Source


Cette semaine...
  1. Les résultats de ma dernière analyse de sang ont montré que maintenant, j’ai... trop de fer dans mon corps.
  2. À présent que j’ai vu Naissance des pieuvres, je peux dire que j’aime toute la filmographie de Céline Sciamma.
  3. Je me suis rendu compte que j’avais un vrai blocage pour décrocher le téléphone à certains moments (oui, je sais qu’on ne décroche plus le téléphone de nos jours).
  4. Non Madame, bafouiller avec un horrible accent français « Oh you were before heu... » lorsqu’on te dit gentiment que tu as cherché à nous doubler dans la file d’attente, ce n’est pas la tactique la plus subtile.
  5. Lorsque je recherchais un poste de salariée, on me parlait de freelancing et maintenant que j’envoie ma candidature de freelance, on me répond qu’il n’y a pas de service de traduction. Bien bien bien.
  6. Non, je ne regrette pas d’avoir acheté ces Doc Martens pas assez hautes, pas du tout du tout du tout.
  7. Et encore moins cette balance qui m’indique que je ne pèse pas 52 kg.
  8. « Le coussinet sur le parquet à 5 € le m², ça leur réussit pas ». Mon compagnon, ce poète des chats.
  9. Un océan d’amour, c’est une BD d’amour toute simple mais trop belle.
  10. Après avoir essayé diverses bottes, toutes rejetées par mes chevilles et/ou mes mollets, j’ai pu acheter de grosses Minelli moins chères lors du... Black Friday. Minelli n’étant pas forcément gage de qualité pour moi, mais bon...
  11. Aurais-je battu un record de consommation de cochoncetés de distributeurs cette semaine ?
  12. Pourquoi les affiches publicitaires de La Pinacothèque sont-elles aussi laides ?
  13. Quand le jour de paie coïncide avec le dernier jour de travail avant les vacances, c’est assez jouissif.
  14. Deux calendriers de l’Avent de thés ? Rien que pour moi ??
  15. J’ai calculé que j’aurai 45 ans lorsque nos chattes trépasseront (amis des animaux...), ça m’a donné le tournis.
Source

En début d’année, j’avais fait un récapitulatif des magazines que je lisais. L’objectif était de cibler mes besoins et mes envies pour ne pas passer plus de temps sur des périodiques que sur des romans et BD. Pour faire vite : c’est raté ! Qu’à cela ne tienne, je renouvelle l’expérience en parlant de mes abonnements de l’année et de mes perspectives pour 2015...


Source


J’ai beau être abonnée au flux RSS de quelques sites d’actualité, il n’y a que très peu de liens que je daigne ouvrir. Entre les sujets qui ne m’intéressent pas et les sujets sensationnels, il y a le pire du pire : ceux dont le titre est affligeant et n’incite pas à poursuivre la lecture. En tête, les titres qui commencent par « Pourquoi » et/ou finissent par « Voici pourquoi ». Outre le fait que ce sont d’affreux anglicismes, il faut dire que c’est souvent pour nous dire que le feu, ça brûle et que l’eau, ça mouille. La preuve avec cette sélection, qui ne remet pas en cause la qualité des autres articles de ces sites bien évidemment.

  • Pourquoi mange-t-on du pop-corn devant les films ?
  • Pourquoi les gros repas nous épuisent
  • Voilà le graphique qui nous explique pourquoi les graphiques sont convaincants
  • Pourquoi tout le monde boit-il du jus de tomate dans l'avion?
  • Pourquoi tous les tubes durent à peu près trois minutes
  • Kennedy tué : oui, Oswald était le seul tireur. Voici pourquoi.
  • L'argent fait le bonheur, ou pas (mais peut-être que si)
  • Vous pouvez manger plus de sel, ou pas, enfin peut-être
  • Voici pourquoi vos meubles Ikea ont l'air plus beaux en photos que dans votre salon
  • Pourquoi il n'y aura jamais de bouton "j'aime pas" sur Facebook
  • Pourquoi nos mots de passe sont toujours nuls
  • Pourquoi les célibataires mangent de la salade?
  • Pourquoi l'alcool que vous buvez peut indiquer vos opinions politiques
  • Pourquoi Barack Obama suit-il des actrices porno sur Twitter

Sur ce, je retourne à mes mangas, japoniaiseries et autres enfantillages.
Suite de cette rubrique à la parution sporadique avec des liens plus ou moins récents...

How the Tuna We Buy Is Killing Sharks in Indonesia | Johnny Langenheim, The Guardian : toujours dans la lignée des articles de Fuchsia Dunlop dédiés à notre rapport à la nourriture, on s’intéresse cette fois-ci aux requins, un « sous-produit » de la pêche en gros, mais dont l’aileron est tant apprécié dans la gastronomie chinoise. Pour combien de temps encore ?

Quels sont les rapports entre sexe et genre ? | Genre ! : parmi cette passionnante série de billets consacrés au « genre comme construction », celui-ci, qui — comme son nom l’indique — s’intéresse au rapport entre sexe et genre, m’a semblé particulièrement passionnant. Bien écrit et bien documenté, il démonte les croyances les plus profondes que l’on pourrait avoir au sujet du sexe, du sexe biologique, du genre donc, avec beaucoup de clarté et de pertinence.

C’est quoi une femme ? | Au delà de M... : après Mangaverse, après Aftermangaverse, il y a Au delà de M..., le blog Tumblr de Morgan rassemblant citations et photos comme n’importe quel Tumblr, mais surtout composé d’excellentes réflexions sur le genre et l’homosexualité : surmédiatisation de la Manif pour tous, Internet et le militantisme et... c’est quoi, une femme, mon petit préféré. Le tout avec des mignonnes photos de chats. Dommage que les fonctions de commentaires soient inexistantes sur Tumblr.

Asian Vaginas End Racism! | Kristina Wong : « j’suis pas raciste, j’ai un ami noir », « j’suis pas raciste, j’ai couché avec une Asiate »... Mais oui, et si les vagins des femmes asiatiques avaient ce fantastique pouvoir qu’est l’éradication du racisme ?! Kristina Wong, comique ABC (American-Born Chinese), explore le sujet dans une vidéo hilarante et absurde (NSFW), comme d’habitude. À noter que le site Angry Asian Man, sur lequel j’ai trouvé le lien vers cette vidéo, est une mine d’or pour tout ce qui a trait aux Asiatiques (au sens large du terme)... aux États-Unis. Je ne connais pas d’équivalent français hélas.

Interstellar: Good Space Film, Bad Climate-Change Parable | Noah Gittel, The Atlantic : une myriade d’articles a été consacrée au film Interstellar de Christopher Nolan, certains critiques, d’autres élogieux. Comme je l’ai dit, j’ai aimé ce film, point. Final ? Non, il y avait un petit truc qui m’embêtait et ce n’était pas le paradoxe temporel, les quelques grosses ficelles scénaristiques ou la plausibilité scientifique, mais bel et bien le fait que l’écologie soit complètement occultée dans cette superproduction. Alors certes, ce n’est pas parce qu’un film est un blockbuster qu’il doit véhiculer des messages politiquement corrects, mais le postulat selon lequel les Hommes tuent une planète (certes elle-même hostile) puis partent en coloniser une autre m’a un peu gênée : jusqu’où s’arrêtera cette quête et combien de fois reproduirons-nous les mêmes erreurs ? Autant d’interrogations que met en valeur ce remarquable article de The Atlantic.

Calendriers de l’Avent spécial thé 2014 | Une histoire de thé : pour tous les adorateurs du thé, un sachet de thé chaque jour de décembre jusqu’au 24 fait tout autant plaisir (si ce n’est plus) qu’un carré de chocolat et/ou une figurine de Lego. Audrey nous propose ici un sympathique aperçu des offres de calendriers spécial thé disponibles sur le marché. Pour ma part, j’ai opté pour celui du ChakaiClub (en rupture de stock).

Source
Cette semaine...
  1. Ouf, j’ai fini de confectionner mon propre calendrier de l’avent et l’ai expédié à Audrey de bonne heure. Avant de me rendre compte que j’avais totalement oublié les gourmandises.
  2. Premier contact entre Montana, ma cousine australienne, et mon père : Are you is Santana???
  3. On n’est jamais aussi heureux d’acheter de la litière pour chats que lorsque... eh bien, il n’en restait plus qu’un fond à utiliser avec parcimonie.
  4. ​​Mes stocks de thés n’ont jamais atteint un niveau aussi élevé (en même temps, on m’en offre du bon : comment refuser ??), l’un de mes objectifs de décembre va être difficile à respecter.
  5. Quoi de mieux pour commencer la journée de bonne humeur que de se farcir un texte sur le tourisme sexuel ?
  6. Pourquoi la peau de mon pied gauche s’est-elle totalement arrachée à cause de mes nouvelles Doc alors qu’à droite, tout est nickel ?
  7. Nom d’un petit bonhomme, j’avais totalement oublié que je devais faire faire des analyses de sang tous les trimestres pour mon hypothyroïdie.
  8. Après Dessance, j’imagine que c’est la dernière fois qu’on me donne carte blanche pour le choix du resto.
  9. Mon compagnon confond la stérilisation de nos chattes avec leur... euthanasie. Je n’ai pas de mots pour exprimer ce que je ressens.
  10. Ma prof de japonais me parle tout le temps de kanjis, c’est un poil stressant.
  11. Que penser de la Thé Box Hokusai ? Rien, rien, surtout, ne pas y penser.
  12. Cette fabuleuse impression qu’après sa journée de travail, une autre journée de travail commence.
  13. Je me suis éclatée à me faire des dégustations thé/fromage, j’espère avoir l’occasion un jour d’en assister à une vraie.
  14. C’est toujours un plaisir de faire prendre un bain à un chat... mais au bout de 8 mois, il était temps pour Scorpy, qu’Otak n’a pas reconnue au sortir du bain xD
  15. Maintenant, c’est ma vie ne veut toujours pas sortir en DVD en France ?!
© Dessance



Étape 1 : lire un article des Filles à Retordre consacré à Dessance, un bistrot gastronomique se définissant comme un bar à desserts
Étape 2 : recevoir un SMS d’un copain me donnant carte blanche pour le resto de vendredi soir
Etape 3 : à table !

Verdict ?

http://www.arsinica.net/index.php



Vous faites quoi, les jours prochains ? Rien ? Parfait !
Foncez au Studio des Ursulines, dans le 5ème arrondissement de Paris, et découvrez le cinéma indépendant chinois !
Loin des tigres et des dragons, loin de Confucius et ses innombrables préceptes, loin des combats dans les cimes, venez à la rencontre d’un cinéma brut, esthétique et réel.

Depuis 2006, le festival du cinéma indépendant chinois Shadows, unique en Europe, fait découvrir au public français une cinématographie encore méconnue.
Les deux premières éditions ont mis en avant un jeune cinéma à l’esthétique brute, spontanée et enthousiaste. La diversité progressive des thématiques et des modes de représentation a orienté la troisième édition vers une compréhension plus large de l’indépendance. Celle-ci, loin d’être synonyme de dissidence, recouvre des réalités multiformes et mouvantes. L’engagement politique se traduit davantage par un regard personnel porté sur le monde que par une prise de position frontale vis-à-vis du pouvoir en place.
Au programme de ces 9 jours : fictions, documentaires, courts-métrages d’animation, tables rondes et débats, mettant cette année 2 thématiques : les questions LGBT et la représentation de la mort.

Je vous laisse avec la bande-annonce et la programmation.

Festival Shadows

Source (Pinterest traduction !)

Un certificat de naissance vivante, c’est pour attester que le bébé n’est pas mort-vivant
Votre fidèle serviteuse, en plein trip juridico-mystique.
Source



Ici, je parle de ma balance et de mon poids idéal. , titite parle de L’art de la frugalité et de la volupté de Dominique Loreau. Le rapport ? La place de l’alimentation dans nos vies et son impact sur le corps. Ce qui m’a inspiré ce petit billet sur ma relation avec mon corps et ce qui le nourrit.

Source
(Inutile de préciser que je n’aime pas ce film de Disney mais passons)
Je me suis toujours dit que « pas le temps », ce n’est qu’une excuse et une question de priorités, et je le pense encore. Mais tout de même, cette semaine, je lui ai couru après...
  1. Une envie de me concocter un riz au lait d’amande et à la poudre de noisettes à 23h, que m’arrive-t-il ??
  2. Merci, site-de-Monoprix d’indiquer une fermeture à 21h alors que c’est minuit, pour me faire courir inutilement (« les gens sont vachement zen dans ce Monoprix qui va fermer ses portes dans 5 minutes, quand même »).
  3. Après la lecture très fastidieuse de Fun Home d’Alison Bechdel, j’ai été surprise de m’être replongée facilement dans Are you my mother?
  4. Ah cool, ma cousine de Sydney vient à Paris... SAMEDI ?! Branlebas de combat enclenché !
  5. Histoire d’aller plus vite (hihi) et de payer moins (huhu), nous sommes passés à la fibre optique. Nous sommes éblouis, épatés, époustouflés...
  6. Aucune idée de mon poids depuis que les chattes ont détraqué la balance. On va dire 52, c’est un bon chiffre, 52.
  7. Ah ouais, pour imprimer les enveloppes qui vont avec ce kit de calendrier de l’Avent, faut se connecter sur Facebook et liker la page ?!!
  8. Pas moyen de mettre la main sur ce nouveau magazine scientifique, Thinkovery, dis donc. Par contre, réapprovisionnement de Well well well, youhou.
  9. On a trouvé notre solution de cat-sitting pour quand on sera à Lisbonne. Et ce sera pas mon père, ouf.
  10. Tomber par hasard sur le film Le monde de Charlie à la télé et se retrouver à le refaire avec émotion.
  11. 3 burgers (Le Camion qui Fume, Big Fernand et MobileOn) en 2 semaines, est-ce bien raisonnable ? Oh, après tout, on a dit que je pesais 52 kg, c’est gravé dans le marbre maintenant.
  12. Des Occidentaux qui me prennent pour une Japonaise : fait et ultra-banal. Des hôtesses japonaises qui me prennent pour une Japonaise : fait et légèrement flippant quand elles attendent de toi une réponse à la loooongue question qu’elles t’ont posée en japonais. Une Chinoise qui me prend pour une Japonaise : heu... il est où, son radar à Chinois ?
  13. Rôh ces chiots et chatons à Animalis, c’est trop triste mais trop mignon mais trop triste mais trop m....
  14.  Ça y est, j’aime le roquefort ! *level up*
  15. J’ai déjà dit à quel point le Sugru était génial ? 
Source
Dans un magasin de thé
Dame 1 : j’adôôôôre cette maison, leur création phare, c’est P&V
Dame 2 : ah oui, ça sent bon !
Dame 1 : et celui-ci, JB, il est ex-tra-or-di-nai-re !
Dame 2 : AH OUI, IL SENT LA CHINE !!

Heu... pardon, j’ai levé un peu trop haut mes bras ou bien... ? (amis du glamour, au revoir)
Bref, ce qu’il ne faut pas entendre... D’ailleurs, je n’avais entendu que le début de cette conversation, merci à mon compagnon qui 1) a subi ma longue promenade dans le magasin et 2) a su compléter ce passionnant échange.
© Ghibli
  • Quand soudain je me rends compte que je peux aller voir mes parents et récupérer auprès d’eux le double de mes clés samedi midi au lieu du vendredi soir qui ne m’arrangeait pas du tout
  • Quand soudain mon père passe déposer chez moi le meilleur curry au monde, celui de ma maman
  • Quand soudain j’avance à vitesse grand V au travail
  • Quand soudain nous sommes plusieurs orphelines de swap à nous retrouver
  • Quand soudain je trouve le temps d’aller acheter des collants et des fourchettes (...) pendant ma pause déjeuner
  • Quand soudain je me libère pour aller à la pharmacie récupérer mes bas de contention
  • Quand soudain La Poste m’informe que mes bottes Doc Martens m’attendent
  • Quand soudain le vendredi soir se débloque pour que l’on aille acheter une mini-valise, un sac de transport pour Scorpy, des jouets pour chats et du thé pour le calendrier de l’avent
  • ... Quand soudain je m’aperçois que j’avais mal noté le jour des encombrants, faisant traîner notre vieux canapé un mois de plus sur le balcon
  • Ce qui me laisse du temps pour bloguer et jeter les 3 tonnes de poubelles dont je parlais ici, et toc.
Source
  • Trop de boulot
  • Arriver dans toutes les boutiques 5 minutes avant leur fermeture
  • Repartir avec la moitié des achats prévus
  • Ne pas avoir le temps de cuisiner
  • Le piège des sushis
  • Que des connards à la télé
  • Plus de swap chez Armalite
  • Mal comprendre les consignes de l’hénaurme exercice de japonais
  • Devoir accueillir la famille pendant TROIS jours
  • Où sont les doubles des clés ??
  • Courir partout
  • Quelques nouvelles tristes çà et là
  • Avoir l’impression d’être le doigt sur le bouton nucléaire
  • 3 tonnes de poubelles qui s’entassent
  • Et justement, le frigo est déjà vide
  • Un agenda de ministre alors que je fréquente 5 personnes à tout casser
  • Mais elle marche pas, cette balance !
Pfiou, ça va mieux.
Source
Sur ce blog, j’évoque de temps à autre ma famille. Dans la vraie vie, c’est un sujet qui occupait mon esprit à temps plein. Jusqu’à récemment. Non, je n’ai pas coupé les ponts avec elle, mais les choses ont tellement dégénéré que cela m’a forcée à prendre du recul. Ce qui n’est pas plus mal, mais du coup, j’ai sans cesse besoin de ressasser le passé, de mettre des mots sur des sentiments et de refaire l’histoire familiale. Pour comprendre. Petit plongeon...


Source
Cette semaine...

  1. J’ai pensé à la chance que j’avais de pouvoir renouer avec mes cousines.
  2. J’ai corrigé la « traduction » juridique en chinois qu’a faite mon père pour dépanner une amie, que du bonheur.
  3. Je rêve depuis quelques années d’avoir un calendrier de l’Avent avec du thé ; cette année, j’ai craqué sur celui de Chakai.
  4. Et hop, à moi la dernière parka Promod à ma taille et un sac Cath Kidston.
  5. Heu... et aussi des bottes Doc Martens*, car ça fait des années que je bave dessus malgré la qualité en baisse. Mais je ne commettrai plus les erreurs de Barcelone et je veux être parfaitement équipée pour Lisbonne.
  6. « Ouiii, moi aussi j’ai cet essai passionnant que je n’arrive pas à finir, sur la pornographie en Chine »... *envie de rentrer sous terre*
  7. Pile-poil pour Noël, le cadeau postal envoyé à la tante de mon compagnon en août nous est revenu avec l’étiquette « Pas de destinataire à cette adresse ».
  8. Mais c’est dégueulasse les Sultana, où sont mes Sirtaki ??
  9. Très sympas, les 2 sachets de Earl Grey envoyés par A l’Unithé, site de vente de thés en sachet.
  10. Je ne veux même pas savoir combien d’heures j’ai passées au bureau mais j’ai raté mon cours de japonais pour cette raison.
  11. J’ai rien pigé à la nouvelle interface de Pinterest : où est le bouton « ajouter » ?
  12. Interstellar, c’était chouette. Voilà.
  13. Bon, commençons la cuisson de cette paella végétar... Tiens, c’est quoi ça, une crevette ? Et ça, un bloc de poisson ? Et... du chorizo ?!! Cette paella contient toutes les viandes du monde, je crois.
  14.  Un SMS de mon père chaque jour pour me parler de notaire et de vente d’appartement, un SMS de ma mère tous les 2 jours pour me parler du même sujet, ça fait beaucoup de SMS qui me donnent le tournis.
  15. Et hop, clôturons cette semaine culturellement morte avec (enfin) de bons petits mangas en chinois ^^
*Oui, « Doc Martens » et « vegan », c’est un peu drôle, mais j’avoue loucher sur le modèle non vegan depuis que je suis majeure.
Source


Un petit bilan après un an de pesco et pseudo-végatarisme...

Source
... Ou « comment ne pas se foirer comme à Barcelone »

1. Je vérifierai les dimensions autorisées pour le bagage à main afin d’éviter des frais supplémentaires exorbitants
2. J’achèterai ma valise en conséquence (duh)
3. Je ne m’encombrerai pas d’un grand et lourd sac à main en cuir
4. Je checkerai bien le nombre de nuits à l’hôtel pour ne pas que l’hôtelier nous demande de partir alors qu’on avait encore une nuit à faire
5. Je prendrai garde à ne pas réserver un hôtel sans charme
6. Je me procurerai des vêtements pas trop moches et confortables pour ne pas avoir à me faire offrir une robe Desigual qui ne me va pas
7. Je sélectionnerai bien les produits de beauté à ramener pour ne pas avoir une peau de crocodile
8. Je ne tenterai plus le shampooing sec de Lush
9. Je veillerai à ne pas rester trop de jours dans la même ville pour éviter de visiter 50 fois la même place
10. Je ne partirai pas en été
Source

On ne dit pas « haleine de cheval » pour rien, renseigne-toi !

— Non, mon cher et tendre, on dit « haleine de chacal » ou « haleine de fennec ».
Mais, parce que l’expression m’intriguait, je suis quand même allée quérir Google, qui m’apprend que mon compagnon doit avoir quelque origine québécoise.
Source


CHALLENGE MINIMALISTE #21 : Faites du ménage dans... vos fichiers numériques
Un objectif que j’applique au quotidien, surtout avec la musique et les photos. Lorsque j’ai changé d’ordinateur, j’en avais profité pour reclasser tous mes documents administratifs mais je suis sûre qu’en fouillant un peu, j’aurais encore de quoi faire. Eh oui, c’est possible de se sentir numériquement légère !

CHALLENGE MINIMALISTE #22 : Demandez-vous... quelles règles vous pourriez instaurer pour ne plus accumuler
  • Éliminer au fur et à mesure ce qui est superflu
  • Ne pas acheter de choses superflues
  • Ne pas renouveler mes achats tant que les « stocks » n’ont pas un peu baissé (thés, magazines, BD...)
  • ... Surtout, ne pas accepter de cadeaux imprévus !

CHALLENGE MINIMALISTE #23 : Triez... vos jeux et jouets
Plus de jeux vidéo depuis longtemps pour moi, collection commune pour les jouets. Je ne suis donc pas ce challenge.

CHALLENGE MINIMALISTE #24 : Triez... vos médicaments
Parfois, il y a des situations qui font que... on a besoin de mettre la main rapidement sur certains médicaments. Parfois, on n’y parvient pas car on en a trop. Une fois, j’ai donc fait un gros ménage entre les médicaments périmés et les médicaments inefficaces et j’ai rapporté le tout à la parapharmacie du coin. Aujourd’hui, les médicaments se résument à ça :
 

CHALLENGE MINIMALISTE #25 : Virez tout ce qui n’a rien à faire dans... votre tiroir à bordel
Mon tiroir à bordel était ma table de chevet et le placard contenant les documents administratifs, tous deux purgés et/ou rangés. En fait, ce n’est pas tant que j’ai des choses inutiles — éliminées assez rapidement — que des choses tellement mélangées qu’elles créent d’elles-mêmes la catégorie « bordel » jusqu’au jour où je me décide à tout classer.

CHALLENGE MINIMALISTE #26 : Triez... vos souvenirs
Je ne me suis pas du tout posé la question de savoir si j’ai trop de souvenirs, n’étant pas hyper matérialiste-nostalgique.

CHALLENGE MINIMALISTE #27 : Triez... vos vêtements d’hiver
Deux jours pour me motiver, mais je suis satisfaite du résultat.
Avant :
Contenu du sèche-linge jeté en vrac sur le lit
Vêtements d’été devant, vêtements d’hiver derrière, très pratique en automne !

Après :
J’ai même découvert quelques tenues !

CHALLENGE MINIMALISTE #28 : Triez... vos documents informatiques
Ça rejoint le challenge 21, et au dernier contrôle, pas de photos doublons, je déteste ça.

CHALLENGE MINIMALISTE #29 : Lancez-vous dans une chasse au trésor
« Wahou, ça a l’air trop fun ! »... mais je reporte ce challenge à un autre jour et reviendrai mettre à jour cette section à ce moment-là.
EDIT 27.12.2014 : Voici le butin.
 
Un... truc qui rentre dans plusieurs catégories : cadeau qui ne me plaît pas, décoration inutile, bougeoir (?). Bref, j’ai toujours éprouvé de la culpabilité à chaque fois que je voulais me débarrasser de cet objet tout droit sorti d’une secte mais basta, il me prend de la place inutilement. Un radio-réveil diffuseur de parfum et de sons qui ne marche pas super bien, cadeau 3 Suisses ou un truc du genre. Une trousse sale remplie de vieux stylos, d’un compas, de crayons défaillants et de barrettes à cheveux. Un mini-pot en terre dont je pensais pouvoir trouver une super utilité, mais en fait non.

Et un cadeau qui part en vente la semaine prochaine : une BD à mon nom, haha. Un Ovni d’ailleurs : clairement, ça parle de sexe. Pas mon dada en BD mais soit. Mais ça en parle comme chez des gens qui se croient ouverts d’esprit mais sont en réalité gênés par tout : bite lol, fist lol, sodomie lol. Oust !


CHALLENGE MINIMALISTE #30 : Planifiez l’élimination des objets triés
Ouf, fait au fur et à mesure. Et si les voisins avaient osé remarquer que je jetais beaucoup de choses, je leur aurais dit que mais nooon, vous comprenez pas, c’est pour un challenge minimaliste.

Conclusion
CHALLENGE MINIMALISTE #31 : Lectures conseillées
Le sujet du minimalisme m’intéresse seulement de loin car je ne peux l’appliquer à mon quotidien, on aime trop collectionner pour que ça nous parle. De plus, je n’accumule pas trop de choses inutiles à mon goût, même si j’aime beaucoup faire un gros ménage de temps en temps.
En revanche, le livre de Béa Johnson, Zéro déchet, m’intrigue depuis que j’en ai entendu parler, ce serait donc vers celui-ci que je m’orienterais si l’envie m’en prenait.
En tout cas, je me rends compte qu’un ménage est toujours bénéfique et ne prend pas forcément toute une journée. Je vais donc tâcher de garder le réflexe de trier en soirée et de m’attaquer à un tiroir à la fois.

Merci, Armalite, pour ce joli challenge !
Source
  1. Dans la ville où j’étais en mission cette semaine, le panneau d’affichage municipal juste devant la gare indiquait 10h45 lorsque j’en suis sortie, me provoquant un petit arrêt cardiaque.
  2. Ceci dit, au retour, le train a tellement traîné que j’ai dû reporter mon rendez-vous chez l’allergologue (au 5 janvier...) et que j’ai mis 2h pour parvenir chez moi. Un bon début de semaine.
  3. Rassembler tous les ingrédients pour un risotto (l’unique recette de mon dossier « recettes »). Constater que tout est là sauf le riz arborio. Partir sur des pâtes à la bolognaise à la place. Manquer de pâtes. Sortir un nouveau paquet de pâtes, qui se révèle être... du riz arborio. Un bon début de semaine (bis).
  4. J’ai craqué sur plein de BD et de magazines, ça va mieux.
  5. Ressortir après le dîner rien que pour se choper des desserts, même pas honte.
  6. Pour expliquer à l’agente immobilière pourquoi ils devraient revendre l’appartement qu’ils venaient d’acquérir, mes parents n’ont rien trouvé de mieux que de lui dire que j’étais enceinte et qu’il leur fallait plus grand pour accueillir leur petit-enfant o_O
  7. Comment finir le challenge minimaliste de manière crédible ? Eh bien en acquérant des « brols » auprès d’Armalite, bien entendu ! Je me déteste.
  8. Les fabricants d’imprimantes, ces voleurs : impossible de scanner car il n’y a plus d’encre, messages intrusifs à répétition dès qu’une couleur est à un « niveau faible », cartouches à 12 €...
  9.  Me demander de l’argent après que j’ai fait du bénévolat, vraiment ?
  10. Je ne suis pas allée voir Lilting, en fin de compte.
  11. Allons bon, pourquoi les commentaires s’affichent en double maintenant, ici ??
  12. « Avant, tu étais presque comme elle », me dit mon compagnon en me montrant une fille ultra-mince. Ah bon ?! Bah merde.
  13. Magazine Flow en anglais ? En allemand ? Que lire en anglais ? Vous lisez quoi vous, comme magazine en anglais ? J’ai repéré Monocle et The Atlantic, mais il faudrait que je les feuillette.
  14. Non Madame, ce n’est pas parce que tu es impatiente que tu as le droit de doubler les gens qui te paraissent gentils. D’ailleurs, tu as une mentalité pourrie.
  15. Tout va bien, les décomptes de mutuelle de mes parents que je reçois directement sur ma boîte mail n’indiquent pas « gastrologue », « gynécologue » ou... pire.
Source

  1. Rassembler toutes les ressources de traduction glanées sur Twitter : après un an à « liker » à tout va, il est temps d’enregistrer enfin tous ces glossaires et liens intéressants quelque part.
  2. M’occuper des spots de cuisine : le retour d’un vieil objectif qui comporte le mot « télécommande » et qui nous a un peu traumatisés — on a cherché un transmetteur, plongé nos mains dans le coffrage, examiné des fils sans savoir quoi faire de tout ça et en attendant, on a toujours 5 spots sur 10 qu’on n’arrive pas à allumer dans notre cuisine.
  3. Recoller les plinthes : colle achetée, pistolet à colle emprunté, seule manque la motivation.
  4. Tester un restaurant près de chez nous
  5. Explorer HelloCotton : je m’y suis inscrite « comme ça », tenté d’ajouter un bouton, tripatouillé d’autres options, sauf que je ne vois toujours pas trop à quoi ça sert concrètement.
  6. Me mettre au geocaching : reliquat du mois précédent
  7. Faire l’expo Ghibli à l’Art Ludique : une autre exposition m’intéresse, c’est Food au Mucem, sauf que... c’est à Marseille
Source
Pour octobre, je m’étais fixé les objectifs suivants :
  1. Préparer le week-end de novembre
  2. Me renseigner pour un cours de Pilates ou de yoga
  3. Acheter un sèche-linge
  4. Apporter la couette d’hiver à la laverie
  5. Finaliser le rachat du prêt immobilier
  6. Faire l’exposition Ghibli à l’Art Ludique
  7. Conclure le swap papeterie d’Armalite
  8. Me renseigner sur le geocaching
Verdict ? Je ne suis vraiment pas mécontente que le mois d’octobre soit arrivé à son terme. L’impression que le mois était interminable, que les jours et les semaines s’étiraient et que je n’en voyais pas le bout. Mes objectifs ont donc été remplis très lentement, très progressivement et parfois difficilement. Au final, je ne suis pas mécontente du bilan, mais pfiou, j’accueille novembre avec beaucoup de joie.


Source


En août, fatiguée de ne pas être partie en vacances l’été...
Moi : on pourrait partir en octobre...
Lui :... mais il va faire froid
Moi : c’est tout l’intérêt de la chose, on pourrait même aller en Belgique ou dans un pays nordique...
Lui : ou ne pas partir du tout
Moi : mais si, dans ce cas, on pourrait partir à Lisbonne
Lui : autant y aller quand il fait chaud, non ?
Moi : ok, alors Copenhague ?
Lui : autant y aller quand il fait doux, non ?

En septembre, avant un hypothétique changement de poste pour Lui...
Lui : je ne sais ni si j’ai des vacances, ni quand j’ai des vacances, ni si et quand je saurai si et quand j’aurai des vacances
Moi : ça a le mérite d’être clair...ement bordélique

En octobre, après ledit changement de poste pour Lui...
Lui : mon dossier n’a pas encore été transféré, je ne sais toujours pas pour mes vacances
Moi : ouais, tu n’existes pas administrativement, quoi

Fin octobre, quand tombent au moment le plus inattendu les jours de congé...
Lui : j’ai plus de jours que je le pensais en fait, c’est trop cool
Moi : sauf qu’en prix d’avion abordable, il ne reste plus que Lisbonne
Lui : mais il va pas faire beau, non ?
Moi : sauf qu’à prix d’avion abordable, il ne reste plus que Lisbonne
Lui : alors ce sera Lisbonne, on part quand ?


Épilogue : on part la première semaine de décembre à Lisbonne.
On dit parfois que c’est plus amusant de préparer son voyage que de le vivre... Eh bien, pas cette fois, j’espère. Trois jours conquis de haute lutte !