Moi : Bonjour, je vous appelle pour savoir quelles pièces je dois fournir pour le rachat de mon prêt immobilier...
Banquière : Vous êtes locataire ou propriétaire ?
[Moi : Locataire, élémentaire, non ? Je vais racheter le prêt de mon propriétaire pour lui faire plaisir !]
Moi : Propriétaire, Madame, c’est un prêt immobilier que je souhaite faire rrrrrrracheter.

Parfois, j’aimerais être moins gentille.
Hier soir, je me suis laissée entraîner dans un café à chats, même si j’ai déjà un bar, une cafetière et des chats chez moi. Je ne connaissais le principe que vaguement et il me semble qu’il vient du Japon où les propriétaires d’appartement ne sont pas toujours autorisés à héberger des animaux chez eux. Je m’attendais à un endroit où l’on paye sa présence à la demi-heure ou à l’heure, dans un environnement un peu clinique, avec des chats de partout. Rien ne me préparait donc à un véritable salon de thé avec des chats disséminés partout...


The Mystery of Murakami | Nathaniel Rich, The Atlantic : « No great writer writes as many bad sentences as Murakami does. ». Voilà, c’est dit. Murakami est un auteur que j’apprécie à petites doses et dont j’aime surtout les petites œuvres (Au sud de la frontière, à l’est du soleil), mais je me suis toujours interrogée sur son style un peu lourdaud et énigmatique : vrai style, style affecté, choix de traduction ? Je me suis même procuré son recueil de nouvelles Saules aveugles, femme endormie en anglais car je n’en pouvais plus, de la version française. Visiblement, cette question intrigue d’autres personnes que moi, et ça a donné un article plutôt intéressant et analytique. Au final, je reste un peu sur ma faim, et je regrette amèrement qu’à aucun moment, la question de la traduction n’ait été posée — sauf dans les commentaires — mais la lecture a malgré tout été instructive.

How Advertisers Used World War I to Sell, Sell, Sell | James Hughes, The Atlantic : affirmation sans doute injuste mais sincère : je ne trouve pas d’article digeste avec des sujets intéressants comme ça dans la presse française. Surtout l’été, qui se résume à « soleil » et « sexe ». Triste, mais sans doute moins que la manipulation par l’image à laquelle ont eu droit les consommateurs durant la Grande Guerre, contée dans cet article encore une fois... heu, instructive (toi aussi, utilise en boucle les 3 mots que tu connais).

Kokekokko est arrivé !!! | Issekinicho : amateurs de Japon, amateurs de BD, amateurs de BD sur le Japon, l’ouvrage piloté par le couple derrière le superbe blog de photos Issekinicho, baptisé Kokekokko, est disponible en pré-commande ! Pour 25 € et des brouettes, vous aurez un fabuleux ouvrage d’1,3 kg contenant des histoires de voyages, d’anecdotes, de choc des cultures ou encore de sushis et de temples. L’histoire de Martin, qui semble mettre en avant des râmen, et les dessins de Priscilla titillent particulièrement mon intérêt. Un beau cadeau à offrir. Ou un bon livre à s’offrir ici.

panna cotta expresso / poire | blog non identifié : même si je n’aime pas et ne tolère que très peu le café, je dois dire que cette recette me semble particulièrement alléchante. Ou alors, ce sont les talents photographiques de titite qui m’ont convaincue. Quoiqu’il en soit, hop, recette sauvegardée !

Mes favoris du Palais des Thés | Dans ma théière : malgré tout mon amour des thés, je ne m’intéresse qu’assez peu au Palais des Thés. Et pourtant, il est vrai que j’avais eu un coup de cœur pour leur renommé Thé du Hammam ; cet article est donc bien pratique pour découvrir les incontournables de la maison comme les petites curiosités, comme le Tropical Oolong à la mangue, à la goyave et au maracuja.

Mes vacances au Portugal | Je fais du bruit : c’est tout à fait perso, mais je projette depuis... heu 3 semaines, de visiter Lisbonne. Trop de gens m’en parlent en bien, trop de mois sans vacances, trop de curiosité. Alors je mets dans un bout de mon blog ce carnet de voyage qui m’a l’air bien chouette mais que je ne regarderai pas avant d’être sûre de partir. Histoire de ne pas me frustrer.
Il est des œuvres que l’on sait que l’on va adorer rien qu’en lisant le titre et le résumé. What Did You Eat Yesterday (Kinô nani tabeta? きのう何食べた?) en fait partie.

D’abord, parce que l’auteur est Fumi Yoshinaga : All My Darling Daughters et Le Pavillon des hommes en France, Antique Bakery, Flower of Life et Gerard & Jacques (entre autres) en plus aux États-Unis.
Ensuite, parce que ça parle bien évidemment de nourriture.
Enfin, parce que le couple mis en valeur est homosexuel mais exit les enfantillages et autres premiers émois.


Quand, en avril dernier, avant d’avoir mes chatonnes, je lançais à la cantonade la question suivante :

Cohabitation
* Y aura-t-il forcément une dominante et une dominée ? Mes petites bestioles pourront-elles assouvir mes fantasmes d’égalité et d’équité ?

Je la croyais totalement illusoire, après tout ce que j’ai lu sur les chats.
Et pourtant, bilan presque un mois que mes deux chats sont ensemble : NON, pas de rapport de soumission !

En fait, elles ont toutes les deux un caractère tellement différent qu’il n’y a pas de hiérarchie. Hm, oui, en fait, c’est l’anarchie...

Scorpy Première

Scorpy est très joueuse et collante câline, ne comprend pas la notion de territoire, n’en fait qu’à sa tête, est beaucoup plus forte à la castagne, saute sur mon bar, lèche sans arrêt tout être vivant et est un véritable aspirateur à nourriture (plutôt dangereux).


Otak Première
 Otak est observatrice, ultra-curieuse mais prudente, plus que têtue (version politiquement correcte : elle a de la suite dans les idées), est très conservatrice, et donc jalouse, se fait laminer quand elle essaie d’atterrir à califourchon sur Scorpy, n’a pas compris l’idée du bar et mange relativement peu (plutôt dangereux).

Bref, même si je n’ai pas une expérience très longue avec les chats, je constate qu’aucune ne fait carpette et qu’elle s’amuse bien entre elles à se poursuivre, faire du catch, se faire de petits massages (autrement appelés baffes douces) et se renifler l’arrière-train. La relation me semble équilibrée, sauf quand Scorpy se jette avidement sur ses croquettes, celles d’Otak, bref, toutes les croquettes. À voir avec la vétérinaire s’il peut y avoir une solution intermédiaire avant de la mettre aux Pipolino... En attendant, chaque minute où elles dorment est une bénédiction...


Complément Affectif est une série en 10 volumes de Mari Okazaki, auteur de one-shots comme Déclic Amoureux, BX, Le Cocon ou 12 mois. S’il fallait résumer ses œuvres en un mot, ce serait « personnel ».
Et « original », dans le bon sens du terme. Qu’on aime ou pas – j’ai par exemple été consternée par BX, un vague délire de nymphette sur un boxeur – il faut bien reconnaître que graphiquement, Okazaki recycle très bien le josei, ces manga pour femmes trentenaires. Un grand soin est apporté à la narration (au point qu’on se perd dans ses complexités, parfois), à l’ambiance et aux paroles. Les pensées sont très intimes, l’auteur se dévoile énormément dans ses manga. J’ai beaucoup hésité avant d’acheter cette série, tout simplement parce que le thème ne me parlait pas plus que ça.


Source
Il y a un mois ou deux, on m’avait proposé d’assister à une initiation à la cérémonie japonaise du thé, mais j’avais dû décliner l’offre. Depuis, l’idée m’a travaillé et en retournant dans tous les sens le site d’un salon de thé parisien, Jugetsudô, j’ai découvert que celui-ci proposait des initiations au chanoyu.

Et au détour d’une conversation avec Kleo, connue grâce à l’un des swaps d’Armalite, on a décidé de se réserver un jour pour aller (re) découvrir ça. C’est ainsi que le 26 juillet, nous nous sommes retrouvées dans le quartier de Saint-Germain pour quelques emplettes et la fameuse cérémonie...


Hop, j’importe de feu Undecorated Wall, cette rubrique-à-brac où je poste pêle-mêle des articles qui m’ont émue, indignée, fait rire... bref, qui m’ont intéressée.
Étant légèrement obsessionnelle, on retrouvera souvent les thèmes suivants : traduction, BD, féminisme, nourriture...

The Science of Designing Food for the World's Poor | The Atlantic : j’avoue ne pas encore avoir lu un mot de cet article, raison pour laquelle je me garde le lien sous le coude. En tout cas, les thèmes me sont chers et sensibles, et on peut toujours compter sur The Atlantic pour nous livrer des récits détaillés et passionnants.

Après « Dorothée, passion sous-titres », « Rémy, passion chirurgie » | ATAA : on ne le répètera jamais assez : qualité, petits prix et rapidité ne font pas bon ménage. On ne confierait pas son corps à n’importe quel praticien, alors pourquoi diable confierait-on quelque chose d’aussi important que son texte à un amateur passionné ? À découvrir avec Rémy, le chirurgien à la chaîne.

When Will We Get LGBT Characters in Cartoons? | Feminist Dragons : une intéressante discussion sur la non-représentation de personnages LGBT dans les dessins animés, exemples et screenshots à l’appui, avec des arguments et contre-arguments qui se succèdent intelligemment.

Kamakura Diary | Du9 : fans de manga, vous vous rappelez de Banana Fish, cet étrange titre aux pages jaunes édité par Panini ? Non, mais que faites-vous là, foncez le lire ! Bon, le hic, c’est qu’il est difficilement trouvable — et je ne cèderais jamais ma collection — mais la bonne nouvelle, c’est que Kana a eu la... bonté ? de sortir Kamakura Diary, l’histoire de 4 sœurs dans une ambiance « tranche de vie » des plus réussie. Si vous hésitez encore, mais vous ne devriez pas, il faut lire l’article que le site Du9 lui a consacré.

Salade crétoise | Des filles à retordre : voilà typiquement le genre de lien que je n’aurai pas vu sur UndecoratedWall, et pourtant, la recette de salade crétoise des Filles à Retordre, Coline et Élise, est hyper simple et bonne. Parfaite pour la période estivale. Et c’est l’occasion pour moi de conserver quelque part mes recettes, moi qui ne cuisine pas assez bien pour oser inaugurer une rubrique cuisine ici.
Claire, Six Feet Under
Je suis sur le point d’établir ma première facture \o/
Source

1. Traduire 15 minutes de Four Ways to Die in my Hometown chaque semaine : je contribue de temps à autre au Festival Shadows, dédié au cinéma chinois indépendant, et cette année, j’ai hérité du sous-titrage de ce film expérimental sur la mort. J’en ai fait une demi-heure, il me reste donc une heure, soit quatre semaines de travail sans compter la relecture intégrale. En me fixant un objectif chiffré, je sais au moins où je vais et quand j’aurai fini.

2. Passer mon nouveau correcteur orthographique dans mes articles avant de les republier : encore un de ces projets titanesques qui me perdent...

3. Ne pas oublier la Ronde des Poches d’Armalite : bah heu, entre le moment où je me suis noté cet objectif et aujourd’hui, je m’en suis occupée et ouf, ma swappée n’a pas encore lu Le Parfum de Süskind. Tiens, ça pourrait faire partie des objectifs d’un autre mois, de lire ce roman en VO.

4. Apprendre les katakanas et me réinscrire aux cours de japonais

5. Préparer l’ancien PC pour mes parents : ça consiste à supprimer tous mes dossiers et fichiers, dont j’avais déjà fait une copie, virer quelques programmes qui ne leur serviraient à rien et sauvegarder quelques favoris de type chaînes de télé chinoises. Je me trompe peut-être, mais il n’est pas possible de changer la langue de l’ordinateur, si ?

6. Aller au salon de thé Toraya : parce qu’il est temps de me confronter à mes vieux démons, je suis bien décidée à remettre les pieds dans ce salon qui m’a traitée comme une moins que rien. Avec une amie, avec mon compagnon, de nouveau seule : peu importe, j’irai.

7. M’offrir un spa Lush : c’est en réalité un massage. RDV fixé au 16 août à 12h, j’ai hââââte.

8. Prendre RDV avec la banque : non mais parce que j’ai testé la prise de RDV en ligne avec La Banque Postale, on ne m’a jamais rappelée — rigolez pas, j’avais un excellent accueil dans mon ancienne agence. En plus, c’est pour un RDV pour lequel je devrai préparer quelques documents, donc ça me fatigue d’avance, mais il faut bien avancer avec le prêt immobilier.

9. Aller me renseigner dans un studio pour mon projet de tatouage : je me sens prête aujourd’hui, allez savoir si je ne vais pas me débiner le jour J.

10. Nettoyer les vitres et m’occuper de la télécommande de la cuisine : no comment, vis ma vie de ménagère.
Source
Pour juillet, je m’étais fixé les objectifs suivants :

1. Acheter un nouvel ordinateur
2. Apprendre les katakanas
3. Acheter un canapé et un ventilateur
4. Continuer de ranger la buanderie
5. M’occuper de la maison
6. Installer mon bureau
7. Vendre les livres mis de côté
8. Trier et recycler les médicaments non utilisés et/ou périmés 
9. Faire l’expo Tatoueurs tatoués (Musée du Quai de Branly) et Ghibli (Art Ludique) 
10. Retrouver les vêtements d’été
11. Inviter des amis à la maison et les rendre gagas avec mes chats

Verdict...

1. Acheter un nouvel ordinateur : je suis dessus depuis le 14 juillet, avec la suite Office et Antidote. En fin de compte, je n’ai pas du tout opté pour un Asus Transformer TF701 comme prévu, car après une dernière revue des tests, je me suis rendu compte qu’un hybride tablette / PC ne me convenait pas du tout — mieux vaut tard que jamais. J’ai ensuite jeté mon dévolu sur un Asus 13" à 500 €, et sur place, mon compagnon m’a convaincue de prendre le modèle supérieur, à 100 € de plus, que je n’avais pas vu sur le site. Et il a bien fait : j’ai lancé plein de programmes en même temps, tout marche très bien et la taille de l’écran est optimale. 
Pourcentage atteint : 100 %

2. Apprendre les katakanas : avec la traduction du film indépendant chinois qui me prend mes week-ends libres, je n’ai pas du tout commencé, mais j’ai 2 autres RTT en août, pour boucler ça.
Objectif remis à aout

3. Acheter un canapé et un ventilateur : le ventilateur, c’était déjà fait. Pour le canapé, pas trouvé de solution car l’espace est vraiment réduit, et pourtant, ça m’embête beaucoup d’en avoir collé contre le radiateur ET où les chats peuvent se cacher.
Pourcentage atteint : 50 %

4. Continuer de ranger la buanderie : fait et défait en quelques jours. En fait, on atteint la capacité maximale de la buanderie, donc les choses sont en soi bien rangées, mais empilées car il n’y a pas d’étagères, ça fait très bordélique. Et c’est un terrain dangereux pour les chats.
Pourcentage atteint : indéfinissable

5. M’occuper de la maison : j’ai bien changé toutes les ampoules et fait encore plus de ménage, rangement et réparation qu’escompté, mais le problème de la télécommande des spots de cuisine demeure et le jour où je devais nettoyer les vitres, il a fait une chaleur horrible et je rappelle que j’ai trois énormes baies vitrées... Je suis malgré tout contente de moi car l’appartement s’améliore de mois en mois.
Pourcentage atteint : 75 %

6. Installer mon bureau : fait, avec beaucoup de bonheur. Je me rendrai compte au fur et à mesure qu’il me manque des choses, mais pour l’heure, je m’y installe même quand je n’ai rien à faire.
   
Pourcentage atteint : 100 %

7. Vendre les livres mis de côté : fait dans diverses boutiques de Saint-Michel, la somme qu’on en a tirée est bien plus élevée que prévu, et on a fait de la place \o/
Pourcentage atteint : 100 %

8. Trier et recycler les médicaments non utilisés et/ou périmés : j’aurais aimé donner mon stock à ma pharmacie habituelle que la parapharmacie où je ne mets jamais les pieds, bâh, horaires d’août limités oblige.
Pourcentage atteint : 100 %

9. Faire l’expo Tatoueurs tatoués (Musée du Quai de Branly) et Ghibli (Art Ludique) : j’avais déjà fait la première au moment de poster mes objectifs et la seconde ne commence qu’en octobre, donc d’une certaine façon...
Pourcentage atteint : 100 %

10. Retrouver les vêtements d’été : ils étaient cachés entre un vêtement d’hiver et un de mi-saison, la faute au temps changeant. Au passage, bordel vestimentaire rangé.
Pourcentage atteint : 100 %

11. Inviter des gens à la maison et les rendre gagas avec mes chats : j’ai invité des collègues pour un pique-nique en bords de Marne. Quant à Kleo, finalement, elle n’est pas passée, on est allées assister à une cérémonie du thé.
Pourcentage atteint : 100 %