L’autre vendredi, on s’est offert une fin de semaine sympathique, à traîner au Cour St-Émilion, entre Animalis et la Fnac.

Quand l’heure du dîner a sonné, j’ai proposé de rester sur place plutôt que de rentrer nous affaler sur un énième plateau de sushis de banlieue (contre lesquels je n’ai rien mais qui manquent cruellement de fun, parfois).
On a commencé à errer d’un commerce à un autre, éliminant les plus évidents : Hippo parce que le choix serait très restreint pour moi, Bagel Factory car déjà fait et pas assez bon pour une récidive même si on y avait vu Pénélope Bagieu, Flammekueche eh bien... parce que je n’aime pas les Flammekuechen.
Je passe pour la chieuse ? Eh bien non... en réalité, c’est Monsieur qui était le plus exigeant, puisqu’au régime et éliminant impitoyablement pizzas et crêpes. Eh ouais !

Du coup, on a opté pour boco, qu’on ne connaissait pas mais dont la carte était plutôt alléchante : risotto, crème de sésame, blanquette de poulet... Une fois à l’intérieur, on a été plutôt séduits par le self et la déco :
Source : Les petites étoiles

On s’est approchés des rayons réfrigérés et... ah, des bocaux. Ça ne s’appelle donc pas « Boco » pour rien. Franchement, on est ressortis direct, refroidis (ha-ha) par la présentation que l’on a tout de suite associée à de l’arnaque car on n’est pas tendres : encore un de ces concepts surfaits avec le mot « chef » partout... Dans la rue, même manège devant chaque resto, on se résigne et entre une seconde fois, à reculons. Autant on est ouverts culinairement (je pense), autant la présentation a parfois tendance à nous inciter à rester conservateurs....

Mais alors, est-ce qu’on a bien mangé ?


Ces temps-ci, les séries manga que je suis ou ai suivi se vendent tellement mal que j’ai envie de rédiger des (mauvais) publi-rédactionnels pour les encourager. Je serais tentée de crier : achetez Simple comme l’amour, Samidare, Kids on the Slope et… In the Walnut !

   
© Visuels empruntés à l’éditeur, Taifu Comics



© Journal du Japon (cliquer pour lire la chronique)

© Kaze

Marre des romances lycéennes, des triangles amoureux, des clubs de kendo, des potiches et des rivalités féminines ? Envie d’une histoire romantique avec un doux parfum de nostalgie, des personnages intéressants, un soupçon de mystère et une bonne dose de JAZZ ? Alors, foncez lire Kids on the Slope !



Source

Je ne suis pas cupide. Je ne suis pas vénale. Je ne suis pas radine.
Et pourtant, je me suis rendu compte on m’a fait rentrer dans le crâne récemment que j’avais malgré tout un rapport bizarre avec l’argent. Un rapport malsain, même. Alors je me suis creusé ce fameux crâne pour savoir d’où cela pouvait venir et j’ai fait mon auto-analyse.

Je précise que je n’ai pas de tabou relatif à l’argent, je n’aurais aucun problème à communiquer mon salaire si on me le demandait en tout bien tout honneur (dans la vraie vie hein =D), et que du fait de mon éducation, je pourrais dire certaines choses choquantes sur le sujet. C’est la raison pour laquelle j’ai tant attendu avant de rédiger un post, mais j’avais besoin de mettre les choses à plat.

Bon, et qu’est-ce que j’ai découvert en m’allongeant sur mon divan ?

... un petit quiz mêlant personnalité et pays du monde, piqué à kerydwen.

Voici mon résultat :

New Zealand
You are an adventurous individual who enjoys being outdoors and spending time being active. You are a risk taker and have no problem striking up a conversation with a total stranger. When you travel you love to get to know the locals, and their customs, and are always up for a challenge. You thrive in a culture where others share your deep appreciation for land, and believe life is best lived outdoors. You love a hard hike, but also love the water and are happy to spend a day beach side. You thrive in a society with diversity and appreciate a simpler way of living. You are keen on learning about cultures and customs that are different than your own, and enjoy a deep conversation, whether it be philosophical or spiritual. You are not a city dweller by any means, and definitely believe that life is something to explore and experience firsthand. This country gives you endless opportunities to live both an active lifestyle and enjoy the company of new found friends.


Autant j’adorerais visiter la Nouvelle-Zélande car il y a tout ce que j’aime (faune et flore), autant le descriptif me surprend beaucoup. Sans être timorée, je ne pense pas être la personne la plus aventureuse qui existe. OK, nourriture exceptée. En plus, j’ai un mal fou à engager la conversation avec un inconnu, çavapasnon. Et surtout : je déteste la plage !
Ceci dit, c’est vrai que j’aime bien les points d’eau et découvrir d’autres cultures et coutumes. Je reste malgré tout une grosse Parigote qui flippe devant une araignée, même si la vie citadine me fatigue et que je rêve effectivement d’une vie plus simple.
Plus facile à dire qu’à faire quand on a la chance d’être habitués à son petit confort quotidien...

Hop hop hop, ça faisait longtemps que je n’avais pas posté un meme, je pique donc celui de titite !

Le principe du Liebster Award

Promouvoir différents blogs qui ont moins de 200 abonnés sur HelloCoton ou Facebook, afin de mieux les découvrir. Le but étant de parler de soi et de se faire connaître.

Une fois que votre blog a été tagué :
Dévoiler 11 choses sur soi
Répondre aux 11 questions qui ont été posées par la blogueuse qui vous a nominé
Désigner 11 blogueuses nominées, les linker et leur faire connaître le principe.

Et voici :
  1. J’ai la hantise de choper la mononucléose : la vie mise en arrêt pendant des mois.
  2. Je suis une maniaque de la planification mais j’apprécie aussi les plans de dernière minute.
  3. Je n’aime pas du tout le gingembre, sauf en dessert.
  4. Je cuisine mal. Très mal.
  5. Je n’aime ni la plage, ni le soleil.
  6. Je voulais être biologiste.
  7. J’en ai une toute petite (poitrine).
  8. Le pays que j’ai le plus aimé visiter est le Cambodge.
  9. Je ne suis pas physionomiste pour un sou et ai dû vexer sans le vouloir des tas de gens en les ignorant.
  10. Je bousille mes écouteurs assez régulièrement et aimerais m’offrir un casque, sauf que ça me fait peur de ne rien entendre dans la rue.
  11. Je crains toujours de passer pour une égocentrique (si si).

Si vous voulez vous prêter à ce petit jeu, n’hésitez pas : je vous concocterai 11 questions :)
Comme beaucoup de mères...

Moi : alors, t’as ouvert le lien que je t’ai envoyé ?
Ma mère : quel lien ?
Moi : t’as bien reçu mon SMS, non ?
Ma mère : oui oui
Moi : dedans, y avait un lien...
Ma mère : oui
Moi : et tu l’as ouvert ?
Ma mère : de quoi ?
Moi : eh bien le lien !
Ma mère : ah ! ... non
Moi : t’as bien Internet sur ton portable ?
Ma mère : oui, mais pourquoi tu me parles de ça ?
Moi : pour ouvrir le lien !
Ma mère : quel lien ?

Hiiiii !
Et plus tard dans la soirée, comme si de rien n’était, elle m’a parlé de ce qu’elle avait trouvé sur le site ^^
Le cinéma, témoin contradictoire d’une Chine bouleversée depuis Tian’anmen | Jean-Michel Frodon, Slate.fr : un intéressant historique du cinéma chinois dans tous ses aspects, accessible et bien écrit. Pour ceux qui s’intéressent à la culture et à l’Histoire du géant asiatique.
Et pour du cinéma indépendant et alternatif, je ne saurais que trop recommander les cycles Shadows (tous les lundis au Studio des Ursulines, à Paris) et le festival Shadows, qui aura lieu cette année en octobre. Plus d’informations ici.

What Did You Eat Yesterday? Volume 2 | Experiments in Manga : je déplorais ici la rareté des articles consacrés à ce chouette manga qu’est What Did You Eat Yesterday… il suffisait d’attendre pour avoir une belle chronique, relativement objective et brossant plusieurs des aspects de ce titre yaoïsant/culinaire. Ce qui me fait penser qu’il faut que je commande le volume 2…

The New McDonald’s Mascot Terrified His Way Into Our Minds | James Hamblin, The Atlantic : je la trouvais cool, moi, la mascotte de McDo, avec son air un peu bêbête. Mais à la regarder de près, ses yeux globuleux et sa langue pendue ont effectivement quelque chose de déstabilisant, et aux États-Unis, il y a eu une véritable protestation. Est-ce que McDonald’s a pour autant fait faire une petite chirurgie à sa Happy Box ? Non, bien sûr que non… L’histoire est à lire dans The Atlantic.

La Sorcière et le Harcèlement | L’olive et le samovar : le témoignage touchant de L’olive et du samovar (même s’il ne s’agit que d’une seule personne) sur le sexisme ordinaire, dans le RER A, avec Final Fantasy X. Si j’ai plutôt entendu des commentaires sur la courte jupe de Rikku, je n’aurais jamais cru que Lulu pouvait aussi faire l’objet de bas commentaires…

Can Men Really Be Feminists? | Noah Berlatsky, The Atlantic : le féminisme des hommes n’est pas une question qui m’empêche de dormir : c’est une évidence selon moi. Mais histoire de remettre les points sur les i, l’auteur de sexe masculin explique en quoi la misogynie a aussi des répercussions négatives sur les hommes. On y parle de genre, de sexualité et de pression de la société dans un article concis, pragmatique et intelligent.

Meat Prices are Skyrocketing. Why ? | Tanya Basu, The Atlantic : on peut toujours compter sur The Atlantic pour lire des articles bien renseignés, intéressants et variés. Ces quelques dernières semaines ont vu défiler des choses passionnantes, de la mascotte sus-citée au prix de la viande qui monte en flèche au pays de l’Oncle Sam (ce qui ne doit pas être sans conséquence en Europe), en passant par le féminisme. Mais quels sont les facteurs qui ont contribué à cette hausse des prix ? Comme le conclut joliment l’auteur de l’article, vous reprendrez bien un peu de tofu ??

Des dégâts collatéraux de la neutralité du Net | Presse-Citron : en voilà un sujet qui fait parler de lui… Internet biaisé, sites favorisés, services gratuits, où en est-on ? Sûrement dans un chaos assez chaotique, mais en attendant, voici l’une des applications possibles de la fameuse neutralité du Net, au Chili.

If Asians Said The Stuff White People Say : le titre de cette vidéo parle de lui-même, et si c’était des Asiatiques qui demandaient à des Blancs d’où ils viennent vraiment, pourquoi ils utilisent des fourchettes, comment ça se fait qu’ils parlent si bien anglais… Hilarant !


Avant de lire Saga, le nom de Vaughan ne me disait trop rien. C’était encore une de ces personnes que l’on voit absolument partout, de la famille de Scarlett Johansson. Puis, j’ai lu la série SF/familiale Saga, suis tombée sous le charme malgré quelques craintes, et en attendant fiévreusement le volume 3, j’ai emprunté le premier volume de Y : Le Dernier Homme, son autre chef-d’œuvre, à la bibliothèque.
Verdict rapide : oui, l’histoire tient en haleine, oui, je vais retourner à la bibliothèque pour emprunter la suite, non, je n’achèterai probablement pas cette série.



Source
Profitant du jour férié le 29 mai dernier, je suis partie avec mes parents à l’endroit qui faisait tripper mon père depuis qu’il en a entendu parler : le Château de Neuschwanstein, en Bavière (Allemagne). Celui-là qui a inspiré Disney pour le château de la Belle au Bois Dormant, celui-là ordonné par le roi Louis II de Bavière, celui-là, en d’autres mots :

Source

Un swap thé, ça vous dit ?
« Swap » et « thé... Comment dire non ? Et pourtant, j’ai un peu hésité car, à l’instar de la Ronde des poches, le swap organisé par Armalite est une boucle à sens unique. Ce qui veut dire qu’une personne A envoie du thé à une personne B qui envoie à une personne C qui... etc. J’avais l’impression que ça impliquait moins d’échanges par mail et de découvertes qu’avec un swap par binôme, et je me suis tâtée. Mais en fin de compte, j’étais trop en manque de thés, j’avais envie de découvrir et faire découvrir, d’échanger avec de nouvelles têtes... et j’ai sauté le pas relativement vite.

Bien m’en a pris car ma swappeuse comme ma swappée sont hyper sympas et intéressantes. Elles ont aussi des profils différents, et c’est toujours instructif de comparer leurs préférences, leurs ustensiles de dégustation, leurs maisons fétiches... Mais trêve de considérations philosophiques, je vous montre aujourd’hui le colis que Mathilde m’a envoyé... le jour de la clôture des inscriptions sur le blog d’Armalite ! En un temps record, elle a cerné mes goûts et mes besoins, je suis épatée. Je n’ai donc même pas eu le temps de lui dire que je me faisais un petit week-end en Allemagne que je recevais ceci, après une dure journée au travail :
Source
Ça y est, le grand jour est arrivé ! J’ai un chat qui dort à côté de moi pendant que je blogue !
Et tant que ma mémoire est encore fraîche, j’en profite pour conter le début de notre histoire, qui est plus que banale et n’apprendra rien aux possesseurs de chat, mais me sera sans doute utile un jour.
C’est parti ?


Source
1. Ranger les BD et romans : déjà bien entamé ce mois-ci, on va en profiter pour revendre/donner tout ce qu’on a mis de côté si on en a le temps. 
2. Préparer le week-end de juillet (que ce soit en province ou à la maison) : Bretagne, Alsace, Grenoble, Toulon... on n’a pas réussi à se mettre d’accord et vu les dépenses engendrées en un week-end et notre volonté de nous offrir le Japon en 2015, on va peut-être rester chez nous, à retaper notre appartement. Mais ça reste à décider malgré tout ! 
3. Étudier les offres triple play : Free me fatigue un peu depuis quelques mois, je vais donc étudier les offres de la concurrence... 
4. Réaliser 5 recettes à base de thé : le livre de Lydia Gautier, 1001 secrets sur le thé, donne des recettes à base de thé, plus ou moins simples. J’en ai sélectionné 5 qui me semblent à mon niveau et j’ai déjà commandé le thé qui me manquait, un Lapsang Souchong. 
5. Finir le maximum de thés : suite de mes objectifs du mois précédent. J’ai l’impression d’avoir fait le tour des thés parfumés, j’essaie donc de les finir au maximum et au plus vite, dans la limite du raisonnable, pour faire de la place et passer à autre chose. Je finirai en priorité les 3 du mois précédent, puis tous les autres, petit à petit, sûrement au bureau. 
6. Limiter les dépenses : dans la continuité de ma réflexion sur l’argent et les dépenses, je vais essayer de me faire plaisir en début et fin de mois, mais pas pendant.



Pour le mois de mai, je m’étais donné les objectifs suivants :

1. Prendre 2 RDV chez l’ophtalmologue
2. Réserver 2 nuits d’hôtel en Allemagne
3. Décider du sort de mon calendrier de films
4. Reprendre Steel Ball Run 
5. Accueillir au moins un chat
6. Faire développer des photos
7. Finir 5 autres thés 
8. Acheter un plan de travail
9. Continuer à dessiner
10. Vidanger la machine à laver

Bilan ?