler tous les rendez-vous médicaux
  5. Me renseigner sur les offres de mutuelle
  6. Inviter l’ex-propriétaire de Scorpy
  7. Imprimer le calendrier de l’Avent de Guillaume Long et lui trouver une utilité
  8. Ne pas acheter de thés
  9. Faire un carnet de voyage de Lisbonne
  10. Commencer le geocaching
  11. Tester un restaurant de tapas pas loin de chez nous (mais fermé le dimanche)
  12. Faire des expos
Source
(Cette image est tirée des œuvres de Yumi Sakugawa, dont je vais parler prochainement)

Décembre a été un mois ambitieux....

1. Faire traduire mon CV en anglais : bon, demander un service ne m’a pas tuée, mais il me tarde de pouvoir renvoyer l’ascenseur.
Pourcentage atteint : 100 %

2. M’inscrire à la SFT et à la formation de janvier 2015 : après avoir un peu psychoté deux semaines en craignant un rejet de ma candidature, je me suis décidée à écrire au secrétariat, qui m’a informé que ma candidature avait été validée depuis belle lurette. Je suis donc adhérente depuis le 1er janvier. Quant à la formation, je suis également inscrite, tout roule.
Pourcentage atteint : 100 %

3. Lancer mon site professionnel : je n’ai pas travaillé dessus, il est toujours sur Wordpress...
Pourcentage atteint : 0 %

4. Me réinscrire à l’Urssaf : démarches faites, reste plus qu’à recevoir les papiers avec mon nouveau numéro SIRET.
Pourcentage atteint : 100 %

5. Vendre tous les romans, DVD et mangas éclusés au dernier rangement : en remettant nos mangas dans le placard, nous en avons profité pour faire un autre tri... Résultat : 3 valises de romans et de BD vendus vendredi et hier (soit en janvier, mais ne chipotons pas).
Pourcentage atteint : 100 %

6. Me débarrasser des vêtements inusités : adieu vêtements trop petits, trop larges et d’adolescence, adieu aussi les vêtements jetés lors du challenge minimaliste. J’ai fait de la place dans ma garde-robe et jeté 2 gros sacs de tissus dans une caisse qui ne semble pas si souvent pillée que ça.
Pourcentage atteint : 100 %

7. Faire la liste des petits travaux à faire dans l’appartement : liste dressée, y a plus qu’à attendre que mes parents passent l’appel puisqu’avec deux plafonds constellés de moisissures et de trous, ils sont prioritaires.
Pourcentage atteint : 100 % 

8. Acheter des guirlandes et décorer le sapin avant le 15 : fait le 14 ! Prochain objectif : ne pas démonter le sapin en mars !
Pourcentage atteint : 100 % 

9. Définir les magazines auxquels je serai abonnée en 2015 : si je n’ai pas énormément lu de romans et de mangas cette année, c’était aussi pour m’avancer dans les magazines. Je ne les ai pas encore tous finis, donc je n’ai pas renouvelé mes abonnements, mais je sais ce que je veux pour 2015.
Pourcentage atteint : 100 %

10. Remanier les articles de ce blog : je l’avais oublié mais j’avais déjà passé dans mon super-correcteur certaines de mes chroniques, même si elles sont de piètre qualité. Ceci dit, je n’ai pas du tout eu le temps de passer au crible les 280 articles de In Food We Still Trust, je reporte cet objectif à 2015.
Pourcentage atteint : 0 %

11. Acheter du faux gras... et le consommer devant ma belle-famille (fin gourmet) : fait ! Le faux gras n’est pas mal du tout côté texture, et relevé avec un peu de sel, il est sympathique. « Fade mais pas mal », a dit ma belle-famille, mais c’est déjà un grand défi de lui en avoir fait consommer. Bref, ça m’a bien amusée de tester ce produit, même si je ne suis pas une grande amatrice de produits végétariens de substitution.
Pourcentage atteint : 100 %

12. Faire baisser les stocks de thé : telle une junkie en cure, j’ai trouvé des moyens détournés de me procurer du thé sans augmenter mon stock : j’en ai acheté pour en offrir, j’ai fait des échanges, j’ai rangé mes thés... sans jamais en acheter pour moi-même ni augmenter mon stock !
Pourcentage atteint : 100 % 

13. Faire les expos prévues : comme annoncé, ce sera plutôt pour janvier, Ghibli, « Splendeur des Han », « Le voyage au Moyen-Âge »...

BONUS
  • J’ai continué à aménager et sécuriser la petite chambre, ce qui en fait une pièce agréable et accessible aux chats. Ce sera aussi mon futur bureau.
  • J’ai trouvé une nutritionniste et pris rendez-vous avec elle, anticipant un objectif de janvier.
  • J’ai dressé ma liste de thés, anticipant un objectif de février.
Annonce

Amis lapins, nés en 1903, 1915, 1927, 1939, 1951, 1963, 1975, 1987, 1999 et 2011 j’hésite car vous êtes trop jeunes, il est temps que l’on cesse de nous prendre pour de petits lapins duveteux de ce type :

Source

Il est temps de nous révolter contre ces clichés éhontés... car la fiction a prouvé que les lapins, c’est aussi ça :
Usaji Yojimbo, Stan Sakai
Easter Bunny, Rise of the Guardians
Eusèbe, De cape et de crocs
Cat Shit One, Motofumi Kobayashi
Marvin Rouge, Donjon
Sam & Max

Et pour tous ceux qui veulent approfondir leurs connaissances des lapins badass, c’est par ici !

(Eh oui, il ne fallait pas s’attendre à un post qui vole haut, un 2 janvier)
Source
Que 2015 soit une année pleine de prospérité, d’amour, de sérénité et de bonheur pour vous !